Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Darkane
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Myspace Officiel Du Groupe (287)
 Site Officiel Du Groupe (437)

The HAUNTED - Unseen (2011)
Par AAARGH le 16 Novembre 2011          Consultée 2769 fois

La plupart des groupes arrivent à un moment de leur carrière où ils sortent un album divisant les fans et signifiant un tournant net (et potentiellement déstabilisant) dans leur orientation musicale. Au hasard : "Load", "Chaos AD", "Host", etc...

Pour le groupe dont le dernier disque fait l'objet de la chronique ici présente, c'est pas entièrement vrai car les vrais fans sont partis à l'arrivée du second album, un peu comme comme pour METALLICA. Dans les deux cas, le virage mélodique signifiait une trahison de l'esprit du groupe et de ses fans en reniant musicalement premier album en évoluant légèrement.

Bon, mais maintenant que je me suis débarrassé des gens impressionnables, on est entre nous ami lecteur, et je te remercie de ta présence. Attends, je vais ranger le label 5 que je laisse pour ceux-là...
Tu veux un Finlaggan? Non ? T'es plutôt bière, alors ? Une Triple Karmeliet ? Non plus !? Un thé, si tu veux, du Lapsang Souchong ? Oui, je suis un vieux con élitiste... Pardon ? Tu veux un coca !? ! Pfff...

J'adore THE HAUNTED, c'est comme ça. Sa perpétuelle évolution (à l'instar d'un FAITH NO MORE, toute proportion gardée), le chant de Dolving, les parties guitares, les mélodies, la diversité des ambiances et surtout le grain de Dolving qui l'habite depuis que nous le connaissons chez MARY BEATS JANE. Même s'il a l'air calmé sur ce disque, l'écriture de son bouquin a dû lui faire du bien...

Après "Versus", en forme de recul et aujourd'hui désavoué, "Unseen" offre une sorte de vraie continuité avec "The Dead Eye", plus particulièrement avec la chanson "The Failure".
Ce qui caractérise aussi ce disque, c'est ce son propre, clair et puissant, lisant en partie l’agressivité et la violence des morceaux (qu'ils retrouveront en live, gageons-le) avec une basse audible. Le tout donnant au final, si on souhaite caractériser cette clarté et ce feeling "rock".

Oui, je sais, dit comme ça ça fait peur. Pour pouvoir poursuivre le jeu des comparaisons, on peut évoquer le précédent single de CHANNEL ZERO ("Black Flowers"). D'ailleurs, l'album et ce single commencent plus ou moins de la même manière.
On peut dire que Dolving pouvant sonner un peu comme Maynard (et non pas Ménard Robert), qu'on a à faire à une sorte de A PERFECT CIRCLE rencontrant CORROSION OF CONFORMITY... Tout ça peut aussi faire penser à du MARY BEATS JANE, période "Locust".
Mais à mon sens, la plus grosse influence reste TROUBLE. Il suffit de s'envoyer "Plastic Green Head" et la révélation arrive à vos oreilles : riffs moins évidents et simples qu'ils n'ont en l'air, un son moins sale et moins percutant.

Le processus de composition a été inversé, s'appuyant d'abord sur le chant de Peter et voir ce que le groupe pouvait broder autour, il en résulte bien évidemment un grand travail sur le chant et les mélodies vocales (toute proportion gardée comme sur le "Crack The Skye" de MASTODON). Le hic en résultante est que le manque de technique de Dolving ressort (l'entendre prendre son inspiration n'est pas très élégant et brise les efforts consentis précédemment).
Plus de chant réellement inquiétant à part de temps en temps ("Catch 22" ou "Dissappear") mais des lignes simplifiées. Il reste bien quelques passages, notamment sur "Catch 22", où Dolving est surimprimé sur les propres lignes vocales.

Le format des chansons (environ 4 mins) contribue à ce sentiment d'unité au sein de cet album avec un final plus "violent". Au passage, le bonus "Attention" ne colle pas avec cette ambiance, trop torturé et vicieux.

Difficile de faire cette chronique sans mentionner le travail de ce bon Per, à la batterie variée, élégante, un vrai plaisir que sont ses parties.

Intriguant et surprenant dans sa réalisation et sa prise de risques (qui sort des chantiers battus et de ses habitudes). "Unseen" : l'album de la maturité? Allez savoir.


En résumé : Un très bon album qui aura paradoxalement un meilleur accueil auprès des gens peu habitués au groupe, la cassure causée par "The Dead Eye" ne semblant pouvoir se résorber. Le champs des possibles vient de s'élargir devant le groupe, attendons la suite avec stupeur et tremblement.


Le morceau où les sept nains rentrent du boulot à la fin de l'enregistrement : "The Skull"
Le morceau où l'on voit que Dolving a encore quelques soucis mais ça va mieux : "Ocean Park"
Le morceau où l'on entend des accointances des parties guitares avec "Motionless" : "Them"
Le morceau rappellant "Imperial Death March" à notre bon souvenir : "The City"

A lire aussi en THRASH METAL :


EXODUS
Fabulous Disaster (1989)
Dans la continuité de "bonded by blood" !

(+ 1 kro-express)



DEPRESSIVE AGE
Symbols For The Blue Times (1994)
Metal dÉpressif

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   AAARGH

 
  N/A



- Patrik Jensen (guitare)
- Jonas Björler (basse)
- Anders Björler (guitares)
- Peter Dolving (chant)
- Per M. Jensen (batterie)


1. Never Better
2. No Ghost
3. Catch 22
4. Disappear
5. Motionless
6. Unseen
7. The Skull
8. Ocean Park
9. The City
10. Them
11. All Ends Well
12. Done



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod