Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Overkill
 

 Myspace Officiel Du Groupe (321)

ANVIL - This Is Thirteen (2007)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 8 Avril 2010          Consultée 4021 fois

Ces vieilles fripouilles d’ANVIL ont le vent en poupe et comptent bien tirer profit de l’engouement suscité par "The Story Of ANVIL", le film retraçant la loose de leur 30 ans de carrière. A des fins commerciales bien entendu. Parce qu’effectivement l’histoire de leur amitié, autant de leur ténacité, aura touché les spectateurs qui ont donné une chance à ce film. Autant le dire tout de suite, la place faite à leur musique dans le documentaire de Sasha Gervasi est quasi inexistante. Alors qu’en est-il de la pertinence de leur Metal ?

Comme son nom l’indique, "This Is Thirteen" est le treizième disque d’ANVIL. Et c’est d’ailleurs un très bon moyen mnémotechnique pour s’en rappeler. Il s’agit du disque dont on découvre des épisodes de l’enregistrement dans le documentaire. Dont la fameuse dispute /réconciliation de Lips et Rob. Il fut chapeauté par Chris Tsangarides (JUDAS PRIEST, THIN LIZZY, TOM JONES) en Angleterre. Et doit, contre toute attente, permettre aux Canadiens de rattraper le temps et leur faire accéder à la reconnaissance. Les mecs d’ANVIL ne sont pas des carriéristes ambitieux. Ils ne tiennent pas éperdument à appartenir au peloton de tête du Metal. Ils désirent simplement vivre de leur musique et cesser de faire des petits boulots alimentaires. A la basse, un fan du groupe, Glenn Five, qui n’en est pas non plus à son premier essai avec le groupe. Son admiration pour ANVIL, l’a conduit à rejoindre ses idoles tout comme Jason NEWSTED chez METALLICA en son temps. La mascotte du groupe est bien à sa place sur la mystique pochette, une jolie enclume annonciatrice de mauvais karma. Eh oui, le chiffre 13 n’est pas synonyme pour tous de bonnes annonciations.

L’album débute par la "title track" dans une ambiance incantatoire "sabbathienne". La voix de Lips se rapprochant plus de celle de DIO, sans non plus en avoir l’ampleur. Quand même !!! La basse devient plus sautillante et lorgne plus sur le Heavy Metal traditionnel avec "Bombs Away". Rob, notre batteur, cinquante balais au compteur, à une frappe lourde et précise. Il n’empêche que l’auditeur lambda avide de surenchère n’y trouvera pas son compte. Malgré tout, le boulot du bonhomme est appréciable. Les soli de guitare sont plutôt bien sentis ("Burning Bridges", "Ready To Fight"). Ca lorgne aussi souvent sur du IRON MAIDEN ("Flying Blind"). Et les refrains, qui sont souvent les titres des chansons, sont scandés à l’infini pour bien marteler les esprits et créer une sorte d’harmonie limpide et facile, une sorte d’échappatoire pour ne pas trop sombrer dans la mélodie, ennemi juré des metalleux à l’ancienne ("Feed The Greed", "Room #9"). En cela, un titre comme "Big Business" est bien représentatif du répertoire des anciennes. Ils en ont gardé sous le pied et s’en donnent à cœur joie sur le très speed et old school "Should’a Would’a Could’a". L’album se clôt avec autant de passion qu’il a commencé. Parfois, et la comparaison est audacieuse, des réminiscences de la "Mark 1" d’ANTHRAX se font jour. "American Refugee" se chargera en 2’32 par son propos de draguer le fan américain, citoyen du pays qu’il faut séduire quand on a l’ambition de survivre dans le monde impitoyable du Metal.

Dans un registre plus général, on peut dire que nos Canadiens pratiquent un Metal de tradition plutôt germanique dans ses constructions et ses sonorités. C’est propre et plein de conviction. Parfois, ces simples valeurs sont capables de remporter tous les suffrages. Néanmoins, ANVIL est un groupe sympathique de seconde zone qui le restera. Son approche musicale, quoique louable au possible, ne le mènera jamais jusqu’aux cimes. Cependant, sa place sur le marché est tout à fait justifiée. Pour rien au monde nous ne souhaiterions à Lips de retourner faire ses livraisons dans les cantines canadiennes. Quant on voit des "groupes de merde" qui tiennent le haut du pavé sans une once de l’honnêteté d’ANVIL et qui capitalisent sur l’opportunisme, on se dit que la vie est mal faite. Bah, oui ma Bonne Dame !!! Cela n’aura échappé à personne, mais pour faire carrière dans ce métier, il ne suffit plus d’être un simple artiste, il faut également pouvoir être un putain de businessman redoutable et aguerri.

A lire aussi en HEAVY METAL par ZIONLEEMASTERSEB :


GRAND MAGUS
Iron Will (2008)
Orientation heavy 70's inspiré.




ANVIL
The Story Of Anvil (2009)
Metal on Metal rules


Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- Steve 'lips' Kudlow (chant, guitare)
- Robb Reiner (batterie)
- Glenn Five (basse)


1. This Is Thirteen
2. Bombs Away
3. Burning Bridges
4. Ready To Fight
5. Flying Blind
6. Room #9
7. Axe To Grind
8. Feed The Greed
9. Big Business
10. Should'a Would'a Could'a
11. Worry
12. Game Over
13. American Refugee



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod