Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Dimmu Borgir, Troll, Carpe Tenebrum
 

 Site Officiel Du Groupe (472)

CHROME DIVISION - Doomsday Rock'n Roll (2006)
Par T-RAY le 27 Février 2008          Consultée 2947 fois

Que fait Shagrath quand il n'éructe pas au micro de Dimmu Borgir ? Eh bien il joue de la guitare dans Chrome Division, un groupe qu'il a fondé parallèlement à Dimmu il y a maintenant presque dix ans. De la guitare? Mais oui, car avant de tenir le micro du "Château Sombre", il en était le batteur et guitariste, tandis que Silenoz s'occupait de la guitare lead et du chant. Mais pourquoi Shagrath a-t-il repris sa guitare ? Pour jouer du black différemment d'avec Dimmu Borgir?

Pas du tout. Chrome Division est un groupe de hard-rock. Et n'espérez pas y voir Shagrath maquillé ou vêtu de clous, ici il s'accommode parfaitement de Ray-Ban, d'un jean et d'une veste en cuir. Et il y compose du vrai rock'n roll bien hard, tirant parfois sur le heavy. Car, comme chacun devrait le savoir, Shagrath n'a pas grandi au son du black-metal dans son enfance. Comme la plupart des vedettes du black, d'ailleurs. Non, hard-rock et heavy-metal figurent en bonne place parmi ses influences. Il a ainsi choisi d'en composer à son tour. Pour un résultat somme toute appréciable et réussi.

Je parlais de hard-rock, donc. Un hard envoyé le plus souvent à rythme soutenu. Formé de musiciens aguerris dans divers styles - du blues au black, évidemment - la mayonnaise prend tout de suite grâce à leur savoir-faire. D'ailleurs Shagrath n'a rien perdu de sa maîtrise guitaristique au fil des années passées dans Dimmu, pour lequel il compose souvent guitare en main. Ses riffs de gratte, donc, bâtissent un hard-rock entraînant, apte à faire taper du pied et même headbanguer. Bien tranchants, les riffs lorgnent souvent sur le heavy, donnant un côté assez épais au hard de Chrome Division, ce qui ne l'empêche pas de virevolter, ce qu'il fait sur une grande partie de l'album. Très bien produit, le son envoie vraiment bien, rendant hommage à une musique que d'aucuns pourraient qualifier de motörheadienne, le côté "outlaw" étant tout aussi présent que chez Lemmy & Co. Rien que de voir les dégaines des zicos ou d'écouter "Serial Killer" ou "Trouble With The Law" suffit pour s'en convaincre. Cependant, là où Chrome Division s'éloigne de Motörhead ou d'autres standards du hard-rock, c'est dans le travail porté sur la structure des morceaux, un peu plus élaborée. Les plans rapides s'enchaînent souvent au sein des titres avec des passages plus lents, qui se révèlent assez heavy.

D'ailleurs Shagrath n'est pas le seul à contribuer à cet aspect heavy, la section rythmique composée de Luna et de Tony White se montrant elle aussi costaude dans son jeu. Si l'on ajoute cela aux nombreux soli et parties à deux guitares, on obtient un disque vraiment puissant, ce que l'ultime morceau de l'album, "When The Shit Hits The Fan", envoyé avec une morgue quasi-punk, vient confirmer. Un corollaire musical de l'imagerie quelque peu rebelle que colporte le groupe et que de très bons titres comme "Serial Killer", "Hate", "Trouble With The Law" ou "Breath Easy" (aux excellents refrains) contribuent à construire. Et avec Eddie Guz au micro, et sa voix faisant parfois penser à Lemmy (un peu) et étrangement à M. Lordi (souvent !) pour son côté grave et éraillé, le groupe a trouvé de quoi verbaliser au mieux cette attitude.

Alors OK, c'est de l'excellent hard-rock, avec une certaine personnalité mais qui mérite d'être encore affirmée histoire de réellement sortir du lot. Musicalement, c'est bien gaulé et ça pourrait l'être encore mieux si le skeud n'était pas gavé de morceaux, 12 au total, dont certains ne sont pas à la hauteur des meilleurs. "Chrome Division", le morceau, n'est pas mémorisable pour deux sous, contrairement à ses trois prédécesseurs, et ouvre le ventre mou de l'album, qui ne se regonfle qu'avec "Breath Easy". "We Want More" est aussi en dessous du reste des titres, et "Till The Break Of Dawn" accuse pas mal de ressemblances avec "Trouble With The Law" au niveau du refrain, ce qui l'empêche de se faire réellement remarquer. Au final, le disque s'en tire avec 60 % de titres mémorisables et 40 % de morceaux plus banals. Mais ce n'est que le début et on attend désormais la suite des aventures de Chrome Division pour entendre cette version "wock'n woll" de Shagrath donner la pleine mesure de ses moyens, qu'on peut penser étendus au vu de ce premier essai.

A lire aussi en HARD ROCK :


BADLANDS
Badlands (1989)
Hard rock




HAREM SCAREM
Weight Of The World (2002)
Hard rock


Marquez et partagez







 
   T-RAY

 
  N/A



- Eddie Guz (chant)
- Shagrath (guitares)
- Luna (basse et vocaux additionnels)
- Ricky Black (guitare lead et vocaux additionnels)
- Tony White (batterie)


1. Doomsday Overture
2. Serial Killer
3. Hate
4. Trouble With The Law
5. Chrome Division
6. Here Comes Another One
7. 1st Regiment
8. Breath Easy
9. The Angel Falls
10. Till The Break Of Dawn
11. We Want More
12. When The Shit Hits The Fan



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod