Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel D'ice-t (591)

BODY COUNT - Violent Demise: The Last Days (1997)
Par FENRYL le 3 Février 2008          Consultée 4222 fois

Ice-T, bien avant de faire les beaux jours d'une série TV à succès (officier luttant contre les crimes sexuels... Un comble pour un mec faisant l'apologie du sexe thrash et des femmes qualifiées de « faciles » !) était avant tout un rappeur issu du gangsta rap. Son partenaire musical de l'époque, Ernie-C, se gavant des riffs de BLACK SABBATH, lui offrait la possibilité d'entrevoir des horizons différents du ghetto de South Central (Los Angeles). BODY COUNT ainsi formé, c'est de cette manière que le groupe entre dans la grande famille Metal.
Deux albums plus tard, le combo est de retour dans les bacs pour leur troisième production. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est clairement attendu au tournant. Suite à un « Born dead » très décrié (ici même d'ailleurs), la charnière centrale du groupe Ice-T/Ernie-C décide de virer l'ancien bassiste et de le remplacer par le dénommé Griz.
On retrouve pour le reste un line-up toujours aussi efficace (avec toujours la présence inutile et inexpliquée des deux Sean, crédités à chaque fois, mais sans rôle aucun). La ligne directrice musicale n'évolue guère, même si le son gagne en chaleur. On ne trouve pas de véritable chamboulement mais les guitares sont plus marquées, une attention toute particulière semble avoir été apportée sur l'aspect mélodique de l'album. Nous sommes ainsi en présence d'un disque de Hardcore fleurant bon la qualité de production.
Les textes, autre temps fort des productions du groupe, quittent la section « politique à outrance » et se concentrent sur les bons vieux thèmes des gangs, de la violence et du sexe...Comme au bon vieux temps, me direz-vous !
Pour preuve: un artwork plus urbain, avec les classiques chemises des gangs ricains en pochette ou encore l'arrière d'une balle de calibre 45 sur le CD lui-même.
On retrouve donc pèle-mêle:
- des interviews (x3) par des journaleux pas vraiment ouverts à la cause Metal de Ice-T (le problème est réglé de façon... radicale), très inspirées par les intermèdes ponctuant la première offrande d'INFECTIOUS GROOVES (1991), le side-project de Mike Muir et Robert Trujillo (SUICIDAL TENDENCIES).
- des intros (x2) parlées... bouffant des plages !

Si vous faites le calcul, il vous reste donc 11 titres sur les 16 annoncés. On aborde ainsi:
la liberté de pensée et de libre arbitre: l'excellent « My way », efficace car emmené par un riff de la maison Ernie-C des plus marquants. Quel démarrage en fanfare mes amis !
- Le sexe, de façon toujours aussi crue avec l'énorme « Slippers » et sa déclaration d'amour rapée qui dégénère: grossier à souhait ! Le tout sur des murs de guitares et de choeurs guerriers entraînant un headbanging des plus sains ! « Bring it to pain » repose sur un mid tempo très heavy, ralenti à l'extrême, avec en fond les manifestations de plaisir d'une demoiselle. L'ensemble allant crescendo, vous voyez comme s'achève le titre, je suppose ?! Le premier single, le très réussi « I used to love her », raconte, quant à lui, la fin d'une liaison amoureuse (basée sur le cas O.J Simpson paraît-il !!! Provoc' quand tu nous tiens !). Ne cherchez pas l'hommage constructif en l'honneur de l'ex... Vous vous en doutiez, n'est-ce pas !
- La prison par l'intermédiaire de « Dead man walking ».
- La corruption avec « Truth or death » dans une configuration typique de BC: jeu de guitares minimaliste et très lent. Les refrains sont scandés dans la pure tradition.
- Dans la même veine, BC aborde le rapport à l'argent: Ice-T s'adresse directement à lui, signifiant qu'en son absence, ses parents se battaient à son sujet, sa vie sexuelle était inexistante (!), nombre de ses amis ont perdu la vie par sa faute...
- Les différentes façons de mourir sur « Violent Demise », track construite selon un schéma proche de « Born Dead ».
- L'auto-satisfaction avec la désormais traditionnelle « BODY COUNT song »: rien de nouveau avec ce « You're fucking with B.C », mais c'est toujours aussi bon !
- L' « humour » cinglant sur le très MÖTORHEADien « Dr.K » pour Docteur Kevorkian, pathologiste pratiquant le suicide assisté: BC vous propose de le rencontrer si vous êtes en manque de Prozac et autres Xanax... Ils ont fait tellement plus provocateurs !
- Un O.V.N.I: « The last days ». Ce titre de six minutes achève l'album par une note plus « travaillée »: morceau mélodique par excellence (collector pour des mecs pratiquant le hardcore), basé sur un bilan très sombre des relations humaines... Ne croyant pas véritablement à des modifications des relations inter-ethniques dans le futur, Ice-T annonce les derniers jours de l'espèce humaine. En espérant se tromper... C'est pourtant une succession de drames qui va frapper le groupe dans les mois suivants: Beatmaster V, batteur du groupe et grand ami du chanteur décède d'une leucémie peu avant la sortie de cet opus, puis D-Roc, emporté par un cancer. Mooseman, l'ex-bassiste participera tristement à la théorie de la malédiction en se faisant tuer au cours d'une fusillade dont il n' était pas la cible (il était à ce moment là le bassiste de « l'iguane » alias Iggy Pop)...

Quand rien ne va... Le groupe cessera de produire jusqu'à la sortie d'un inespéré quatrième album en Août 2006...


Verdict: 3/5 bien gangster.

Conseil: jetez-vous obligatoirement sur les lyrics du groupe (de grands moments de poésie en perspective !), ne négligez pas les quelques vidéos en ligne sur les sites dédiés à cet effet.

Surprise: la qualité des titres de cet album qui ont le bon goût de finalement nous faire oublier le précédent opus... Pas difficile, me direz-vous et j'en conviendrais volontiers ! Laissez leur une chance !

A lire aussi en HARDCORE par FENRYL :


HATEBREED
The Rise Of Brutality (2003)
Superbe entrée au panthéon du Hardcore burné...




HATEBREED
For The Lions (2009)
Rugir de plaisir avec du hardcore ?!


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Ice-t (chant)
- Ernie C (guitares, synthé)
- Griz (basse, samples)
- D-roc (guitares)
- Beatmaster V (batterie)
- Sean E Sean (sniper)
- Sean E Mac (kidnappeur)


1. Interview.
2. My Way (featuring Raw Breed).
3. Strippers Intro.
4. Strippers.
5. Truth Or Death.
6. Violent Demise.
7. Bring It To Pain.
8. Music Business.
9. I Used To Love Her.
10. Root Of All Evil.
11. Dead Man Walking.
12. Interview End.
13. You're F**kin' With Bc.
14. Ernie's Intro
15. Dr. K
16. Last Days



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod