Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (3 / 15)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hate Forest, Dark Ages, Old Silver Key
 

 Myspace Officiel Du Groupe (301)

DRUDKH - Blood In Our Wells (2006)
Par POSSOPO le 14 Mai 2006          Consultée 8023 fois

La carrière de nombreux groupes peut s’étudier de façon scientifique. En fait, pas vraiment la carrière mais la reconnaissance médiatique et populaire de celle-ci. Si on met de côté les formations qui font exploser les compteurs dès leur premier album et qui ne parviennent jamais à rééditer l’exploit, l’immense majorité des orchestres musicaux connaissent un succès croissant, souvent poussé par une fanbase fidèle, plus ou moins vite relayée par les magazines spécialisés qui, à leur tour, informent le grand public de l’excellence de l’artiste. A partir de là, le pic de reconnaissance est rapidement atteint, l’album du moment bénéficie de tous les suffrages et il suffit parfois d’à peine quelques mois pour que la décrue se produise, qu’une réputation s’effiloche, que l’indice de notoriété perde plusieurs points. La dimension du déclin dépend ensuite d’innombrables facteurs, la valeur des futurs albums en étant un considérable. Et si les retours en grâce existent, la réédition du record de notoriété enregistré dans le passé relève généralement de l’impossible mission. Notons que la courbe de qualité des opus ne suit pas forcément celle de popularité. Terminons en disant que prédire l’évolution de cette dernière devient calcul plus aisé si la première conserve une certaine stabilité.

J’ose alors dire que Кровь В Наших Криницах pourrait bien devenir l’album référence de DRUDKH, son sommet. A ses débuts, le groupe a logiquement appâté les amateurs de HATE FOREST. Il a, de surcroît bénéficié de l’intérêt grandissant des journalistes et des auditeurs potentiels pour un black d’Europe de l’Est déjà vieux de dix ans et qui a plus que grandement contribué au renouveau d’un genre déserté par ses anciens hérauts nordiques. Ajoutons un jeu de plus en plus visible avec une nationalité qui intrigue, un pays jeune et vaste, à la culture multiple troublée par les péripéties de l’histoire et de la politique. Et pour que la pièce soit parfaitement montée, DRUDKH débuta sa sombre aventure en exécutant un black que l’on dira drone ou suicidaire, sous-genre aux rides moins larges que son aîné true. Et Forgotten Legends et Autumn Aurora se ressemblaient, tant sur le fond que sur la forme, leur esthétique a plu. Лебединий Шлях marqua un virage remarquablement accepté par tous. Et DRUDKH grandit, grossit, enfla.

Ne lisant jamais les magazines metal français, j’avoue n’avoir aucune idée de la réelle notoriété du combo sur notre territoire. Le buzz internet autour du groupe reste limité par la volonté même de Roman Saenko, fier de son étiquette underground. Alors ma chronique tient peut-être du ridicule soufflé mais quand bien même je ne serais lu que par trois lecteurs, que Кровь В Наших Криницах ne se vende qu’à une petite centaine d’exemplaires dans l’hexagone, je conserverais ma ligne directrice jusqu’au bout. DRUDKH doit en 2006 atteindre un sommet, le sommet de sa carrière en termes de renommée et de réussite artistique, mes calculs sont justes et je n’en démordrai pas.

Un titre d’album dramatique, une intro obscure aux odeurs de terroir grisâtre, un son puissant et ample. Le duo a compris l’enjeu de ce quatrième opus qui doit à tout prix séduire critiques, fans et chalands. Mais la structure des compositions de DRUDKH a toujours été telle que ces tout petits éléments ne constituent en rien l’essence de Кровь В Наших Криницах, galette qui s’étire, à savourer encore une fois sur la distance, dont il est indispensable de palper l’effet hypnotique afin de l’apprécier.

Se laisser envoûter devient un acte parfois dangereux et, dans le cas précis, le risque de schizophrénie dépasse le seuil légal. Car on savait l’orchestre amateur d’atmosphères douloureuses et naturalistes. On le connaissait aussi, depuis plus récemment, vindicatif et nationaliste. Il va falloir l’accepter double, sachant alterner dans une formule devenue extrêmement progressive, les accès de fièvre militaristes, les étalages de climats sylvestres et mélancoliques, les harangues belliqueuses et la somnolence de guitares amatrices de torpeur, sans oublier un folklore dont l’intensité n’a pas fléchi.
Кровь В Наших Криницах multiplie les effets, use d’une production finement sculptée, alterne les ambiances, et fait étalage comme jamais auparavant d’un savoir-faire et d’une technique instrumentale qu’il y a tout lieu de qualifier de professionnels. Les soli se multiplient et se gorgent de notes, les ponts se développent sur un plan gagnant en précision, les idées prolifèrent.

Alors, nul besoin d’en dire plus. Si DRUDKH représente à vos yeux le prototype inégalable du black oriental minimaliste et obsédant, 2006 représentera un cru au parfum excessif, qui a voyagé dans un nombre disproportionné de directions et dont l’envie de plaire se respire trop fort. Si vous aimez les falbalas destinés à attirer l’œil, la bouteille devrait se laisser tutoyer avec intérêt grâce à ces trouvailles ingénieuses rendant le lancinant plus accorte. Et si vous aimez simplement le groupe, que vous respectez son évolution, que les dorures et les bulbes couleur sinople de Sainte-Sophie la Kiévienne vous charment autant que les agrestes forêts de bouleaux résistant fièrement au lourd manteau hivernal, la dégustation sera une nouvelle fois synonyme de bonheur.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


DØDHEIMSGARD
Supervillain Outcast (2007)
Enfin le retour du roi du black cyber !

(+ 1 kro-express)



MORTIFERA
Vastiia Tenebred Mortifera (2004)
Black metal


Marquez et partagez



Par POSSOPO




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Roman Saenko (tout sauf la batterie)
- Yuri (batterie)


1. Nav'
2. Furrows Of Gods
3. When The Flame Turns To Ashes
4. Solitude
5. Eternity
6. Ukrainian Insurgent Army



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod