Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL EXTREME  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



ARKONA - Goi Rode Goi ! (2009)
Par VOLTHORD le 21 Décembre 2009          Consultée 5005 fois

Alors que je n’ai toujours pas compris les tenants et aboutissants de leur dernière galette (que j’ai été le seul à trouver moyen sur la toile, bizarrement), voilà qu’ARKONA fonce à nouveau dans le tas, reprend toute son envergure, garde les sourcils froncés tout en revenant sur ses premiers amours pour une musique folk plus élancée et naïve, et revient sur les bons vieux contrastes qu’on aimait chez lui.

Les premiers titres de "Goi Rode Goi" (Grouille, petite Pierre, grouille !) n’auront donc pas la capacité de virer du front d’ARKONA l’étiquette de "bal musette Metal" qui rebute toujours ceux qui considèrent ce genre d’album comme une musique de fond à peine passable pour une fête d’anniversaire… Ou peut-être bien que si.

ARKONA aujourd’hui ne fait pas que revenir avec un album « pour ses fans », il vient défricher l’Europe, violer ta sœur et poser un album-modèle de Folk Metal Extrême dont le seul véritable problème sera d’arriver après quatre essais.

"Ot Serdtsa K Nebu", dur d’approche et pas toujours clair dans ses choix de composition, montrait un groupe se cherchant dans un domaine plus grave. Avec "Goi Rode Goi !" (« Orage, cogne, Orage ! »), il met les genoux dans la boue, marche jusqu’au sommet et hurle gorge déployée, la tête en face de nuages aux couleurs grondantes. Il a ramené toute une troupe à ses côtés et a convié tous ses invités à boire l’hydromel sur un "Na Moey Zemle" qui constituait l’un, voir le plus grand fantasme des fans du genre : un démêlé inter-folklorique où Masha donne la réplique aux chanteurs de MAANEGARM, OBTEST, MENHIR ou SVARGA dans un morceau d’une solidité exemplaire, montrant une scène prête à se serrer les coudes pour faire le meilleur d’elle-même. On regrettera presque que cet exercice ne soit pas répété plusieurs fois sur l’album… mais ne soyons pas gourmands.

Car avec une troupe de plus de quinze invités, ARKONA façonne toutes ses possibilités pour finalement s’ériger en référence. Les Russes se gonflent d’acoustique comme jamais et virtualisent un espace dense, possédé par une magie primordiale (ou supposée primordiale). Le groupe oscille entre le lent, le mid-tempo, le blast et le sautillant, entre l’épique grandiose, le pittoresque ou l’épuré, il utilise le violoncelle gravissime comme les petits tapements de mains de tavernes, les tambours de guerre ou un concert de guimbarde. Tout est pensé dans le détail et la variété, l’orchestre folklorique n’apparaît jamais comme un surpoids, toujours comme un atout, et les nombreuses apparitions d’un quintette à cordes apportent une vraie aura dramatique.

La solidité des compos est tout aussi palpable que dans "Vo Slavu Velikim", et ARKONA s’est définitivement débarrassé de ses quelques kitscheries au clavier. Certes Masha Scream reste assez peu crédible car complètement rustre lorsqu’elle balance des « Vadavadava Oï Oï », mais à l’inverse, s’affirme de plus en plus dans ses chants clairs. On retrouve dans "Liki Bessmertnykh Bogov" un ton plaintif qui n’avait encore jamais pris une telle envergure chez le groupe.

Malgré tout, ARKONA manque encore d’une vraie empreinte sonore. La prod' est trop « équilibrée », peut-être encore pas assez osée, les guitares sont peu incisives et on aurait bien vu plus de patates dans les passages plus black, qui sont par ailleurs largement meilleurs que sur le précédent album... Il leur manque justement ce petit coup de pouce.

Et dernier léger défaut : on frise parfois le déjà-entendu… Mais concédons tout de même que même dans les morceaux plus banals ou dispensables ("Tropoiu Nevedannoi", par exemple), ARKONA nous fait plaisir et il m'est vraiment difficile de donner un avis plus critique sur ces 80 minutes d’une rare solidité.

"Goi Rode Goi !" (Génial, l’album, Génial !), dans toute sa justesse, et avec tous les efforts qu’il reflète- pas seulement à l’échelle du groupe, mais à l’échelle du genre- ne peut en aucun cas passer inaperçu, surtout pas dans un univers Folk Metal aseptisé et envahi par sa torchée de bouffons de fêtes du village, dignes clones d’un certain groupe finlandais que je ne cite plus.

Mettant l’accent sur l’imaginaire plus que jamais, avec une sagacité pour composer hymnes sur hymnes, ARKONA touche les hauteurs et se trouve une place confortable entre MOONSORROW et SVARGA. Dommage que le groupe ait déjà grillé pas mal d’atouts et que, dans les jours de mauvaises humeurs musicales, un certain goût de déjà vu ressurgisse ici et là.

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME par VOLTHORD :


NECHOCHWEN
Azimuths To The Otherworld (2010)
Folk nocturne, mystique et évasif trempé au Metal




MOONSORROW
Tulimyrsky (2008)
Un Ep, et nouveau coup de maître


Marquez et partagez






 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Masha 'scream' (chant, claviers)
- Sergey 'lazar' (guitares, balalaïka etc)
- Ruslan 'kniaz' (basse)
- Vlad 'artist' (batterie)
- +invités (instruments, choeurs, chant)


1. Goi, Rode, Goi!
2. Tropoiu Nevedannoi
3. Nevidal
4. Na Moey Zemle
5. Pritcha
6. V Tsepiakh Drevney Tainy
7. Yarilo
8. Liki Bessmertnykh Bogov
9. Kolo Navi
10. Korochun
11. Pamiat
12. Kupalets
13. Arkona
14. Nebo Hmuroe, Tuchi Mrachniy



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod