Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH MODERNE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1998 The Haunted
2000 1 Made Me Do It
2003 1 One Kill Wonder
2004 2 Revolver
2006 2 The Dead Eye
2008 1 Versus
2011 Unseen
2014 Exit Wounds
 

- Style : Darkane
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Myspace Officiel Du Groupe (230)
 Site Officiel Du Groupe (390)

The HAUNTED - The Dead Eye (2006)
Par CANARD WC le 4 Décembre 2006          Consultée 6694 fois

Le dernier HAUNTED est à lui seul l’archétype de ce que le Metal ne doit absolument pas être dans les prochaines années : une musique prémâchée, impersonnelle, sans imagination et superficielle. C’est ce genre d’album qui vide peu à peu de son sens le Metal (avec un grand M). Un produit calculé pour faire beaucoup de bruit pour rien. L’originalité d’un album estampillé « Star Académie », sauf que là c’est du Metal.

Et je crache à la gueule de ce Metal là.

Bon vous sentez que je vais pas être dithyrambique. Donc pour changer, on va faire un petit jeu. Je suis allé voir du coté de mes compatriotes « les chroniqueurs Metal du Net » qui, à de rares exceptions près, ont encensé « The Dead Eye » (et je ne vous parle même pas de la Presse écrite).

Je les cite donc et je commente ensuite.

Le chroniqueur : « Alors c’est sur qu’il ne faut pas plus de quelques secondes pour retrouver la patte du groupe. C’est bon d’être en terrain conquis. Du bon gros Thrash moderne qui déménage. »

Commentaires du Canard : Le groupe a justement abandonné sa marque de fabrique et son Thrash moderne bien bourrin pour arborer un gloubi glouba de Death Goteborgien, Néo Metal, gros Thrash, le tout avec des aspects mélodiques. Quel est le rapport avec des tueries précédentes comme « One Kill Wonder » et « Made me do it » ? Aucun. Avant c’était mieux, maintenant ça pue la compromission.


Le chroniqueur : « Pour ce sixième album, le quintet Suédois a décidé de tirer le frein à main en nous proposant des compos plus variées avec pas mal de mid-tempos et de mélodies épiques. The Haunted opère donc ici un virage musical, amorcé sur "rEVOLVEr", en abandonnant les riffs et les blasts dévastateurs du Trashcore au profit d'arrangements plus heavy et d'une dynamique plus harmonieuse et fluide. »

Commentaires du Canard : En effet, le coté « mou du genou » (entrevu sur « rELVOLEr ») est ici confirmé. Quelque part tout cela obéit à une forme de logique. Sauf que le résultat final est douteux : inspiration proche du néant, aucun titre marquant et une inconstance pénible. Heureusement que la production pète, ça masque un peu les carences de la musique.

Tout le paradoxe est là : le boucan parfaitement orchestré sauve les meubles. Au passage, THE HAUNTED peut remercier Tue MADSEN, en passe de devenir le « Bob ROCK du Metal moderne ». On ne saurait que trop conseiller à ce dernier de s’intéresser à des groupes qui valent un peu plus le coup.


Le chroniqueur : « Car oui, comme je le disais au début, The Haunted possède une vraie personnalité, un vrai univers et chacun de ces titres plus calmes peut sonner comme une invitation à s'y plonger pour peu qu'on se laisse entraîner ».

Commentaires du Canard : C’est exactement le contraire. Le groupe est plus que jamais perdu, a abandonné le peu de style qu’il avait commencé à se forger et donne l’impression de bouffer à tous les râteliers. Aucune pertinence musicale, les morceaux se succèdent de façon improbable. On surajoute des éléments les uns sur les autres « en espérant que ça fasse bien et que la sauce prenne ». Alors évidemment je suis dur, ce n’est pas toujours la catastrophe, mais le tout est indéniablement insipide.


Le chroniqueur : « D’accord. On peut dire ça. « Made Me Do It », comme référence absolue. Mais ça reviendrait à affirmer que sortis de Reign In Blood, SLAYER n’a rien fait. Tiens c’est marrant à quel point le nom de SLAYER peut revenir souvent lorsqu’on parle de THE HAUNTED. Ca doit agacer à force (...) Et jusqu’au bout, on alterne. Faut pas gâcher. Mais a coup sûre l’estampille « 100% pur HAUNTED » elle est là. Mais si écoutez bien, faites pas les innocents. C’est l’album que vous attendiez. Le genre qu’on achète les yeux fermés, un massacre qu’on dit. De toutes façons, vous le savez bien, pour faire du THE HAUNTED, il n’y a que…THE HAUNTED ! Et c’est pour ça qu’on les aime !
Un peu comme SLAYER quoi ».

Commentaires du Canard : Le parallèle avec SLAYER avait un certain sens aux débuts de la carrière de THE HAUNTED. Il y avait comme une « brutalité » commune. Des relents Thrash convergents. Mais depuis « rELVOLEr », la comparaison s’arrête là. Et depuis « The Dead Eye », c’est carrément devenu insultant pour la bande à Kerry KING.

Donc oui, c’est un massacre mais pas dans le bon sens du terme, c’est un massacre au sens strict. Une purée sonore sans âme. THE HAUNTED n’est plus. Fini. A pu. Le groupe a rejoint le coté obscur de la force, le grand Capital (avec un grand K) et son lot de produits formatés. C’est pour cette raison qu’on les aimait pour ce qu’ils ETAIENT avant, et non pour ce qu’ils deviennent.


Le chroniqueur : « On est loin du temps où le groupe se voyait coller l'étiquette de Slayer de seconde zone, passant du rang d'élève inspiré au rang de maître à penser. Et ce cinquième album, deux ans après un rEVOLVEr dont le seul véritable évènement était constitué par le retour du vocaliste d'origine - Peter Dolving-, devrait mettre tout le monde d'accord. The Haunted fait le lien avec une facilité déconcertante entre le répertoire binaire de ses débuts et la subtilité de ses derniers efforts discographiques ».

Commentaires du Canard : Tout le monde devrait tomber d’accord pour dire que CDLM. Normalement. Mais quand je lis le mot « subtilité », j’ai l’impression d’halluciner sévère. La perception humaine est quand même quelque chose de fantastique.


Que dire pour finir ? Que c’est un album à éviter ? Je le pense sincèrement. Que le groupe a pris un tournant ? Oui et un tournant très dangereux ajouterais-je.

Cela dit, quand je lis des commentaires comme celui-là : « Note : 17 / 20 : Dommage qu'ils se soient ramollis. Reste qu'ils font de la soupe d'excellente qualité. Alors pourquoi pas ! », ça me plonge dans des Abîmes de perplexité. Et si c’est moi qui avait tort finalement ? M'enfin de la "soupe" comme ce "Dead Eye", très peu pour moi.


Note : 1/5.

Pas de chanson préférée.
Pas de chanson détestée.
Juste un « tout » homogène dans la médiocrité.

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


SODOM
Better Off Dead (1990)
à (re)découvrir.




OVERKILL
The Years Of Decay (1989)
Overkill remonte la pente délicieusement...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   AAARGH
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Peter Dolving (chant)
- Anders Björler (guitare)
- Jonas Björler (basse)
- Per Möller Jensen (batterie)


1. The Premonition
2. The Flood
3. The Medication
4. The Crowning
5. The Reflection
6. The Prosecution
7. The Fallout
8. The Medusa
9. The Shifter
10. The Cynic
11. The Failure
12. The Stain
13. The Guilt Trip



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod