Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Iron Maiden, Viper, Paragon
- Membre : The Armada , Tarot's Myst

STORMWITCH - The Beauty And The Beast (1987)
Par DARK SCHNEIDER le 23 Septembre 2006          Consultée 6846 fois

Avec l’album « Stronger than heaven », STORMWITCH avait atteint une apogée dans un style Heavy metal traditionnel mélodique et terriblement accrocheur. C’était aussi l'album sur lequel les allemands avaient abandonné leur look cuir et clou très quelconque au profit de costumes Renaissance afin de mieux coller à l'étiquette qui leur était affublée : celle du « black romantism ». « The beauty and the beast » sortit juste un an après, s'inscrit dans cette logique. Loin de rester sur ses acquis, STORMWITCH fait preuve d'innovation et de prises de risques et ce jamais pour le pire, uniquement pour le meilleur.

Grâce au succès (relatif) de « Stronger than heaven », STORMWITCH dispose de moyens plus importants pour l'enregistrement de ce 4ème album. La production est donc bien meilleure que sur les précédents opus. L’apport le plus marquant est l'ajout d’une voix féminine. En effet, les membres de STORMWITCH rencontrèrent par hasard une chanteuse qui enregistrait ses démos dans le même studio que celui où les allemands enregistraient leur nouvel album. Etant séduits par sa voix, ils lui proposèrent de doubler certains choeurs et de se charger de quelques lignes vocales. Certains fans critiqueront alors le groupe pour son penchant à proposer une musique encore plus mélodique et accessible, pourtant on ne peut pas dire que cet album soit particulièrement déroutant, le style STORMWITCH étant immédiatement reconnaissable. « The beauty and the beast » commence d'ailleurs sur les chapeaux de roue avec un « Call of the wicked » endiablé, du pur STORMWITCH. L'album contient d'autres morceaux de heavy metal classique comme « Just for one night » et « Welcome to bedlam ». Ces morceaux montrent que dans le terrain du heavy metal pur et dur les allemands n’ont rien à prouver à quiconque.

Cependant, les titres les plus marquants de cet album sont également les plus atypiques. D'abord, la ballade « Tears by the firelight » : uniquement enregistrée avec des instruments acoustiques et sans batterie afin de retranscrire le mieux possible une ambiance médiévale de type « feu de camp ». La réussite est totale et « Tears by the firelight » devint le plus gros « tube » de STORMWITCH (leurs compatriotes de BLIND GUARDIAN doivent encore l'écouter en boucle, et les italiens de WHITE SKULL reprendront ce morceau sur un EP). L'atmosphérique « Russia's on fire » évoque l’invasion de la Russie par l’armée Napoléonienne et le célèbre passage de la Bérézina. Afin de mieux faire ressentir à l’auditeur un sentiment de mélancolie face à ce désastre humain, STORMWITCH n'a pas hésité à y inclure une touche de folklore russe avec des notes de balalaïka et des chœurs évoquant l’armée cosaque. « Tigers of the sea » est la plus grosse bombe heavy metal de l'album, ce morceau irrésistible est doté d’une ambiance « pirate » des plus accrocheuses. RUNNING WILD accusa même le groupe de vouloir piquer leur idée de « metal pirate », accusation des plus stupides puisque STORMWITCH avait déjà fait un morceau sur ce thème sur leur 1er album, à cette époque le groupe de Rock’n’Rolf en était encore à un satanisme de pacotille. Quant au title track, «The beauty and the beast », il s’agit d’un des morceaux où la voix féminine se fait le plus entendre, elle est remarquablement bien intégrée à la composition. C’est également le morceau où la touche mélodique est la plus appuyée, avec notamment la présence de claviers, au point que certains vont même parler de « commercial », n’exagérons rien, STORMWITCH ne s’est quand même pas mis à jouer du Hard FM.

Une fois de plus cet album de STORMWITCH est une réussite totale, un successeur parfait à « Stronger than heaven ». Les sorcières de la tempête insistent encore plus sur l’aspect mélodique de leur heavy metal. A l'écoute d’un album d’une telle qualité, on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi ce combo a toujours été cantonné à un succès d'estime, relégué dans la seconde zone du heavy metal. Seuls les pays d’Europe centrale, notamment la Hongrie, semblent avoir compris que STORMWITCH est un groupe génial, c’est pourquoi le successeur de « the beauty and the beast » est un live enregistré à Budapest, un live malheureusement introuvable aujourd’hui.

PS : Cet album a fait l’objet d’une excellente réédition avec pas moins de 9 titres bonus enregistrés live, 7 morceaux de « The beauty and the beast » et deux inédits : « Thunder and lightning » et « Away from the darkness ». Largement de quoi convaincre ceux qui hésitent encore à se procurer ce petit chef-d’œuvre.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


HELSTAR
Burning Star (1984)
Heavy metal US de haute volée




TITAN FORCE
Titan Force (1989)
Heavy dans la veine de Queensryche, Fates Warning


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Andy Mück (chant)
- Harald Spengler (guitare)
- Stefan Kaufmann (guitare)
- Ronnie Gleisberg ( bass)
- Peter Langer (batterie)


1. Call Of The Wicked
2. The Beauty And The Beast
3. Emerald Eye
4. Tears By The Firelight
5. Just For One Night
6. Tigers Of The Sea
7. Russia's On Fire
8. Cheyenne (where The Eagles Retreat)
9. Welcome To Bedlam



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod