Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



NANOWAR - Other Bands Play, Nanowar Gay ! (2005)
Par JULIEN le 23 Décembre 2005          Consultée 5228 fois

NANOWAR réunit depuis 2003 plusieurs italiens amateurs de Heavy traditionnel bien décidés à jouer sur les clichés inhérents au style, à grands coups de parodies, reprises savoureuses et compositions personnelles totalement imbibées de l’esprit True martelé avec véhémence par les américains de MANOWAR. Et la cuvée 2005 de ce breuvage espiègle a tout pour chatouiller malicieusement le palais des détracteurs du style comme des amateurs du genre possédant suffisamment d’auto-dérision pour cautionner la démarche.

Les connaisseurs l’auront instantanément remarqué, « Other Bands Play, Nanowar Gay », en plus de détourner la cultissime maxime entonnée par les musculeux américains sur leur sobre morceau "King Of Metal", ne se gêne pas pour prôner le coming out façon VILLAGE PEOPLE de la pochette bien kitsch de « Fighting The World » de ce même MANOWAR. L’auditeur ne s’en trouve que mieux disposé (ou pas) à accueillir ce véritable pétard farceur qui, après la courte intro de rigueur, offre un petit frère gogol – et respectueux des limites de vitesse - aux "Wheels Of Steel" de MANOWAR : "Tricycles Of Steel" déboule sur le bitume et nous lamine d’une rythmique manowarienne, avec un refrain qui va bien, pas si loin que ça des hymnes les plus durs d’EDGUY. C’est bien fait, c’est du sourire qui gratouille les cordes, les musicos assurent juste ce qu’il faut, le chanteur a un minimum de maîtrise et l’auto-production du groupe est à la hauteur. C’est NANOWAR, et c’est parti pour quarante deux minutes de poilade.

D’un "True Metal Of The World" addictif (mais un peu répétitif) garnissant la troisième piste de l’album à l’irrésistiblement comique "Metalalala" (avec un refrain imbibé à reprendre dans toute bonne taverne), NANOWAR nous sert deux interludes décalés ("Power Of The Power Of The Power…" et "Pino"), une compo de son crû, éminemment inspirée de MANOWAR ("Introducing The Power", sorte d’extension claviéristique de l’intro du "King" de la bande à Joey DeMaio), ainsi qu’un enchaînement "Burger" - "King" qui aurait pu sans problème figurer sur le « Finisterra » de MAGO DE OZ. Viennent ensuite trois reprises, ou quasi : "Gioca True'" n’est autre qu’un panaché de vignettes manowariennes à la mode NANOWAR ("Hail And Kill", "Metal Daze", "Black Wind, Fire And Steel" et "Kings Of Metal" sont successivement « honorées »), introduit et refermé par un riff totalement pompé sur le "I Know Jack" de MEGADETH avec une nouvelle touche mago de ozienne ; "Number Of The Bitch" travestit le "Number Of The Beast" d’IRON MAIDEN, avec un texte salé à mourir de rire, et "Entra L’Uomo Di Sabbia" est une reprise de l’"Enter Sandman" de METALLICA, chantée en italien. Et le groupe de nous servir, en conclusion, deux titres de son propre répertoire, à savoir l’hymne de soiffard "Triumphant March Of The Nanowarrior" (avec un final rhapsodien moqueur) et un "Outtrue" jouant sur l’orthographe pour bien nous rappeler – avec un accent évoquant les intros de GAMMA RAY - que ces gaillards ne bouffent que des Mars emballés dans du papier cuir et n’autorisent leur corn-flakes - riches en fer, forcément - à ne se déverser que dans un bol d'airain.

Bon alors, NANOWAR, bête de foire profitant de son capital hilarité pour convertir le chaland au détriment d’un véritable intérêt musical, ou parodie inspirée de MANOWAR et du genre true Metal dont ledit groupe revendique le trône depuis toujours ? Difficile de trancher. Mais la plaisanterie est plutôt bonne, les textes bien fendards, la matière sonore loin d’être bancale, et on se prend même à trouver au groupe un certain talent dans la composition de riffs certes peu originaux et très inspirés du style visé, mais tout de même bien sentis. Rien que pour ça et pour le plaisir que l’on peut amasser en s’offrant une bouffée d’auto-dérision bon enfant, on saluera cet enregistrement comme il se doit : avec le sourire.

Note : 3.5/5

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


DIABOLICAL MASQUERADE
Ravendusk In My Heart (1995)
Heavy Black majestueux et brillant !

(+ 1 kro-express)



TWISTED SISTER
Come Out And Play (1985)
Un bien bon abum pour un groupe trop peu reconnu

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par THE MARGINAL




 
   JULIEN

 
  N/A



- Gatto Panceri 666 (guitare,basse)
- Mohammed Abdul (chant,claviers,batterie)
- Uinona Raider (batterie,guitare)
- Potowominimack (chant)


1. Intrue
2. Tricycles Of Steel
3. True Metal Of The World
4. Burger
5. King
6. Introducing The Power
7. Power Of The Power Of The Power...
8. Pino
9. Metallallalla
10. Gioca True' (reprises Manowar)
11. Number Of The Bitch (reprise Iron Maiden)
12. Entra L'uomo Di Sabbia (reprise Metallica)
13. Triumphant March Of The Nanowarrior
14. Outtrue



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod