Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH BRUTAL TECHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Setentia
 

 Myspace (425)

ULCERATE - Everything Is Fire (2009)
Par MEFISTO le 27 Août 2009          Consultée 2948 fois

Le Death est sûrement le style le plus galvaudé de l'univers métallique. C'est vrai quoi ! Prenez le Doom ou le Black ; ils sont évidents à reconnaître et quand notre casque en consomme, il ne se pose pas de sempiternelles questions genre « Est-ce du Death ou… ? ». « Ça c'est Black, ça c'est Doom ». Même si le duo dérive parfois dans des terres plus secondaires telles que l'Atmo, le Sympho, le Drone ou le Funeral, les familles demeurent assez rapprochées.

Mais le Death… merde que c'est compliqué. Portrait d'une famille éclatée: le Death crado d'un côté (old school, brutal, pestilentiel à la CANNIBAL, le Slam), et dans l'autre coin, le Death plus « propre » (le Death Mélodique, le Death Black, le Doom Death, le Death Technique et j'en passe). Pas évident et dès qu'on ne saisit pas les subtilités reliées à cette famille divorcée par la force des choses, on a la fâcheuse habitude de tout foutre les fruits dans le même panier sans les trier. Et c'est là qu'on se goure et que le galvaudage saoule. Et dans la plupart des cas, on se ramasse avec des hybrides nés de croisements douteux ou voulus.

« Death Technique Brutal avec de la classe », voilà comment je définirais le style des Néo-Zélandais d'ULCERATE. Leur branche n'est pas celle des Slameux ou des nécrophiles avides de putréfaction de ce monde (bien qu'ils leur empruntent les cordes vocales), non, leur niche étincelante de gosses de riche frustrés, est sise sur une pelouse finement taillée, verte de fierté. Au-dessus de cette étendue immaculée, gondole un feu vengeur, impitoyable, prêt à consumer jusqu'au dernier os sur cette Terre. Mais un écran de protection imaginaire l'empêche de lécher le terrain d'ULCERATE, trop classe pour se laisser anéantir, trop monstrueux pour s'avachir. Le terrain de jeu est blindé, ne tentez pas de le salir, car votre peinture en cannette vous reviendra en pleine poire et vous aurez l'air d'un clown maquillé à la va-vite !

ULCERATE, de par sa géographie ou son isolation insulaire, je ne sais trop comment spéculer, se distingue du lot Death crado et Death propre en empoignant la tête des deux styles pour les fracasser l'une contre l'autre. Il en récolte ainsi le jus et le mélange pour le faire ingurgiter de force dans la gorge des amateurs (ça vous rappelle pas un film d'aventure cette technique barbare ?!). De toute beauté et ça buzze d'aplomb. Ironique quand on sait que la Nouvelle-Zélande n'est pas nécessairement reconnue pour être le pays le plus rebelle. Une courte recherche vous prouvera toutefois qu'il renferme une bonne quantité de groupes Metal, opposés aux mouvements religieux pullulant autour d'eux.

"Everything Is Fire" est un titre évocateur et idéal pour cette deuxième débâcle incendiaire des zicos. Tout sur cet opus est chaud et brûle la cervelle : les blastbeats, les breaks étourdissants, la défonce des instruments, la violence sous-jacente qui ne fait pas gicler le sang (car trop classe, encore une fois), les vrombissements et les riffs pachydermiques du trio qui clouent l'auditeur au sol et le ruent de coups de poing… ULCERATE est une sacrée claque mes amis : peu de subtilités, de mélodies, mais l'ensemble brille de pureté, ça respire et transpire la qualité. Ça scintille je dirais même, cette dévastation.

Bound by deceit
The mortal consumed
Beyond death
We are lifeless

"Everything Is Fire" est un album complètement cinglé, autant du point de vue musique que de la « prose ». Les structures sont aléatoires et le peu de lignes définies apparaissent comme un zigzag infini, la voix de Paul Kelland est monstrueuse et rajoute des couches de tirs de mortier dans une armée déjà foutrement bien équipée et explosive. Des offensives contre l'humanité, ses imbécillités, sa naïveté et le trou noir dans lequel il aime gerber.

Je vous dis, ça arrive de partout, c'est possiblement ce que j'ai entendu de plus violent cette année. Mais c'est net, sans bestialité, rien à redire sur le son, la prod' ou l'enrobage. Tous les titres sont assommants, dans le bon sens du terme. Tellement, que je ne crois pas qu'ULCERATE possède une clé pour toutes les portes ; il déverrouillera les plus anciennes, mais les neuves risquent de se refermer aussi rapidement qu'elles auront laissé filtrer ce vent maniaque.

ULCERATE, c'est du Death Technique Brutal, y'a pas à en sortir. Aussi immaculé, bien mis, poli malgré son agressivité, c'est rare. Et les raretés, ça s'engouffre par pelletées. Encore plus si la nourriture vous broie les tripes et vous crible d'ulcères...

So weep your blood sincere
Drowning in the deadest sky
Grasping the exhausted ashes of hope
Crowned in absolution
The eternal fallen
Suffocate
We are nil

Je m'avoue vaincu, je ne peux être plus positif que ça.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


HAIL OF BULLETS
…of Frost And War (2008)
#tag : g-u-e-r-r-e 1941-1945




OBSCURA
Cosmogenesis (2009)
Nouvelle genèse à saveur death archi technique


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Paul Kelland (chant, basse)
- Michael Hoggard (guitare)
- Jamie Saint Merat (batterie)


1. Drown Within
2. We Are Nil
3. Withered And Obsolete
4. Caecus
5. Tyranny
6. The Earth At Its Knees
7. Soullessness Embraced
8. Everything Is Fire



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod