Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER PROG SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Stratovarius, Evergrey, Silent Voices, Serenity, Power Quest
 

 Site Officiel (249)
 Myspace (200)

VANISHING POINT - The Fourth Season (2007)
Par JEFF KANJI le 26 Novembre 2014          Consultée 1064 fois

Ça ne venait pas de moi, "Embrace The Silence" marquait vraiment un immense bond en avant au moment idéal. VANISHING POINT, malgré un succès toujours un peu confidentiel, a souvent eu la chance du débutant, en décrochant d’intéressantes premières parties alors que son line-up mouvait sans que ces deux premiers opus n’aient dans le même temps marqué les esprits, ou signant des contrats discographiques alors qu’il est en guerre avec son management. Mais tout cela VANISHING POINT le méritait bien, tant la surprise fut là en 2005.

N’empêche que rien que pour le plaisir de retrouver VANISHING POINT deux ans jour pour jour (« on s’était donné rendez-vous dans deux ans… » un truc du genre), on ne va pas bouder notre plaisir. Surtout que cette fois, la tracklist est plus ramassée (onze titres, douze pour la version japonaise) et la qualité au rendez-vous dès les premières notes de "Embodiment". On retrouve la patte caractéristique qui m’avait fait aimer "Embrace The Silence". À nouveau servi par un artwork superbe (depuis "Tangled In Dream", les Australiens ont toujours fait preuve d’un goût exquis dans le domaine), "Embrace The Silence" était l’opus qui pouvait faire concurrence au raz-de-marée "The Black Halo" (KAMELOT) sorti quelques mois plus tôt (et un poil meilleur quand même). Cette fois-ci on est en 2007 et VANISHING POINT distance son principal concurrent qui ne réitère pas la performance avec "Ghost Opera", qui voit SERENITY arriver doucement sur son flanc droit.

"The Fourth Season", le quatrième opus de VANISHING POINT, s’avère des plus réjouissants, même si fondamentalement on n’observe pas de grands bouleversements par rapport au prédécesseur, si ce n’est un renouvellement complet de la section rythmique, laissant Tom Vucur et Silvio Massaro comme seuls membres d’origine du combo (même si l’on peut considérer Chris Porciancko quasi comme tel – l’effet Dennis Stratton sans doute). Le nouveau batteur Christian Nativo est particulièrement habile et peu avare en double grosse caisse, accentuant le côté Power de VANISHING POINT dès les premières minutes. On a ainsi un album encore plus énergique que son prédécesseur et mieux produit aussi. Les claviers sont exquis, bien que Leonard Kopilas se soit mis en retrait pour ne plus apparaître qu’en guest et les espaces qui lui sont alloués sont tantôt d’une délicate musicalité ("One Foot On Both Worlds") tantôt d’une magnificence prenante (la terrible "Ashen Sky" au pont symphonique dantesque). Les guitares ne sont pas en reste même si elles ne sont pas aussi acérées qu’elles le seront sur "Distant Is The Sun". En cela on retrouve une continuité sonore avec "Embrace The Silence".

Les titres, d’une durée raisonnable, n’en n’oublient pas pour autant l’aspect Prog et en cinq minutes, VANISHING POINT nous prouve qu’il peut se passer beaucoup de choses ("The Tyranny Of Distance", "Ashen Sky"). Il est juste un poil dommage que "One Foot In Both Worlds" situé en fin d’album vient un peu abaisser l’enthousiasme et la patate d’un enchaînement impeccable de huit titres. Vu qu’on finit l’album quasi là-dessus ("Day Of Difference" étant tellement différent qu'il ne compte pas), difficile d’en faire abstraction, même si au milieu "Wake Me" parvient par son développement grandiloquent à nous faire digérer cet accroc, que de beaux claviers ne parviennent pas à sauver. Mais bon, vous avez vu la note, on a un standard qualité comparable à l’opus précédent, la principale différence étant qu’on est moins surpris par "The Fourth Season", pourtant mieux produit que par "Embrace The Silence" qui creusait un sacré fossé avec son prédécesseur.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANISHING POINT
Embrace The Silence (2005)
Ça valait bien ses cinq ans d'attente




DGM
Passing Stages - Live In Milan And Atlanta (2017)
Le DGM new look écrit sa propre histoire


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Silvio Massaro (chant)
- Chris Porciancko (guitare)
- Tom Vucur (guitare)
- Leonard Kopilas (claviers)
- Adrian Alimic (basse)
- Christian Nativo (batterie)


1. Embodiment
2. The Tyranny Of Distance
3. Surrender
4. Hope Among The Heartless
5. Gaia – The Path To The Unknown
6. I Within I
7. Beyond The Open Door
8. Ashen Sky
9. One Foot In Both Worlds
10. Wake Me
11. Day Of Difference
- Japanese Bonus Track
12. The Veil Of Deceit



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod