Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE/RAPCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel D'ice-t (575)

BODY COUNT - Manslaughter (2014)
Par FENRYL le 9 Novembre 2014          Consultée 2183 fois

"Oouaouaouuuh les mecs, hey, les mecs, putain BC est de retour !!! Yeah ! BODY mothafuckin' COUNT !!!"… Gros vent, et pas de retour, si ce n'est l'écho de mes putains de vomissements dans les couloirs. Personne ne semble réagir. Autour de la machine à café, quelques regards se retournent vers moi, l'air éthéré… "Bah quoi ?!! Putain les mecs BODY COUNT 's the house quoi !!"… Après quelques interminables secondes de silence, l'un d'entre "eux" fait dans le social… et me tue en lâchant un...

"Désolé mec, mais on connaît pas ton groupe"…

La claque. Je me prends en pleine gueule tout à coup que le premier méfait dantesque de BC date de 1992… Soit 22 ans… C'est bon, c'est clair, je suis désormais un vieux… Mes "jeunes" collègues ne connaissent pas le brûlot fondateur du combo, encore moins les autres opus studio pondus jusqu'en 2006 dont heureusement le particulièrement dispensable "Murder 4 Hire" qui avait semblé sceller le destin funeste du groupe. Il faut dire que le sort avait alors accablé le groupe en emportant deux de ses membres par la maladie et un troisième au cours d'une fusillade… "Ma roche le marbre, ma couleur le noir, mon chiffre le 0…". Quand rien ne va…
Alors revoir se pointer monsieur Ice-T et son génial acolyte/membre fondateur Ernie-C courant 2014 relève du miracle absolu !

"Allez, montre une photo de ton groupe Fenryl, c'est bon, fait pas ta gueule… Ah mais si, je le connais lui, il joue dans NY Unité Spéciale…" … sic… Je vomis. Ice-T n'est maintenant réduit qu'à ce statut !

Musicalement pourtant, le duo avait su proposer une fusion Hardcore/Rap qui avait fait mouche (cf. les précédents épisodes disponibles sur le site en kro et kro ex).

Pour les amateurs et les connaisseurs du groupe, Ice-T ne voudra pas vous surprendre. On sent ici qu'on ronronne certes, mais en territoires connus. Ce n'est pas pour me déranger.
Le son est chaleureux, rond et puissant. On évitera toute forme de comparaison côté section rythmique depuis le décès du trop mésestimé Beamaster V même si III Will et Vincent Price font du joli travail, propre et efficace.
Ice-T possède un timbre de voix quasi inchangé : c'est d'ailleurs troublant car son chant paraît encore plus propre et léché qu'à l'accoutumée. Surprenant. Il assure tout à fait en ce sens même si on regrettera un manque d'énergie et de rage au fil des tracks.

Pourtant, ce "Manslaughter" se laisse avaler sans dégoût ou déception. BODY COUNT délivre une copie sérieuse, ni tapageuse, encore moins pompeuse.
On attend du "motherfucker", on est assez bien doté ("Get A Job"), moins de "Niga" je trouve toutefois. La verve est certes un poil moins féroce mais certains textes sont toujours aussi intéressants à bouffer (mention spéciale pour "Institutionalized 2014" et son délire Xbox). On parle toujours d'agression (au couteau ici par une femme), de sexe (encore du sample d'orgasme, vu, revu et réentendu mais très bon sur "Black Voodoo Sex" !).
Ernie y va toujours de ses petits soli typiques ("Back To Rehab", "Manslaughter", "Get A Job"… enfin bref, à chaque titre ou presque), ce qui ne peut que renforcer notre nostalgie. Impossible de se projeter dans le futur tant on a l'impression de vivre une expérience "Back To Rehab" ici.
J'ai apprécié la présence toute symbolique de Jamey Jasta (HATEBREED, groupe dont je raffole) sur un morceau en guest, l'hommage à SUICIDAL TENDENCIES ("Institutionalized 2014" et son Hardcore/Punk bien pêchu se terminant par un "Suicidal" de circonstance) mais râlé sur la présence en final d'un "I Will Always Love You" vide de sens qui veut copier les autres références du groupe dans le genre "morceau fleuve" et le sempiternel remix qui n'apporte pas franchement grand-chose (quoique la réorchestration burnée a du bon).
Il faudra apprécier l'effort de relancer la machine sur la fin de l'album : "Enter The Dark Side" tente avec ensuite "Bitch In The Pit" (belle histoire de tournée !) d'allier mid-tempo et moments plus déjantés. Pas mal vu.

En 14 morceaux et 50 minutes, peut-on résoudre l'équation simple "en 2014 BODY COUNT a-t-il encore une place dans le paysage moribond du Rapcore" ?…
Difficile de trancher de façon franche et nette : ce "Manslaughter" est une galette honnête et plaisante. Elle manque de temps forts même si elle s'ouvre avec un duo efficace comme le veut la coutume du pays ("Talk Shit, Get Shot" + "Pray For Death") mais loin du compte escompté. Il manque ici, au final, un hymne, le tube classique, la claque qui faisait à chaque fois retenir un moment de chaque opus du combo.
Je ne saurais donc que trop vous inviter à remonter la disco de BODY COUNT tout en appréciant ce dernier effort, en espérant qu'il pourra nous offrir encore quelques années en présence de ce groupe pour les "jeunes vieux" donc !

Note réelle : 2,5/5 arrondi au supérieur pour le plaisir de ré-entendre ses lascars !

A lire aussi en HARDCORE par FENRYL :


DOWNSET
Do We Speak A Dead Language ? (1996)
DOWNSET passe au hardcore pur et dur...




CANCER BATS
Dead Set On Living (2012)
Punk Harcdore sudiste qui défouraille !


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Ice-t (chant)
- Ernie C (guitare)
- Iii Will (batterie)
- Juan Of The Dead (guitare)
- Vincent Price (basse)
- Sean E Sean (sample, chœurs)


1. Talk Shit, Get Shot
2. Pray For Death
3. 99 Problems Bc
4. Back To Rehab
5. Manslaughter
6. Get A Job
7. Institutionalized 2014
8. Pop Bubble (avec Jamey Jasta)
9. Enter The Dark Side
10. Bitch In The Pit
11. Black Voodoo Sex
12. Wanna Be A Gansta
13. I Will Always Love You
14. 99 Problems Bc (rock Mix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod