Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Overkill
 

 Myspace Officiel Du Groupe (333)

ANVIL - Hope In Hell (2013)
Par GEGERS le 5 Juin 2013          Consultée 3863 fois

Depuis la sortie du documentaire consacré à la carrière du groupe, on ne cesse de parler de l'injustice ANVIL, de l'effroyable manque de reconnaissance quant à l'apport conséquent du groupe à la scène Heavy Metal américaine du début des années 80. Aujourd'hui, ANVIL est "hype", à la mode, presque intouchable tant l'empathie suscitée par le film a fait de Lips et Robb Reiner des icônes de persévérance ainsi que des modèles pour ces petits groupes qui tentent de survivre et s'en sortir grâce à leur musique. À l'écoute de "Hope In Hell", le quinzième album du groupe, on en vient néanmoins à se demander si l'Histoire n'est pas biaisée, l'angle de vue erroné. Et si, "Anvil", le film, était meilleur que ANVIL, le groupe ? Et si l'accident n'avait pas été que le trio canadien tombe dans les oubliettes du Heavy Metal à l'orée des années 90, mais plutôt qu'il rencontre le succès dans le courant des années 80, ce que ne parvient pas vraiment à justifier le pataud et balourd "Metal On Metal" ? Pourquoi, après tout, la place d'ANVIL ne serait-elle pas en seconde division ?

"Hope In Hell" n'est en tout cas pas digne d'une légende du Heavy Metal, statut que l'on tente de donner au trio canadien. Pourtant parfaitement mis en son par Bob Marlette (BLACK SABBATH, AIRBOURNE, ALICE COOPER...), l'opus n°15 du groupe témoigne d'un manque d'ambition certain et d'une lourdeur permanente, même sur les titres les plus rapides, ce qui provoque rapidement un désagréable sentiment d'indigestion. ANVIL vit un nouveau quart d'heure de gloire, et le groupe a sans doute raison d'en profiter. Comme pour tirer profit sur sa notoriété retrouvée, le trio semble bien décidé, comme il le clame à longueur d'interviews, à capitaliser sur son passé et à proposer des albums sans concession, dans la droite lignée des "classiques", parmi lesquels "Metal On Metal". Sur ce point, le groupe ne ment pas, et se fait l'auteur d'un Heavy Metal direct et ne s’embarrassant pas de fioritures. Est-ce néanmoins une bonne chose ? Car la musique d'ANVIL montre bien vite ses limites et d'ostensibles signes de fatigue. Si les riffs parviennent à frapper fort, les mélodies restent toujours le point faible d'un groupe qui donne parfois l'impression d'être resté dans la cour d'école ("Eat Your Words", "Mankind Machine", "Time Shows No Mercy"). La plupart des morceaux souffrent de ce côté niais et bas de plafond d'un groupe qui pense réussir son coup en alignant quelques riffs Heavy et le mêlant à une poignée d'ambiances Thrash. Les paroles, de type "c'est celui qui dit qui y'est" ("Shut The Fuck Up") se font porteuses d'une fausse rébellion et donnent l'impression d'avoir affaire à un groupe intellectuellement limité, ce qui n'est pourtant pas le cas.

À l'exception du morceau-titre, qui bénéficie de sa position en ouverture de l'album, et de quelques soli alambiquées plutôt bien foutus ("The Fight is Never Won"), rien ne donne envie de multiplier les écoutes. Certainement pas la voix de Lips, encore moins la tentative de groupe de proposer des sonorités plus Rock'N'Roll, façon MOTÖRHEAD, sur "Bad Ass Rock'N'Roll" (un morceau déjà composé environ une centaine de fois ces dernières années) et "Shut The Fuck Up", qui tente de compenser un manque d'inspiration pas un son de guitare gras au possible et des lignes vocales thrashy véritablement désagréables.

Un album digne d'un groupe de seconde division, donc. Pas vraiment une honte, car bien produit et bénéficiant malgré tout des 35 années d'expérience de ses géniteurs, "Hope In Hell" est un petit étron inoffensif qui pourra, éventuellement, séduire les nostalgiques qui n'ont pas réussi à retirer "Forged In Fire" de leur mange-disque. ANVIL ou pas "Hope In Hell", affublé en plus d'une ignoble pochette, reste néanmoins une sortie mineure et finalement bien peu recommandable.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


CELTIC LEGACY
Celtic Legacy (1998)
Persévérance et abnégation, acte I




JORN LANDE & TROND HOLTER
Dracula - Swing Of Death (2015)
Sang blague ! Jorn a de nouveau les crocs !


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Robb Reiner (batterie)
- Lips Aka Steve Kudlow (chant, guitare)
- Sal Italiano (basse)


1. Hope In Hell
2. Eat Your Words
3. Through With You
4. The Fight Is Never Won
5. Pay The Toll
6. Flying
7. Call Of Duty
8. Badass Rock 'n' Roll
9. Time Shows No Mercy
10. Mankind Machine
11. Shut The Fuck Up



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod