Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



GAME OVER [ITA] - Burst Into The Quiet (2014)
Par CANARD WC le 22 Septembre 2014          Consultée 3906 fois

Mettons que c’est votre première nuit d’amour avec une superbe créature, une « rencontre » placée sous le signe des soupirs, une nuit faite de délices, de sueur et de râles, le genre de moment exquis qui vous laisse groggy, hagard et rêveur pour un temps (je pense que vous visualisez à votre façon ce à quoi je fais référence). Mettons maintenant que vous avez eu la présence d’esprit de récupérer le numéro de portable de la poulette en question et que pour des raisons aussi nécessaires qu’animales, vous décidassiez (si ça existe comme temps, c’est même du subjonctif imparfait) de remettre ça, histoire de vérifier que… Voilà quoi hein… Bref et que cette deuxième entrevue soit aussi voluptueuse, aussi passionnée, aussi délicieuse que la première fois, bref « identique » dirons-nous ; je pose donc la question (et non je ne vous donnerai pas le numéro de cette petite) :

Même quand les fois suivantes sont identiques, est-ce que par définition c’est toujours « mieux » la première fois ?

Accessoirement, il s’agit du « problème » que pose GAME OVER avec ce "Burst Into The Quiet" qui est aussi bon pareil que "For Humanity" (son prédécesseur). Alors certains sont des adeptes des fois suivantes parce qu’en principe les premières fois on n’a pas le temps de tout voir ou de se rendre compte vraiment. Or, moi, je suis un amoureux des premières fois, des moments fugaces et volés, les redites m’ennuient et j’irais même jusqu’à dire, à l’instar de Clémenceau, que le meilleur moment se situe même un peu avant cette première fois (« Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier ») et, de fait, j’ai senti mon cœur battre la chamade en découvrant la sortie de ce nouveau GAME OVER, mes doigts tremblant d’un plaisir coupable ont eu bien du mal à cliquer pour lancer le téléchargement, puis j’ai cliqué de travers par excitation en créant mon fichier dans Windows et j’ai ensuite retenu ma respiration pendant les trente-trois minutes qui ont suivi.

Mais en vérité je vous le dis, dès les premières minutes de "Masters Of Control", mes sens se dilataient et je perdis justement le contrôle sentant mon foutre chaud couler le long de ma jambe malgré moi, tel n’importe quel éjaculateur précoce trop amoureux de l’idée d’un Thrash qu’il pensait ne plus exister.

Sauf que ça existe, c’est là : neuf titres de moins de cinq minutes chacun, tous plein de vie et d’envie (c’est beau ce que j’écris putain). Il s’en exhale un parfum de vieux EXODUS, l’esprit d’un "Kill 'Em All" d’antan et rien que pour cela merci à GAME OVER de jouer ainsi les prolongations, de nous faire croire en un « Continue » infini, de remettre une pièce dans le flipper et de nous permettre l’espace d’une petite demi-heure de retrouver le Metal que nous avons chéri, qu’on pensait peut être avoir idéaliser, porter aux nues comme souvent on le fait inconsciemment avec les choses qu’on aime plus que de raison.

Reste le problème que j’évoque de façon liminaire dans cette chronique belle à pleurer des larmes de pluie venant de pays où il ne pleut pas, à savoir qu’un deuxième album « à l’identique » en théorie c’est forcément moins bien que la première fois. Mais vu que j’ai écouté ladite redite une centaine de fois en moins d’un mois, je serais mal placé de mégoter, de bouder mon plaisir sous prétexte que "C.H.U.C.K." ressemble étrangement à je-ne-sais-plus quel morceau de "For Humanity" parce qu’au regard des qualités générales de "Burst Into The Quiet" (riffs, inspiration, énergie), les mêmes causes produisant les mêmes effets, on s’en fout, on ferme sa gueule et on jouit sans retenue. D’autant qu’on a en plus ce zeste de dérision (comme ce "Metropolis Pt. 3" de moins de trente secondes dont je me plais à penser qu’il parodie le fameux titre de Dream Theater), qu’on a même d’astucieux chœurs « comme on n’en fait plus » qui boostent le tout ("Nuke 'Em High") ou ces refrains en forme d’hymne qu’on n’oublie pas ("Burst Into The Quiet" ou, mieux, sur "No More") et qu’on a envie de chanter sous la douche le matin.

Partant de là, ceux qui me lisent la bouche en cœur et qui se sont mangés "For Humanity" savent à quoi s’attendre mais pour les « autres » (qu’ils crèvent la gueule ouverte) auront certainement l’impression en voulant rattraper leur retard de se manger deux fois le même album, soit plus d’une heure de Thrash rital et impeccable ce qui est juste une expérience qu’aucun autre groupe actuel et de même acabit soit en mesure de vous proposer.

Donc même si on est adepte des premières fois et étant entendu que comme en sexe on a tendance à vouloir abuser des bonnes choses, donc à s’en repaître encore et encore (oh ouuuui!!!), à replonger autant que possible dans les mêmes délices ; il y a fort à parier que vous allez aimer aussi fort ce GAME OVER, presque aussi fort que "For Humanity" au point que tous vos souvenirs finiront par se mêler pour former un même souvenir inoubliable. Et pour terminer sur un doigt de cul(ture), je tirerais ma révérence sur un aphorisme de mon Charles préféré (Bukowski, pas Baudelaire) : « Quand la bite a parlé, le cœur suit ».


Note : 4,5/5.


Morceau préféré : "No More" (mais tout l’album est sexy en diable)

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


OVERKILL
Feel The Fire (1986)
Premier opus des NYkais : déjà culte.




ANTHRAX
Music Of Mass Destruction (2004)
Enfin un live digne d'anthrax !!!


Marquez et partagez






 
   CANARD WC

 
  N/A



- Sanso (guitare)
- Ziro (guitare, choeurs)
- Renato 'reno' Chiccoli (chant, basse)
- Anthony 'vender' Dantone (batterie)


1. Masters Of Control
2. Seven Doors To Hell
3. The Eyes ( Of The Mad Gardner )
4. C.h.u.c.k.
5. No More
6. Metropolis Pt.3
7. Trapped Inside Your Mind
8. Nuke 'em High
9. Burst Into The Quiet



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod