Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


KRISIUN - Black Force Domain (1995)
Par ROOTSPACOROOTS le 6 Février 2008          Consultée 4261 fois

Nous sommes au milieu des années 1990 et le Death Metal fait office de rejet rectal aux yeux des multiples labels (qui a dit Roadrunner?) qui préfèrent miser sur le "gentil" Néo Metal ou sur le "très méchant" Black Metal (et actuellement sur le "dès moment méchant, dès moment gentil" Metalcore). Bref, le Death Metal touche à sa fin comme une bonne grosse vielle bête de foire et voit son existence se poursuivre dans une gigantesque fosse sceptique.
Mais bon, à qui la faute? Aux opportunistes? Aux signatures sur diverses majors? A une répétition musicale? A une volonté de s'élargir au grand public ? Un peu de tout ça en fait!
Napalm Death se terre dans une sorte de Death grand public qui durera heureusement juste le temps de 3-4 albums avant de publier des chefs d'œuvres de brutalité exemplaire dont Carcass n'aura pas la chance de riposter puisque le combo split juste après le (trop) rock n roll Swansong. Morbid Angel et Cannibal Corpse se séparent de leurs frontman, Obituary abandonne la course pour 6 ans et Sepultura n'en parlons même pas!
Bref, le Death est dans une merde refoulante, sale et putride!

Ben comment ça se fait que j’écoute toujours cette merde et qu’en plus j’aime bien ça ? Me growlerez-vous !
Et bien, comme dans tout conte de fée surgit un élément salvateur, le Death en est par conséquent point exempt et ainsi apparaît une troupe de groupes qui décidèrent de stopper cette descente aux enfers en faisant évoluer le Death tout en conservant les bases: rapidité et brutalité. Donc Nile, Cryptopsy, Akercoke et consorts permirent au Death de relever la tête et ainsi de se refaire une beauté.

Et Krisiun dans tout ça me vomirez vous ?!
Ah, Ah ! Et ben, pour tout vous dire, Krisiun n’a rien inventé, strictement rien, zob zob ! Mais en 1995 apparaît un album doté du nom très religieux « Black Force Domain » et emmené par trois frangins chevelus, barbus, bodybuildés (on se demande à quoi doit ressembler la mère) et surtout férus de Death Metal dans son aspect le plus brutal s’il vous plait !
D’ailleurs, un petit extrait d’une interview d’Alex Camago paru dans je ne sais plus quel mag metal s'impose :
- Que représente le Death pour toi
- Ben euh...je ne sais pas, je dirais que c’est une réaction à toutes ces petites tapettes sur MTV qui croient faire du rock !
Yeah, ça c’est de la réponse ! On n'est donc pas dans une démarche à proprement parler « intellectuelle » mais est-ce ce que l’on demande au metal extrême ?
Donc, oui cet album est bien une contre réaction et par conséquent une manière pour toute personne de canaliser sa frustration dans un déluge apocalytique !
Krisiun n'a rien inventé mais a rappelé d'où vient le Death metal avant tout, un peu comme la bonne vieille maîtresse qui vous assène des coups de trique à travers la gueule pour vous rappeler comment jadis on vous apprenait la bonne conduite en opposition à celle qui s'inclue dans une nouvelle mode d'enseignement tout aussi efficace mais moins radical.

Et qu’est ce que cet album a de plus que les autres sorties de la même époque ? Me ferez chier vous !
Et c’est là que Krisiun fait toute la différence ! Car Krisiun n’a point décidé de sortir un album de Death « grand public », « mélodique », « mou du genou » ou même « original » ! NAN, Krisiun a décidé de faire du Death comme on en faisait à la fin des eighties-début neighties, en plus brutal. D’ailleurs, à l’écoute de cet album, une des principales influences de Krisiun se révèle être sans contexte les grandioses et divins Sepultura période Schizophrenia et Beneath the Remains, et je ne dis pas ça parce qu’ils sont tous deux natifs del Brazil, pays du carnaval et du trafic d'organe.
Certes, Krisiun est loin d’être une copie de leurs cousins mais certaines ressemblances par ci, par là nous font penser à la bande de Max, de part notamment l’ambiance tendue, agressive, incantatoire, malsaine de ce disque.
Krisiun, c’est l’excès dans toute sa splendeur car ce Black Force Domain est l’un des disques de Death, sorti en ce millénaire les :
- moins variés : les morceaux ont à peu près tous la même structure.
- plus rapides : franchement, on doit être dans les 240 BPM.
- plus linéaires : ouais, ça avance tout droit et les variations sont plutôt rares.
- plus méchants : Hé hé !
- plus cradingues : re Hé hé !
D’ailleurs c’est ce qui tend généralement la perche aux détracteurs de cet ultime groupe, les ignorants !

Et l’ambiance dans tout ce merdier ? Me ferme ta gueule ou j'vais te tuez vous !
Ah ah ! Et c’est là que Krisiun nous prouve qu’il ne fait pas dans la branlette technique. On peut certes reprocher (et encore "reprocher" n’est pas le mot approprié puisque c’est ce qui fait tout son charme) à cet album d’être un peu trop porté sur le minimaliste et la simplicité compositionatrice (cherche dans le dico et tu me diras le temps que t’as perdu !) mais certainement pas vide et superficiel.
Car qui n’a jamais eu envie à l’écoute de la chanson titre ouvrant cette messe démoniaque de dessiner un pentagramme avec de l’essence dans sa chambre pour y foutre le feu et ainsi invoquer le grand bouc et ses acolytes (et surtout une fessé de sa moman)?
Qui n’a pas eu envie à l’écoute du riff principal de "Hunter Of Souls" de se lever de son canapé et de gueuler en transe : « Satan, baise moi ? » ou de subir des convulsion tant ce morceau pourrait transformer Doc Gyneco en nerveux compulsif schizophrène !
Oh putain et qui, mais qui ne s’est pas senti happé par les profondeurs des enfers et témoin de l’apocalypse du côté obscur de la force à l’écoute de l’instrumental "Infamous Glory" où Moyses fait parler sa guitare avec des descentes et montées de gammes grandiosement grandiloquentes ? Et tout ceci uniquement accompagné de nappes de claviers imitant le son d’un orgue joué par le prince des ténèbres.
Là où Rhapsody prône les capacités elfiques, Krisiun lui semble, à travers sa boucherie, faire l’apologie d’un gigantesque Troll des cavernes dévastant tout sur son passage et tapant très fort sur la tête pour satisfaire sa violence gratuite !

Et les zicos dans tout, ça ils valent quoi ? Me pan t’es mort vous !
Loin de faire dans la démo gratuite, nos cavaliers de l'apocalypse ne sont pas des bites lépreuses pour autant!
Le chant d’Alex Camargo, proche du registre de Mr Cavalera période Schizophrenia, est phénoménal. Ses lignes de chant se démarquent des autres chanteurs par leur côté incantatoire et bestiale. De plus, sa façon de répéter plusieurs fois de suite la même phrase comme un slogan vous annihile le cerveau, vous donnant encore plus envie de vous taper la tête contre un bénitier.
Et les solos et riffs de Moyses ? Imaginer que vous manger un bon gueuleton en écoutant ce disque. Et bien, au premier solos, vous n’avez plus qu’à passer la serpillière. Non que le gars soit mauvais, au contraire même ; simplement la manière dont il utilise les cordes de sa guitares provoque un son vous infligeant des maux comme si vos intestins prenaient vie et désiraient sortir par le haut. Et puis ces riffs qui vous tiennent en position de tension extrême tout du long, Arrrrgh!
La batterie de Max est quant à elle en mode blast tout du long et pourvu d'une précision métronomique flippante qui en dit beaucoup sur l’endurance du bonhomme.

Tout cet album est une redoutable messe sans temps morts, avec comme objectif de créer en vous une énergie puissante et dévastatrice vous dévoilant quel grand méchant vous pourriez être. Krisiun prouve que le Death peut-être autant voire plus Evil que son cousin le zoo de pandas, j’ai nommé : The Black Metal.
Même Benoît XVI ne pourrait s’empêcher d’headbanger en rotatif si il avait des cheveux. Faire écouter ce disque à une none ayant fait vœux de chasteté reviendrait à la transformer en harpie férue de sexe prête à se mettre un crucifix dans son intérieur intime où la semence de Belzébuth pourrait bien y pénétrer pour amener l’antéchrist en ce monde.

A lire aussi en DEATH METAL par ROOTSPACOROOTS :


BRUJERIA
Raza Odiada (1995)
Viva la revolucion via Death/Grind




BENIGHTED
Icon (2007)
Extremes bouliches for extremes popols!!!!!!!!!!!!


Marquez et partagez




 
   ROOTSPACOROOTS

 
  N/A



- Moyses Kolesne (guitare)
- Alex Carmargo (chant, basse)
- Max Kolesne (batterie)


1. Black Force Domain
2. Massiah Of The Double Cross
3. Hunter Of Souls
4. Blind Possession
5. Evil Mastermind
6. Infamous Glory
7. Rejected To Perish Below
8. Meanest Evil
9. Obession By Evil Force
10. Sacrifice Of The Unborn
11. Nuclear Winter - (bonus Track)
12. Total Death - (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod