Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


GAME OVER [ITA] - Crimes Against Reality (2016)
Par CANARD WC le 17 Juillet 2016          Consultée 1373 fois

Vu que j’avais décerné coup sur coup une Sélection du Site aux deux premiers albums de GAME OVER, j’avais le droit tel un jeune chiot d’être un peu excité en écoutant le nouveau Fin de Partie, merde à la fin. De mémoire de Canard, aucun groupe ici même n’avait réussi à se hisser d’aussi haute façon, si vite dans l’estime personnelle de mon auguste personne, réputé que je suis d’être une pute notoire, soit un chroniqueur exigeant, radin en étoiles et peu enclin à lâcher de gentilles choses et autres bons mots pour faire plaisir à tout le monde.

« Jamais deux sans trois » comme on dit ? Telle était en tout cas l’état d’esprit qui m’a accompagné en découvrant ce "Crimes Against Reality" dont le titre un peu naze ne laissait pourtant présager rien de bien folichon rapport au fait que j’étais excité comme un jeune chiot. Pochette moche itou, dans la lignée 80’ du chantre du genre, le genre message flou, genre métaphore insinuant une vague conscience sociétale etc. Mais « l’habit ne fait pas le moine » et « les apparences sont trompeuses » toujours comme on dit aussi.

« Comme on dit » raconte des conneries pour le coup.

Car ce troisième album est moins bon que les deux précédents, moins jouissif, voire parfois un brin poussif à tendance « déjà-vu » avec ses trois titres liminaires donc pour le « jamais deux sans trois » on repassera. Pas complètement raté hein, non juste un peu moyen, des compos moins accrocheuses pour un résultat qui fait un peu flop façon soufflé qui retombe. Faut dire que GAME OVER s’était montré si tapageur, fou, frais et gouleyant comme un bon Chianti (sont ritals, je rappelle) que « faire aussi bien » s’avérait difficile, mais pas impossible non plus vu qu’il n’est question que de Thrash secondaire. On leur demandait pas de nous pondre une sonate, ni même d’accoucher d’un nouveau "Reign In Blood".

Relative baisse de régime donc, et mon « analyse» est la suivante : GAME OVER a tenu avec "Crimes" à nuancer un peu les choses, le groupe a voulu structurer ses compos différemment, a changé de bords de temps à autre comme pour varier les plaisirs. Quand c’est réussi, c’est toujours aussi bon et ça donne une belle Thrash ballade à poils durs "With All That Is Left" même que ça s’appelle avec le zest d’émotions qui va bien et une certaine solennité. Toujours au chapitre des réussites, citons "Astral Matters" qui tend vers le Techno Thrash façon VOIVOD soit une bonne piste pour l’avenir et accessoirement une bonne idée vu que le sous-genre (le Techno Thrash, faut suivre) est depuis fort belle lurette tombé dans l’oubli le plus profond. Sauf qu’évidement dans ses tentatives, le groupe tente et rate aussi dans les grandes largeurs comme avec ce "Fix Your Brain" effarant de nullité avec ses lignes de chant hoquetées soit sans doute la pire idée du groupe qui plus est placé en dernière position ou comment se quitter avec les dents qui grincent façon craie sur le tableau. Sans parler des « semi-ratés » comme "Gates of Ishtar" et son riff arabisant (bonne idée ça) mais… soutenu par un couplet/refrain étrange, pied au plancher, quasi pénible en fait.

Pour le reste, on connaît leur chanson Thrash et leurs balises qui vont avec… L’intro instru inquiétante avec les arpèges ("What Lies Within"), le délire de moins d’une minute façon NUCLEAR ASSAULT ("Fugue in D Minor") ou l’éponyme maousse, bien troussé, Speed Thrash comme il se doit, juste ce qu’il faut d’accrocheur, dans la parfaite continuité des précédents. Un brin longuet mais assumé. Le groupe fait, refait et défait ce qu’il sait faire. On retrouve alors du bon et du moins bon, cassant l’extraordinaire homogénéité qui faisait la force des précédents, GAME OVER laisse apparaître des reliefs et de nouveaux pics. Espoir pour les uns ou déception pour les autres. Si j’ai moins kiffé ma race comme disent les jeunes, les deux analyses restent possibles et ne méritent pas quoiqu’il en soit le pilori.

Il y a certainement de la remise en question dans ce "Crimes Against Reality" qui se traduit dans les faits par des titres moins évidents, moins accrocheurs. Pour pouvoir évoluer, il faut sans doute passer par cette phase d’expérience, de tentative légère, d’exploration relative. Que cette volonté apparaisse dès leur troisième album témoigne pour le coup de quelque chose d’admirable, entre la lucidité d’avoir compris qu’à trop perdurer dans ce sillon Thrash on en devient forcément rance et le résultat parfois approximatif. « iTant qu’il y a de la vie, y a de l’espoir/i » comme on dit ? Non, il y a de l’espoir car il y a de la vie. Décidément, il est con ce « comme on dit ».

Un feu couve, GAME OVER est empli de désirs inavouables, le coquin. Cette vivacité sous-jacente est sans doute la chose la plus positive qu’on puisse dire concernant "Crimes Against Reality". Cette volonté de puissance pourrait leur ouvrir des portes dans le futur. C’est en tout cas un signal positif malgré la déception.

Note : 3/5.

Morceaux préférés : "With All That Is Left" et "Astral Matter".
Morceaux pas terribles : "Gates of Ishtar" et "Fix Your Brain".

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


DEAD BRAIN CELLS
Dead Brain Cells (1987)
C'est de la bonne, vous pouvez y aller




ANTHRAX
Volume 8 : The Threat Is Real (1998)
Thrash en sursis : une mission pour anthrax !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Renato 'reno' Chiccoli (chant, basse)
- Luca 'ziro' Zironi (guitare, choeurs)
- Alessandro 'sanso' Sansone (guitare)
- Anthony 'vender' Dantone (batterie)


1. What Lies Within...
2. 33 Park Street
3. Neon Maniacs
4. With All That Is Left
5. Astral Matter
6. Fugue In D Minor (allegro Ma Non Troppo)
7. Just A Little Victory
8. Gates Of Ishtar
9. Crimes Against Reality
10. Fix Your Brain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod