Recherche avancée       Liste groupes



      
METRO METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Slipknot

STONE SOUR - Audio Secrecy (2010)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 5 Octobre 2010          Consultée 3690 fois

Nous pourrions croire à tort que STONE SOUR est le petit projet de Corey TAYLOR, également chanteur de SLIPKNOT. En effet, STONE SOUR est antérieur à SLIPKNOT puisque fondé dès 1992. Il se trouve que les étoiles n’étaient pas alignées pour ce groupe à l’époque. Corey rejoint donc les 9 masqués Des Moines en 1997, laissant ainsi son projet initial en suspens. Aujourd’hui, le line-up est un peu différent et nous y retrouvons comme par enchantement trois membres de la maison du KNOT. Corey bien entendu, James ROOT à la guitare mais également Shawn ECONOMAKI leur manager à la basse. Pour parfaire le tableau, Roy MAYORGA que l’on pensait être un mercenaire de la baguette trouve ici une chapelle plutôt stable puisque présent derrière les fûts depuis leur premier opus éponyme en 2002 ainsi que Josh RAND à la six cordes.

Troisième album donc pour le quintette qui prouve que ce projet à la volonté de s’inscrire dans le temps. Musicalement, il propose un Metal efficace aux horizons très larges. Des plans de Metal traditionnels y côtoient des envolées Heavy et des passages limite « variétoche » pleureuses autant dans le propos que dans l’orchestration. Ce mélange pourrait être repoussant pour le puriste. Cependant, un plaisir coupable se dégage toujours à l’écoute de leurs disques. Ce mélange de styles est aussi très loin de ressembler à la schizophrénique fusion que pratiquait SYSTEM OF A DOWN puisqu’ouvertement commercial.
Ainsi, "Audio Secrecy", dont les happenings s’égrainent depuis plus d’un trimestre, agite notre curiosité. L’écoute de leur précédent disque "Come What (Ever) May" étant le seul refuge pour patienter. Se laissant agréablement écouter, ce sont les ballades, idéalement dispersées qui donnaient du relief à l’album. Le livret de cet "Audio Secrecy" permet de constater que l’équipe est restée inchangée derrière les manettes également. L’orfèvre Nick RASKULINECZ, l’ingénieur son devenu hors de prix pour les petits groupes et Randy Staub au mixage bien connu pour son boulot sur le Black Album de METALLICA. Que cela séduise ou non, le produit sera léché. Et il l’est !!

Intro dépressive au piano pour amorcer "Mission Statement", effectivement le son est énorme, le morceau remue comme il faut et permet à Corey de moduler sa voix entre chant agressif et mélodique. Les compos, si elles ne sont pas novatrices fonctionnent, rien de dépasse. Les singles potentiels pullulent à foison à commencer par "Say You’ll Haunt Me" et le semi acoustique "Dying" qui à coup sur détrônera BON JOVI dans le cœur des demoiselles. Refrain déchirant traduit par mes soins (pour prouver la dimension fleur bleue du groupe) : « Si je ne peux pas vivre sans toi, je ne respire pas quand je suis avec toi ». Il fallait bien du brut pour nous sortir de la guimauve et STONE SOUR prouve qu’il est aussi très bon dans cet exercice avec "Let’s Be Honest" et "Unfinished". Le souci malgré toutes les qualités du disque c’est que rien ne perturbe la routine. Alors même si la nouvelle ballade "Hesitate" est plutôt bienvenue et pleine de feeling, on ne peut plus en dire autant de "Miracles", "Pieces", l’acoutico-Floydien "Imperfect" ou "Threadbare". Trop de ballades tuent la ballade !!!! Sur les deux titres plus costauds, il ne faut retenir que le "The Bitter End" qui n’aurait pas dépareillé sur un album du KNOT. Alors même si les ambiances « quart d’heure américain » font partie du postulat de départ du groupe et cela malgré une production gigantesque et les qualités remarquables des musiciens, il y a un hic. Le groupe perd l’attention de l’auditeur, ne la regagnant qu’à de très rares occasions.

Nous aurions pardonné au groupe un album de 9 titres correctement agencés que les 14 présents. Celui-ci aurait mérité de porter la mention « Album pour les Filles » (critère qui se juge au nombre de ballades). Au lieu de ça, c’est le mot « puissant » qui a été choisi pour dépeindre ce disque dans les médias. Allez savoir…..

A lire aussi en AMBIENT :


DOLORIAN
Dolorian (2001)
Élégance d’une froideur presque tactile !




SUP
Chronophobia (1999)
Autant en emporte le temps

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- James Root (guitare)
- Josh Rand (guitare)
- Shawn Economaki (basse)
- Roy Mayorga (batterie)
- Corey Taylor (chant)


1. Audio Secrecy (instrumental)
2. Mission Statement
3. Digital (did You Tell)
4. Say You'll Haunt Me
5. Dying
6. Let's Be Honest
7. Unfinished
8. Hesitate
9. Nylon 6/6
10. Miracles
11. Pieces
12. The Bitter End
13. Imperfect
14. Threadbare



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod