Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD & HEAVY  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Overkill
 

 Myspace Officiel Du Groupe (233)

ANVIL - Hard 'n' Heavy (1981)
Par T-RAY le 18 Avril 2018          Consultée 702 fois

Réparons d’abord une injustice. ANVIL, né LIPS en 1977 avant d’adopter en 1981 le nom qu’on lui connaît aujourd'hui, a fêté ses quarante ans d’existence l'an dernier. Nightfall In Metal Earth fêtera ses vingt ans l’an prochain, puisque c’est en 1999 que Stef – qui me fit entrer dans l'équipe de chroniqueurs en 2007, merci à lui – et Powersylv fondèrent votre webzine Metal favori. Vingt ans, c’est infiniment plus que nécessaire pour faire paraître une chronique du premier album d’ANVIL, le bien nommé "Hard’N'Heavy". Hard. And. Heavy. Quasiment un manifeste. Et pourtant, jusqu'à aujourd'hui, pas une seule ligne concernant cet album majeur dans la carrière de ce qui est sans doute l’un des plus célèbres – sinon LE plus célèbre – groupe de Metal canadien.

J’ai donc décidé de ne pas attendre que la vingtième année d’existence de NIME soit entièrement écoulée pour, enfin, rendre justice à la carrière d’ANVIL qui, pour qui connaît bien le groupe et/ou a pu voir le documentaire "The Story Of ANVIL", sorti en salles en 2009, fut particulièrement mouvementée. S’il est une formation totalement dévouée à la cause du Metal et ayant endossé ce sacerdoce qu’est la vie de musicien d’un genre qui paye peu, c'est bien ANVIL. Et s’il n’a absolument rien inventé durant ces quarante dernières années – bien qu’ayant influencé certains courants – le combo a eu le mérite de se saisir pertinemment des genres métalliques marquants de ses jeunes années. Voyons donc ce que nous proposait le quartette à l'époque, en 1981.

Du Hard, d’abord. OK, c’est marqué dessus, mais ça s’entend autant que ça se lit. Du Hard Rock bluesy, en premier lieu, et ça n’est pas parce que le morceau s’appelle "AC/DC" qu’il s’inspire du groupe des frères Young, quand bien même la musique pratiquée par les Canadiens sur ce titre s'en approche. Sans avoir la voix d’un Bon Scott ni d’un Brian Johnson, sans même avoir déjà le côté éraillé qu’on lui connaît depuis quelques décennies, l'organe vocal de Steve “Lips” Kudlow se révèle expressif dans toute sa juvénilité, même lorsqu'il monte haut dans l'aigu. Les exemples sont nombreux sur ce disque. L’homme n’a alors que 24 ans et des années de clope en moins. Le Hard Rock, ANVIL le décline de plusieurs façons sur ce premier opus, d’abord sorti sous le nom de LIPS.

Hard un peu suave sur le sexually explicit "At The Apartment", mid-tempo sans fioritures mais avec beaucoup de soli de guitares. Enlevé, plutôt fun et déjà quasi Heavy, "Ooh Baby" n’est que l’un des nombreux morceaux à disserter baise et drague (c’est dans cet ordre-là qu’on pratique, non ?). Hard peut se lire à double sens avec Lips et sa bande, qui adorent parler meufs et cul ici. Et quand c’est au gratteux rythmique Dave Allison de se saisir du micro pour chanter ses fantasmes – le ménage à trois sur "I Want You Both (With Me)", la baise entre deux tour-bus sur "Oh Jane" – le groupe canadien se découvre même une âme de glamouze ! D’autant que la voix d’Allison s’y prête totalement. Plus “light" que celle de Kudlow, moins complexe également, elle exprime sans détour ce qu’elle a à dire : sexe, la plupart du temps.

Mais c'est du Heavy aussi, ANVIL, sur son premier album. Du qui tabasse à la mode MOTÖRHEAD, par exemple. Du qui cavale avec cette étonnante, hargneuse et accrocheuse reprise du "Paint It Black" des ROLLING STONES, presque plus tendue que l’originale (c’est fort !). De l’excité, excitant et fun avec un "School Love" qui doit beaucoup aux élans Heavy venus de Grande-Bretagne à la fin des 70s/début 80s (y a du JUDAS PRIEST dans cette partie centrale aux guitares burnées et au solo lyrique). Du bien Old School avec un "Bedroom Game" qu’on dirait du DEEP PURPLE ("Speed King" et "Highway Star" ne sont pas loin) actualisé et musclé pour coller à l'époque. L’influence JUDAS, costaude, se fait de nouveau sentir sur "Hot Child" avant que "Bondage" ne vienne attacher l’auditeur au siège et lui rougir les fesses.

Le pot-pourri de Hard et de Heavy présent sur "Hard’n'Heavy" – ANVIL ne ment en rien sur l'emballage – pose déjà la formation canadienne en artisan habile du Metal. Du genre capable de s’approprier avec goût et savoir-faire les idées développées par d’autres, les vrais initiateurs d’un style (MOTÖRHEAD, AC/DC, JUDAS PRIEST et *insérez les grands groupes de Glam et de NWOBHM que vous voulez ici*). Ce premier album tout feu tout flamme se révèle particulièrement attachant malgré ses défauts de jeunesse (voix parfois mal assurée, surtout chez Dave Allison, manque d'identité véritable du groupe dans le son et le riffing, thématique “cul” redondante au possible). Le côté sale gosse libidineux qu’abandonnera bien vite ANVIL fait de cet opus un disque à part qu’on peut ressortir souvent de l'étagère avec grand plaisir.

Mieux encore, métalliquement parlant, il y a peu de choses que le groupe ne maîtrise pas déjà sur ce premier album. L’art du solo ? Lips est un guitariste lead de talent, Lemmy lui ayant même proposé de remplacer “Fast” Eddie après son départ. La voix capable d’assurer grave et de monter haut dans l’aigu ? Kudlow l’a aussi. Riffer sévère et taper dedans ? Repassez-vous le passionné "School Love" ou le surexcité "Bondage" au cas où vous l'auriez déjà oublié. Imposer un rythme endiablé ? Demandez à Robb Reiner, aujourd’hui encore accroché à sa batterie autant qu'à son pote Lips. Et si ANVIL a raté beaucoup dans sa carrière, il ne lui a jamais manqué le talent pour réussir. La chance, oui. Les deux étaient pourtant réunis en 1981 pour le lancer sur de bons rails. On ne refait pas l’Histoire.

A lire aussi en HEAVY METAL par T-RAY :


GHOST
Ceremony And Devotion (2017)
Cérémonie œcuménique pour fans anciens et nouveaux




GATEKEEPER
Prophecy And Judgement (2013)
On est dans la Fantasy à l'ancienne, là !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Steve “lips” Kudlow (guitare lead, chant)
- Dave Allison (guitare rythmique, chant)
- Robb Reiner (batterie)
- Ian Dickson (basse)


1. School Love
2. Ac/dc
3. At The Apartment
4. I Want You Both (with Me)
5. Bedroom Game
6. Ooh Baby
7. Paint It Black (cover The Rolling Stones)
8. Oh Jane
9. Hot Child
10. Bondage



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod