Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (13)
Questions / Réponses (2 / 2)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Devianz, The Mars Chronicles
 

 Deftnz.net (871)

DEFTONES - White Pony (2000)
Par ALANKAZAME le 4 Juin 2006          Consultée 8951 fois

Ah DEFTONES. Depuis 1997, année de sortie de son bébé "Around The Fur", le meilleur groupe de Neo Metal de tous les temps a su séduire les metalleux en mal d'innovation et remplir les salles de concert les plus vastes. DEFTONES exploite tout et n'importe quoi, et nous balance depuis plusieurs années un Neo Metal torturé, malmené, au son déchirant, rompant avec toutes les traditions de base du rock sous toutes ses formes. DEFTONES poursuit en cette année 2000 l’œuvre de RAGE AGAINST THE MACHINE, les fondateurs du mouvement Rap Metal (et donc Neo Metal), qui quittera définitivement le devant de la scène en cette même année 2000... Révolutionner le Metal ! Année de grandes surprises dans le monde du Neo Metal d'ailleurs. Alors que les plus anciens comme KORN, SLIPKONT et autres LIMP BIZKIT paraissent de moins en moins crédibles, de nouveaux talents font leur apparitions, comme les petits jeunes de LINKIN PARK, ou confirment leurs capacités, comme SPINESHANK. Tout cela sous le giron de DEFTONES, qui nous sort en ce début de millénaire leur meilleur album.

"White Pony" commence de la même façon que son prédécesseur "Around The Fur" : de manière directe et sans chichis. Pas d'intro inutiles, pas de bruitages pénibles au début du premier titre, on en vient directement au fait, c'est à dire aux premiers riffs de "Feiticeira". Chose curieuse, le son semble assez différent de celui de l'album précédent. La voix douce, cristalline et mélancolique de Chino vient tout de suite nous rassurer, seule la production semble nouvelle, plus propre, elle permet de mettre plus en avant une guitare en apparence simpliste et pourtant terriblement inventive, et un chant clair aérien et envoûtant. Cela n'est ni mélodique, ni agressif, ni mal foutu, ni bien organisé. Du DEFTONES quoi. On est bien rassuré. Ce titre, sans pour autant posséder une identité propre, constitue une très bonne entrée en matière. Digital Bath poursuit cette œuvre, mais en adoptant cette fois-ci un son moins saturé. Les refrains planants contrastent avec des refrains musicalement plus torturés. Malgré cela Moreno garde le même registre. DEFTONES aurait-il donc perdu sa rage, cette rage si présente sur "Around The Fur" ? Voici décidément un changement de ton bien surprenant ! Même le rythme semble plus lent, le set du batteur est moins bordélique, le DJ mis plus en valeur, et DEFTONES prend alors une ampleur plus artistique, adopte un style moins brouillon.
Changement de décor avec "Elite" ! Alors là je peux vous dire que ça claque. Chino nous démolit les tympans avec des hurlements suraigus déchirants, le tout sur des riffs hardcore bien méchants. Tout cela pourrait finalement tomber dans une débauche nü metalleuse dégueulasse, tellement à la mode ses derniers temps. Mais non ! Le tout est fait avec tellement de professionnalisme, que, même sur un titre très agressif comme celui-ci, DEFTONES a la classe !

Les riffs enragés de "Elite" laissent bientôt la place à l'intro à la batterie de "Rx Queen". Moreno laisse tomber ici ses cris et ses gros riffs coreux, et revient à un registre clair et planant, comme sur les deux premiers titres. Toutefois il ne leur ressemble pas : la musique sombre et inquiétant sur les couplets et les percussions admirablement mises en avant sur les refrains confèrent à cette chansons une identité inébranlable. "Street Carp", titre très court, adopte des guitares plus bourrines, mais le chant reste clair, avec même une voix très particulière sur le refrain.
DEFTONES provoque une fois de plus la surprise avec la ballade (oui oui la ballade !) "Teenager". Moreno et Delgado confirment leur talent sur ce titre timide, sensible, presque émouvant. Les platines produisent un son métallique presque glauque qui accompagnent des chœurs mélancoliques sur des refrains au comble du planant. DEFTONES met donc sa rage au placard. Cela ne plaira pas forcément à tout le monde, mais peut-on seulement en vouloir à un groupe qui innove dans son propre style ? "Knife Party" reprend les ingrédients de "Street Carp" dans un titre cette fois-ci nettement plus long. On est encore une fois surpris d'entendre des vocalises surprenantes de la part de Chino ! Le timbre cristallin se meut en cris suraigus qui ne sombrent jamais dans le hurlement ! Moreno s'amuse avec sa voix, comme si celle-ci était facilement modulable aux grès de ses envies, mêlant sons masculins et féminins dans un long solo vocal asexué ! Une telle maîtrise de ses cordes vocales et un souffle pareil méritent bon nombre de louanges !

"Korea" est le second titre "agressif" de cet album. L'intro inquiétante, et les gros riffs qui lui succèdent le laissent habilement présager. Tout n'est ici que torture et, sur les refrains, maîtrise parfaite de hurlements déchirants ! Moreno semble tellement à fond dans ses lyrics qu'il serait prêt à se démolir la gorge pour laisser échapper sa rage !
Cette débauche colérique laisse bientôt la place au titre "Passenger". Et quand je dis titre, je devrais dire LE titre, sans doute le meilleur de cet album ! "Passenger" met en scène de magnifiques enchaînements vocaux sur des couplets soutenus, agrémentés d'une guitare saturée inquiétante et sombre, puis laisse subitement la place à des samples aquatiques très réussis. Puis vient le refrain. Chino est relevé sur le refrain par James Maynard, chanteur du groupe TOOL, ici au sommet de son art : maintenant sa voix à un niveau extrêmement difficile à atteindre, il nous fait ici une grandiose exposition de l'art brut de chanter, un témoignage vivant de la parfaite maîtrise de ses cordes vocales, et c'est par le biais de ce refrain surprenant, qui donne jusqu'à la chair de poule, qu'on se rend enfin compte que c'est bel et bien un duo de chanteurs d'exception qui séduit nos petites oreilles ! Le titre se termine sur les même samples que l'on aura entendus sur les couplets et sur le pont final... Malgré plus de 6min de pur bonheur, on en redemande !

L'album se termine sur les titres "Change (In The House Of Flies)" et "Pink Maggit". Titres longs et épiques, mettant une fois de plus en avant le mélange grattes saturées + chant clair aérien si cher aux DEFTONES... Les dernières secondes d'écoute laissent presque la larme à l’œil... Quelle merveille ! DEFTONES reste un groupe inclassable, insaisissable, que seul un esprit fermé oserait critiquer ! Un groupe bourré de talent, qui nous offre ici un cd magique et savoureux, qui se décortique du début à la fin. Et la tâche ne sera pas facile, tant les petites prouesses techniques sont nombreuses dans cette musique ! DEFTONES est, et restera sûrement le meilleur groupe de Neo Metal de tous les temps, écrasants les compos faciles de KORN et de LINKIN PARK, marchant sur la débauche d'agressivité stupide et dénuée d'art de SLIPKNOT, remettant en cause l'efficacité de la fusion Rap Metal comme seule type de fusion réellement réussie ! Je m'incline respectueusement devant l'art de Moreno et de sa bande, qui contribueront toujours, comme la majorité des groupes de Metal d'aujourd'hui, à se foutre de la mode générale consistant à ne faire que des choses honteusement simplistes pour radio, à gagner du fric sur le dos des moutons qui ignorent jusqu'au terme de "musique"... En un mot : merci.

A lire aussi en NEO METAL par ALANKAZAME :


LINKIN PARK
Hybrid Theory Ep (1999)
Le riche passé de linkin park...




DEFTONES
Saturday Night Wrist (2006)
L'album de l'année

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Chino Moreno (chant & guitare)
- Chi Cheng (basse & chant)
- Stephen Carpenter (guitare)
- Abe Cunnigham (batterie)
- Frank Delgado (samples, claviers & platines)


1. Feiticeira
2. Digital Bath
3. Elite
4. Rx Queen
5. Street Carp
6. Teenager
7. Knife Party
8. Korea
9. Passenger
10. Change (in The House Of Flies)
11. Pink Maggit



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod