Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Endstille
- Membre : Satyricon

1349 - Liberation (2003)
Par GORR le 22 Avril 2006          Consultée 2909 fois

La marée s'est retirée à l'Est. Les vents violents ont cessé de souffler. Le Soleil s'est couché pour laisser place à la noirceur de la nuit glacée de Norvège, et 1349 est prêt à passer à l'action. Avec "Liberation", c'est le calme avant la tempête, la paix avant l'apocalypse. Ambitieux en tout point , les norvégiens menés par Frost (SATYRICON) n'ont pas laissé le bonheur (si infime soit-il) de notre monde, envahir leur musique. C'est bel et bien sous un ciel complètement obscurci, que l'oeuvre "Liberation" s'est jouée. Empreint de brutalité et de grandeur, un nouvel opus ultime dans l'ouvrage du brutal black metal allait faire son apparition, sous les feux colériques des ténèbres, où le grand oeil rôde, et convoite ses humbles brebis.

Formé en 1997 par Ravn (chant), et après les suites de quelques démos, 1349 commence à faire parler de lui et le label Holycaust Records les signe pour un mini-cd, pour lequel Ravn va demander de l'aide à Frost pour assurer la batterie. Vu le potentiel des membres, la star norvégienne décide de rester pour la suite, et pour l'enregistrement de leur premier album, dont il est question ici : "Liberation". Il va sans dire que nous savions tout de suite, avant même d'enclencher le disque sur nos platines, que la batterie allait être l'élément fort du black metal de 1349. Et pour cause, nous ne nous sommes point trompés. Monstrueuse et prophétique, celle-ci ne s'arrête pas une seconde tout au long de l'avalanche "Liberation". Et dès "Manifest" qui ouvre la galette, on se prend directement un blast du gaillard dans la gueule et je peux vous dire que ça calme. Presque plus présente que les guitares, la batterie reste le phare auquel le satanisme se raccroche pour évacuer toute l'abomination du carnage 1349. Les guitares qui d'ailleurs restent bloquées derrière ce mur de violence gigantesque, et n'arriveront pas à le franchir, sont renforcées par un son excécrable, où la distorsion impose sa loi. Par contre la basse reste audible pendant quelques breaks fort concis, mais Ravn quant à lui perd tous ses moyens. Le chanteur n'est pas présent, et ne veut pas l'être. Caché derrière ce brouahaha sonore, celui-ci ne veut pas se montrer, et hésite à hausser le ton.

Malgré tous ces bémols, "Liberation" reste un excellent premier opus. "Rides Of The Apocalypse" est le morceau accrocheur de l'album, avec son refrain entêtant. "Satanica Propaganda" vient clouer un peu plus l'auditeur dans son siège de par sa puissance et sa célérité. "Liberation", s'enfermera quant à lui dans cette atmosphère pesante et funèbre, propre à chaque dernier morceau d'albums de 1349 (avant-dernier dans ce cas-là). Enfin, pour avoir une écoute complète et pour ne pas rester sur notre faim, la reprise "Buried by Time and Dust" de MAYHEM fera son apparition. Plus rapide, et même plus brutale que l'original, cette cover nous fait plaisir. Alliant la technicité du monstre MAYHEM à leur barbarie, les norvégiens se payent le luxe d'une des plus belles covers black metal jamais réalisées, et rallongent même le morceau de 30 secondes, comme si le météore "Liberation" qui s'abbattait sur nous ne nous avait pas encore assez englouti.

Et sans pour autant être un monument du black metal (même très loin de là), "Liberation" a au moins le mérite de ne piocher ses influences nulle part, si ce n'est dans leurs têtes. Se présentant comme une copie conforme de DARKTHRONE et autres MAYHEM, les norvégiens ne m'ont pourtant pas tellement déçu, en dépit de la production très médiocre de l'album.

En somme, seule la production détestable de "Liberation" viendra faire sauter 2 étoiles au groupe pour sa note. Le black métal brutal de 1349 se veut incisif, violent et vif, et sur ce point les norvégiens ont gagné la palme d'or. Un album qui n'a pas laissé les esprits indifférents, et qui marque le commencement d'une belle carrière pour 1349, et d'une nouvelle apocalypse dans le monde du métal noir.

A lire aussi en BLACK METAL par GORR :


NAGLFAR
Pariah (2005)
Nouvelle réussite pour les suédois de naglfar

(+ 1 kro-express)



DARK FUNERAL
Attera Totus Sanctus (2005)
Perfusion de brutalité sataniste

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   GORR

 
  N/A



- Ravn (chant)
- Tjalve (guitares)
- Archaon (guitares)
- Seidermann (basse)
- Frost (batterie)


1. Manifest
2. I Breathe Spears
3. Riders Of The Apocalypse
4. Death March
5. Pitch Black
6. Satanic Propaganda
7. Legion
8. Evil Oath
9. Liberation
10. Buried By Time And Dust (mayhem Cover)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod