Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER PROG SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Stratovarius, Evergrey, Silent Voices, Serenity, Power Quest
 

 Site Officiel (183)
 Myspace (136)

VANISHING POINT - Tangled In Dream (2000)
Par JEFF KANJI le 10 Septembre 2014          Consultée 1044 fois

Très vite, Andrew lâche l’affaire. Ça commence à devenir un peu trop sérieux cette affaire… Chris Porciancko qui jadis avait accueilli EYE en première partie de son groupe rejoint VANISHING POINT. Et il ne va pas traîner pour s’imposer aux côtés des fondateurs qui eux persistent et signent. Le groupe y croit dur comme fer, et leur tournée en première partie de Yngwie MALMSTEEN va les motiver. Le travail opéré par les Australiens se voit auréolé d’une participation au Wacken 2000. Nanti d’un nouveau management et d’un contrat de distribution pour l’Europe chez Limb (écurie flamboyante à l’époque grâce au carton de ses deux principaux poulains – ANGRA et RHAPSODY), le groupe s’attelle à un second album qui devra montrer de nets progrès par rapport au prometteur mais maladroit "In Thought".

Bon… Des progrès il y en a c’est vrai. Déjà le son a fait un bond en avant, même si on n’atteint pas la classe de l’opus suivant "Embrace The Silence". Côté composition, l’arrivée de Chris Porciancko a un peu plus enfoncé le groupe dans le giron Prog. Le nouveau claviériste Danny Olding peinant à tirer son épingle du jeu et se contentant très souvent de nappes pour enrober la musique des Australiens. Et on tient même sur ce "Tangled In Dream" quelques titres franchement sympas qu’on peut réécouter sans peine et sans gêne quinze ans plus tard. Je pense à "Two Minds, One Soul" bien sûr, qui a tellement marqué les futurs copains de SONATA ARCTICA qu’ils en effectueront une reprise sept ans plus tard (et pas vraiment à l’avantage de VANISHING POINT d’ailleurs) et décidera la formation de Kemi à les emmener en tournée avec eux. Il y a aussi ce biblique "Father" qui culmine à plus de huit minutes, aux changements d’atmosphères bien vus ou encore ce plus immédiat "Never Walk Away", qui clôt une petite succession de trois titres efficaces, dont "Closer Apart" peut-être le morceau qui se détache le plus de la galette.

Mais hélas, il y a encore du boulot. On est loin du haut du panier, même en deuxième division. Déjà le chant de Silvio Massaro pourra en rebuter quelques-uns. Je sais pas vous, mais j’ai vraiment la sensation d’écouter un mec qui chante sous valium. C’est assez déroutant et pour tout dire, cela gâche un peu les compos qui perdent instantanément en impact, et fait irrémédiablement baisser l’attention de l’auditeur. C’est vraiment con, et heureusement que le chanteur corrigera en partie le tir dès l’album suivant, car du coup son timbre chaleureux et agréable passe à l’as et ses capacités également ; car les lignes de chant ne sont pas toujours de tout repos.

Et c’est l’autre point faible de cet opus, parfois tellement cliché (la sirupeuse ballade "Dancing With The Devil") qu’il en devient chiant. Quand il n’est pas cliché, il saute à pieds joints dans l’empilage de plans sans qu’on n’en comprenne vraiment le but. Ni les sensations, ni les textes ne permettent une réelle immersion dans "The Real You" ou encore l’éponyme "Tangled In Dream". Et pour couronner le tout, l’entrée en matière est totalement gâchée par "Surreal", dont l’introduction ne veut pas dire grand-chose, pas plus que le Heavy Mélodique du titre en question, manquant de punch malgré des enchaînements pas dégueu.

Toutefois, "Closer Apart", "Never Walk Away" et "Two Minds, One Soul" restent encore des piliers de la discographie de VANISHING POINT et des hymnes attendus par les fans en live, signe que le groupe ne s’est pas non plus royalement planté. Mais avec la diffusion européenne du puissant Limb à l'époque, peut-être un EP à 4 ou 5 étoiles aurait été plus stratégique… Mais rappelons-nous que nous sommes à une époque où tout ce qui est mélodique, comporte de la grosse guitare et si possible plein de double grosse caisse, plaît au public, encore plus si le groupe vient d'une terre qui n’avait pas encore fourni son hérault à la cause Power Metal, l'Australie pour notre sextette.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANISHING POINT
Distant Is The Sun (2014)
Enfin la consécration ?




BOREALIS
Purgatory (2015)
L'élève rejoint le maître


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   DARK WARRIOR

 
   (2 chroniques)



- Silvio Massaro (chant)
- Tom Vucur (guitare)
- Chris Porcianko (guitare)
- Joe Del Mastro (basse)
- Danny Olding (claviers)
- Jack Lukic (batterie)


1. Surreal
2. Samsara
3. Closer Apart
4. Bring On The Rain
5. Never Walk Away
6. The Real You
7. Two Minds One Soul
8. I Will Awake
9. Dancing With The Devil
10. Father (7 Years)
11. Tangled In Dream
12. Inner Peace
13. On The Turning Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod