Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Lizzy Borden, Traumatisme
- Membre : Quiet Riot
 

 Site Officiel Du Groupe (793)
 Myspace (405)

WASP - Helldorado (1999)
Par POULPI le 13 Juillet 2010          Consultée 5127 fois

La nature humaine étant ce qu’elle est, nous sommes tous de grands curieux devant l’éternel. Les mêmes curieux qui sont partis découvrir l’Amérique ou marcher sur la Lune. Les mêmes curieux qui veulent savoir ce que vaut tel ou tel album de W.A.S.P.

Il m’arrive parfois de rêver d’espaces, de nouveaux mondes, de nouvelles vies et de nouvelles frontières à enfoncer. De nouveaux défis à relever…

Et parfois même, je me prend à rêver qu’on me demanderait mon avis éclairé sur cet étrange album de WASP, me bombardant de questions inventives et pertinentes, à la recherche d’une vérité parfois bien difficile à cerner. Et je répondrais, grand sage généreux et philosophe, pour apporter ma pierre au sacro-saint édifice du Savoir Musical.

Et que me demanderait-on ?

On me demanderait naturellement et avant toute chose si cet "Helldorado" ressemble toujours à du WASP, du vrai, du bon…

Je répondrais du tac au tac qu’une des particularités de WASP est de changer plus ou moins radicalement de style d’album en album. Et qu’à ce titre, on peut considérer qu’il y a W.A.S.P. et W.A.S.P. Sans faire de référence trop foireuse comme en début de chronique, j’ajouterais que dans la mesure ou Blackie est toujours le chanteur du groupe, on sent effectivement qu’on a bien affaire à du WASP, au moins un peu. Je nuancerai néanmoins mes propos en précisant qu’en mélangeant trois bonnes doses d’AC/DC avec une seule petite dose de W.A.S.P., le groupe s’est montré un brin fainéant en inventivité.

On rebondirait forcément en me demandant si le groupe n’a pas effectivement engagé un des frère Young à la guitare…

Je répondrais négativement - pièces administratives à l’appui - ajoutant que le line-up est resté ô combien stable depuis le dernier album en date de W.A.S.P.. A tel point qu’on se prendrait même à évoquer de nouveau W.A.S.P. comme un groupe à part entière. Pour autant, l’influence du groupe sus nommé est tellement évidente, qu’on se voit hésiter entre un hommage éclatant ou un modeste repompage en règle. On sera donc sans nul doute un tantinet déçu, ayant toujours crû que Blackie vendrait son âme à Lucifer plutôt qu’à de simples mortels anglo-saxons.

On me demanderait, avec un sourire narquois, pourquoi avoir choisi une pochette aussi laide…

Je répondrais, caché derrière l’ouverture d’esprit et la tolérance universelle, que cette horrible pochette peut ressembler autant à tout qu’à rien, selon notre représentation personnelle du laid. Le bon goût et W.A.S.P. n’ayant pas toujours regardé dans la même direction, on peut s’estimer heureux en considérant que parmi toutes les maquettes de pochettes à sa disposition, le groupe a certainement choisi la moins moche. Restons donc sagement dans notre ignorance et contemplons bon gré mal gré cette « œuvre d’art ».

On quémanderait enfin mon avis global, forcément génial et définitif, sur cet album…

Je serais clair net et précis. Il vaut mieux ne pas voir cet album comme un mauvais album, mais plutôt comme une grossière erreur de parcours de la part d’un groupe (d’un homme ? De deux hommes ?) encore un peu pommé, et pour le coup très peu inspiré. Si on note d’indéniables bons moments sur cet album, plutôt bien trouvés et pas trop mal travaillés, il s’avère en fin de compte ennuyeux, et ne produit pas l’inertie nécessaire pour réapparaître de façon régulière dans nos platines. L’idée de sortir un milk-shake Heavy-Hard-Rock goût AC/DC n’aura donc pas fait long feu, faute si ce n’est de talent, au moins de génie. Et de génie, notre ami Blackie en est pourtant doté, à n’en pas douter.

Le vieux sage disait : « si tu veux du bon AC/DC, va plutôt t’écouter un album de THE CULT ». On ne peut que rendre hommage à ce saint homme pour sa clairvoyance, et pour son blair hors du commun.

A lire aussi en HEAVY METAL par POULPI :


WASP
The Crimson Idol (1992)
Prosternez-vous...

(+ 4 kros-express)



WASP
K.f.d (1997)
Le retour de la revanche...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POULPI

 
   FENRYL
   HEADLESS CHILDREN

 
   (3 chroniques)



- Blackie Lawless (chant, guitare)
- Chris Holmes (guitare)
- Stet Howland (batterie)
- Mike Duda (basse)


1. Drive By
2. Helldorado
3. Don't Cry (just Suck)
4. Damnation Angels
5. Dirty Balls
6. High On The Flames
7. Cocaine Cowboys
8. Can't Die Tonight
9. Saturday Night Cockfight
10. Hot Rods To Hell (helldorado Reprise)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod