Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Chaine Youtube (624)
 Site Officiel (239)

NANOWAR [OF STEEL] - A Knight At The Opera (2014)
Par JEFF KANJI le 6 Décembre 2020          Consultée 1246 fois

"A Knight At The Opera" est le troisième longue-durée des loufoques Italiens de NANOWAR. Un assemblage étrangement cohérent de nouveautés et de titres passés revisités et réenregistrés (quatre titres figuraient sous des versions différentes sur le premier album "Other Bands Play, Nanowar Gay!"). Ayant inauguré un logo et une esthétique qui assurent une filiation évidente avec "Into Gay Pride Ride", NANOWAR OF STEEL montre que non seulement il sait faire les choses aussi sérieusement qu'il prend plaisir à ne pas se prendre au sérieux.

Excellent non seulement dans l'art du pastiche mais aussi de l'écriture, ses albums sont autant de clins d'œil et d'emprunts aux classiques de MANOWAR et RHAPSODY OF FIRE (leur ex batteur avait d'ailleurs dépanné le groupe sur plusieurs dates, et Fabio Lione n'a pas hésité à les rejoindre plusieurs fois sur scène… jusqu'à intervenir en invité sur l'album suivant "A Knight At The Opera").

Alors cette fois-ci j'étais moins pris par surprise, ce qui est normal, mais le sens de la connerie des Italiens aura encore fonctionné à merveille ! Rien que pour le clin d'œil à l'imagerie chevaleresque et son titre d'album qui peut autant faire référence à QUEEN qu'à BLIND GUARDIAN, son introduction opératique façon MANOWAR (que le groupe remercie d'ailleurs dans son livret pour "Gods Of War", pour donner l'illusion désormais que les albums des Italiens sont meilleurs qu'ils ne le sont en réalité), "A Knight At The Opera" se rend indispensable dès la revisite de "Tricyles Of Steel", ultra efficace, avec ce scream à la Halford jouissif, puis… ce klaxon ! Je ne m'en remets toujours pas. Le titre est ultra punchy et efficace, et on se prend à le reprendre à gorge déployée comme un débile dans son salon. Bon sang que ça fait du bien !

J'ai découvert NANOWAR OF STEEL via son excellent "Stairway To Valhalla" et donc j'aborde "A Knight At The Opera" de la même façon, à savoir comme un album à part entière. Et en cela je ne suis clairement pas déçu du voyage. Ça joue extrêmement bien, tous les codes du Heavy/Power sont traités, poussés, tournés en dérision, mais sans jamais forcer. Et pourtant y a des morceaux qu'il faut pouvoir envoyer, comme le fonceur "Metal" et ses "…of steeeeeeeeeel". Les paroles sont débiles et servent à compléter l'impression d'un album-récréation qui embellit la moindre de vos journées, comme ce mignonnet "To Kill The Dragon You Need A Sword" avec ses séries de causalités qui amènent à l'explication logique : "King is a song of Nanowar".

Quelques titres en italien bien sûr comme d'habitude, histoire d'explorer le folklore local, mais qui sont rarement les morceaux les plus accrocheurs de l'album. Langues dont le groupe va ici se jouer en proposant en bonus quatre itérations du même morceau dans différents idiomes (précisant dans son livret que les paroles doivent comporter plus de fautes de grammaire qu'il n'y en a réellement) ; un amusement sympathique, car encore une fois il faut le dire : NANOWAR OF STEEL possède ce don pour formuler des mélodies hyper efficaces auxquelles on s'accroche facilement, et ce même quand elles sont débiles (les "lalalalalalalala fight the dragon!" de "Fight The Dragon For The Village"). Certaines donnent même une seconde lecture aux morceaux ("Poser" que je tends à rapprocher du "…And Then I Noticed That She Was A Gargoyle" de l'album suivant), ou encore ce "Number Of The Bitch" où Bruce Dickinson tape 3615 ULLA en chantant l'un des hymnes les plus emblématiques de la Vierge de Fer.

Encore une fois c'est un grand OUI pour NANOWAR OF STEEL. Deuxième album que j'achète et nouvelle séance de musculation pour zygomatiques et envie d'envahir l'Ouzbékistan (oui pour le Lichtenstein il faudra attendre 2018, sachons rester modestes) !

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


ALOGIA
Semendria (2020)
3 ou 4 ?




PYRAMAZE
Epitaph (2020)
Parfaite maîtrise de son art


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Gatto Panceri 666 (basse, chœurs, chant sur 13-15)
- Uinona Raider (batterie, chœurs)
- Mohammed Abdul (guitare, claviers, chœurs, orchestrations)
- Potowotominimak (chant)
- Mr. Baffo (chant)
- -
- Simone Allori (orchestrations)
- Ivan Prado Longhi (violon sur 8)


1. A Knight At The Opera
2. Tricycles Of Steel
3. Metal
4. To Kill The Dragon You Need A Sword
5. Fight The Dragon For The Village
6. Poser
7. Giorgio Mastrota
8. King
9. Power Of The Power Pt. 2
10. The Number Of The Bitch
11. Cacciatore De La Notte
12. Feudalesimo & Liberta
13. True Metal Of Steel
- Nanowar's Majestic Language Lessons
14. Schwanzwald
15. El Campo De Nabos
16. Kitograd
17. Xyзбекист



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod