Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  LIVE

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Andromeda, Rush, Southern Empire, Serdce, Circus Maximus, Headspace, Maschine, Pagan's Mind, Shadow Gallery, Gordian Knot, Pain Of Salvation, Headline, Superior, Vanden Plas
- Membre : Derek Sherinian , The Winery Dogs , Platypus, Osi, Black Country Communion, Dominici, Jordan Rudess , Frameshift, James Labrie
- Style + Membre : Liquid Tension Experiment, Planet X
 

 Site Du Fan Club Officiel Français (2399)
 Site Officiel (77)
 Chaîne Youtube (67)

DREAM THEATER - Score (2006)
Par METAL-O PHIL le 31 Janvier 2007          Consultée 6555 fois

Cette chronique sera très courte et dépassionnée. Tout d’abord pour contrebalancer avec l’infâme pavé que je vous ai pondu non sans passion pour décrire le DVD correspondant. De plus, il n’y a pas grand-chose à dire de plus.
Il y a bien une chose : ça fait un peu mal aux fesses d’avoir à débourser 20 euros pour avoir l’enregistrement audio du DVD que l’on a déjà payé 25 euros, tout fan que l’on puisse être.
On peut se questionner (enfin si on n’a que ça à faire ...) sur l’absence d’un coffret CD + DVD qui aurait été nettement plus intéressant.
Le non fan n’achètera que l’un des deux produits, seul l’inconditionnel acceptera de vider ses poches 2 fois ou de devenir un fils ou un neveu modèle (merci tonton, de m’avoir offert la version CD !).

Pour le détail du concert, référez vous donc à la chronique du DVD déjà présente sur le site (ça me fera des stats …), il n’y a pas beaucoup de différences, sauf :
- qu’il n’y a pas d’image,
- que les monologues entre les titres ont été supprimés.

A noter le fait que « Six Degrees Of Inner Turbulence », pièce de 42 minutes normalement divisée en plusieurs pistes pour rendre l’écoute plus facile est ici présentée en une seule piste. Avantage ou inconvénient ?
En vérité, cela permet de mieux apprécier l’ensemble et les enchaînements (alors pourquoi avoir fait des pauses par exemple entre « About To Crash Reprise » et « Grand Finale/Losing Time » ?). Mais la conséquence immédiate de ce regroupement nuit à la réécoute du morceau en entier. Il faut dire ce qui est, ce morceau, génial et très bien construit n’en reste pas moins fatiguant et répétitif. On aurait aimé avoir la possibilité d’en écouter que quelques petits bouts comme « Solitary Shell » ou « Losing Time ».
Enfin bon, Mike Portnoy a dû faire un choix et il a tranché. L’autre solution aurait également fait grincer des dents.

Inutile de revenir sur la performance magistrale des 5 musicos. Quant au son, il est d’une pureté extraordinaire, aucun des instruments n’est sous mixé. Il me semble d’ailleurs mieux entendre l’orchestre que sur le DVD.
Score est un live qui contient une setlist plus axée « ambiance » que « technique » : illustration, c’est « Vacant » qui a été choisie pour représenter l’album Train Of Thought !
Ce concert me conforte dans l’idée qu’au niveau des groupes qui privilégient la technique au dépourvu de l’atmosphère, il y a franchement bien pire.
De plus, la progression « chronologique » entre les morceaux permet aux novices de découvrir DREAM THEATER sous différentes époques.

C’est curieux comme ce concert sonne comme l’aboutissement d’une carrière, d’une finalité. Tellement qu’on a du mal à imaginer une suite. Ce genre de position d’apogée de carrière est souvent prétexte à ce qu’on peut appeler en terme métallistiques le SYNDROME TIMO TOLLKI (STRATOVARIUS) : toujours vouloir être plus grandiloquent, chanter plus aigu, jouer plus vite (écoutez donc Elements Part 1), avoir plus de poils, etc ...
Bref, une course à l’armement, une soif maladive et grandissante de « l’avoir plus grosse », si je puis me permettre cette comparaison « an-atomique » (ok facile ...).

Cependant, DREAM THEATER ne prend pas la grosse tête (enfin pas trop, après tout qui ne la prendrait pas ...) et, à l’heure où je vous parle, compose son 9ème album studio et annonce déjà une tournée mondiale, avec des concerts qui apparemment dureront moins longtemps.
De plus, Mike Portnoy a bien précisé que l’exercice de l’orchestre allait rester rare voire unique pour ne pas perdre de sa saveur : ruez-vous donc sur Score !

A lire aussi en METAL PROG par METAL-O PHIL :


EVERGREY
Monday Morning Apocalypse (2006)
Le meilleur ?




BEYOND TWILIGHT
For The Love Of Art And The Making (2006)
Un concept album évolutif!un vrai coup de génie!


Marquez et partagez




 
   METAL-O PHIL

 
  N/A



- Kevin James Labrie (chant)
- Mike Portnoy (batterie, percussions et chant)
- John Petrucci (guitare et chant)
- John Myung (basse)
- Jordan Rudess (piano électrique,continuum,gui)
- Jamshied Sharifi & Octavarium Orchestra (20 musiciens)


- cd1
1. Intro/the Root Of All Evil
2. I Walk Beside You
3. Another Won
4. Afterlife
5. Under A Glass Moon
6. Innocence Faded
7. Raise The Knife
8. The Spirit Carries On

- cd2
1. Six Degrees Of Inner Turbulence
2. Vacant
3. The Answer Lies Within
4. Sacrificed Sons

- cd3
1. Octavarium
2. Metropolis



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod