Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Devianz, The Mars Chronicles
 

 Deftnz.net (899)

DEFTONES - Adrenaline (1995)
Par ALANKAZAME le 10 Février 2006          Consultée 6245 fois

1995 est une année de petits bouleversements dans le monde du metal. En effet, un an plus tôt, deux groupes sortis de nulle part, Korn et P.O.D., sortent leurs premiers albums, au son lourd, relativement violent et simpliste… On a appelé cela « neo metal ». Aujourd’hui on fait partout la pub de Korn, on le qualifie de groupe mythique, de monstre sacré, de figure de proue du neo metal… Alors que P.O.D., qui n’a hélas pas toujours su nous pondre de bons albums, sombrera peu à peu dans l’ombre. Mais on oublie bien souvent de citer un groupe majeur tout aussi précurseur que Korn, et ce groupe, c’est Deftones…

Les premiers accords de Bored parlent d’eux même : les gros riffs déjà vus dans Korn sont bel et bien présents : tout cela est fort répétitif et dénué de toute recherche technique sur le plan musical… Mais voila, les soli de guitare, de batterie ou de basse, les trucs super rapides et impressionnants, ça, dans le neo, on s’en contrefout. Et oui, chez les neo metalleux, et tout particulièrement chez Deftones, toute la force et la puissance du groupe résident en la voix de son chanteur. Et je ne pense pas me tromper en affirmant que Chino Moreno est très certainement le meilleur vocaliste neo au monde. Bored, qui est de manière incontestable le meilleur titre d’Adrenaline, et qui deviendra par la suite un titre culte de Deftones, expose ce choriste dans toute sa splendeur : un chant mélodique et lent sur les couplets, de longues plaintes torturées sur les refrains, de grands cris écorchés sur la fin… Aucun chanteur ne sait faire passer ses émotions avec autant de sincérité de conviction ! Chino possède ce pouvoir très peu répandu de foutre la chair de poule à son auditeur, tant sa magnifique voix est crue et sans le moindre chichi… Et cela ne faiblira pas sur le titre suivant, Minus Blindford, sur lequel Moreno a recours à un phrasé moitié rap, moitié mélodique plus qu’original pour l’époque… Cependant on change d’environnement par rapport à Bored : les compos sont plus complexes, moins faciles, les structures sont moins carrées et moins prévisibles… Les hurlements sur le refrain rapprochent encore un peu plus Deftones de leurs collègues de chez Korn, chose que l’on retrouve assez souvent sur ce premier LP et qui aura tendance à disparaître par la suite sur les albums suivants. Curieusement, One Weak ne suit pas cette voix, et pourrait même réutiliser les ingrédients de Bored : même chant lent et plaintif sur les couplets et sur le pré-refrain, mêmes riffs lourds et répétitifs ramenés en second plan… Il règne dans ce titre une atmosphère planante de sérénitude aérienne et évasive difficilement descriptible… C’est un problème récurant chez Deftones : leur œuvre est tellement spéciale, tellement peu commune, tellement personnelle qu’elle en devient fort compliquée à décrire et surtout pratiquement incomparable. On retrouve tout de même un petit final excité avec hurlements écorchés et tout le bordel à la Korn (et hop, j’ai réussi à caser une comparaison !). Les 4 petits gars de Deftones s’emballent sur Nosebleed, titre nettement plus péchu et agressif que ses prédécesseur : Moreno altère phrasé survolté et plaintes mélancoliques sur les couplets, et vide ses tripes sur le refrain, jusqu’au milieu du titre qui change très brusquement de ton ! Tout devient planant, mené tambours battants par une basse plus que jamais placée au premier plan. Mais cela ne durera pas, et Deftones nous livre à nouveau sa rage pure et torride pour les dernières minutes ! Et il en est ainsi jusqu’à la fin de cette album, avec des titres tous imprévisibles et réussis. Deftones parvient à explorer plusieurs voies tout en restant dans le même registre, avec les mêmes sonorités constamment remaniées avec brio. A noter une très chouette débauche d’agressivité sur les refrains du très étrange 7 Words, où la guitare, joue, pour une fois, un rôle clef.

Pour un premier album c’est un coup de maître ! Deftones innove via 11 titres tous bons et tous très spéciaux et personnels. Un album rude et très cru, sûrement le moins facile d’accès de toute la discographie de Deftones, bien loin des mélodies planantes et entêtantes de White Pony, l’album sortit 5 ans après. Un mélange d’influences et de sonorités très réussis, un chanteur aux capacités hors du commun, des tubes en pagaille, des passages planants alternant à des moments d’agressivité mené tambours battants font d’Adrenaline un album culte du neo metal. Si vous ne craignez pas l’esprit le plus torturé de Deftones qui existe à ce jour, ni le neo cru et direct, vous avez tout intérêt à jeter une oreille dessus ! Bon boulot, donc, mais pas plus de 4.5, car Deftones fera bien mieux deux ans plus tard avec l’excellent Around The Fur, qui conserve le même charme et les mêmes ingrédients, avec cette fois ci une parfaite maturité.

A lire aussi en NEO METAL par ALANKAZAME :


36 CRAZYFISTS
A Snow Capped Romance (2004)
De l'emo-nü-core exemplaire !




SPINESHANK
The Height Of Callousness (2000)
Un grand chef d'oeuvre du neo metal


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Chino Moreno (chant)
- Chi Cheng (basse, choeurs)
- Stephen Carpenter (guitare)
- Abe Cunningham (batterie)


1. Bored
2. Minus Blindfold
3. One Weak
4. Nosebleed
5. Lifter
6. Root
7. 7 Words
8. Birthmark
9. Engine N°9
10. Fireal
11. Fist



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod