Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (3 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Converge, Old Man Gloom, Twilight [usa]
 

 Myspace (193)
 Site Officiel (180)

ISIS - Oceanic (2002)
Par JEREMY le 20 Avril 2004          Consultée 4471 fois

Décidemment, ISIS aime les pochettes sobres ! Après un « Celestial » dont la pochette naviguait principalement dans les tons ocres, voici qu’ils remettent ça avec une cover plus sombre, mais tout aussi unie : l’océan. L’océan, c’est tout. Sans vague, pratiquement sans remou, sans la moindre berge ou banc de sable a proximité. L’océan, rien que l’océan. Aaron Turner aime cette impression de vide, et pourtant sa musique est vraiment loin de l’être.

La première chose qui frappe à l’écoute de ce « Oceanic » c’est le sens du riff incroyable que possède ce groupe. D’entrée de jeu, la claque est énorme : une guitare à la fois rugueuse et douce déboule dès le début de « The Beginning And The End », riff qui fait immédiatement penser à OPETH, époque « Deliverance », par sa fluidité et sa capacité à scotcher l’auditeur sur place en retenant toute son attention. Celle-ci, malgré un son lourd et pachydermique, nous lacère pendant toute la durée du disque, ne nous laissant pour souffler que le temps de plusieurs soli cours, lancinant mais compact, ou pour laisser place à une basse vrombissante, qui nous opresse et nous étouffe encore plus que la première.

L’atmosphère est tendue tout au long de l’album. Ceci est dû en parti à de nombreux changements de rythme dans les morceaux, les tempos sont en perpetuels mouvements. D’ailleurs la rythmique est, d’une manière générale, assez lente, pesante et lourde, quelques passages empreintant même au Doom. Ceux qui cherchent chez ISIS des déferlantes de grosses caisses, des martelement de toms et des hurlements de sauvages dégénérés peuvent d’ores et déjà aller voir ailleurs, même si plusieurs passages de « The Beginning and The End », de « The Other », de « From Sinking » et de quelques autres accélèrent le rythme des compositions, et c’est d’ailleurs ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas un seul instant à l’écoute de ce Oceanic.

Une ambiance glaciale s’installe dès les premières secondes d’écoute et se poursuit durant la durée complète du CD. Et Aaron Turner, le charismatique chanteur américain, fait encore des prouesses au niveau des vocaux. Difficile de classer son type de chant dans une catégorie bien précise, celui ci empruntant autant au Black (pour les nombreux braillements) qu’au Death (pour son timbre de voix caverneux), au Doom (dans la diction lente de ses phrases) ou encore au Hardcore (pour les autres braillements). La voix claire de Maria Christopher (du groupe « 27 ») apporte un second souffle à « Weight », longue pièce épique de dix minutes, très calme dans l’ensemble, toujours marqué par cette ambiance typique d’ISIS, qui me fait par moment penser à du ANATHEMA.

Un long break planant et inquietant apparaît sur « False Light », alternant les passages sombres, calmes, avec des accords de guitares claires et lointaines qui tombent comme des gouttes d’eau dans l’océan, avec d’autres passages où la guitare revient lourdement avec ses riffs toujours aussi attrayant, ce morceau est un monstre d’effroie et de beauté. Pour renforcer encore cette ambiance, plusieurs pistes viennent mimer une tempête dévastatrice, avec l’usage de nappes de synthé sur « The Other » ou avec des bruitages exceptionnels sur « Untitled » et « Maritime », le premier représantant un navire en traint de sombrer, avec les cris de détresse de son équipage inapte a se sauver, et le second dans une ambiance plus planante et plus aérienne, et toujours aussi beau.

« Oceanic » est un album à écouter au casque, allongé dans le sable, seul face à la mer et au soleil couchant… Beau et touchant sont des adjectifs bien faibles pour qualifier ce disque qui aurait mérité un 5/5 sans problème si le dernier titre avait été un peu moins conventionnel et prévisible, mais restant néanmoins d’un très bon niveau. En tout cas ce 4/5 vaut facilement un 9/10. On frôle le chef d’œuvre !

A lire aussi en POST-HARDCORE :


ROSETTA
Wake/lift (2007)
L'un des nouveaux grands du postcore




KEHLVIN
The Mountain Daylight Time (2006)
Postcore à tendance viscéralo-atmosphérico


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Bryant Clifford Meyer (chant, guitare, électronique)
- Aaron Turner (chant, guitare)
- Michael Gallagher (guitare)
- Jeff Caxide (basse)
- Aaron Harris (batterie)


1. The Beginning And The End
2. The Other
3. False Light
4. Carry
5. Untitled
6. Maritime
7. Weight
8. From Sinking
9. Hym



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod