Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-HARDCORE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Converge, Old Man Gloom, Twilight [usa]
 

 Myspace (264)
 Site Officiel (261)

ISIS - The Red Sea (1999)
Par ENENRA le 28 Janvier 2014          Consultée 1201 fois

Les EPs d'ISIS c'est toujours le genre de trucs que tu laisses pourrir sur le coin de la table te disant qu'un jour tu devrais en parler quand même, ce serait bien d'être un peu exhaustif parfois. Et puis ce jour n'arrive jamais. Jusqu'à ce qu'un — autre (faut pas déconner) — jour tu te pousses au cul (mouvement acrobatique très complexe, ne pas essayer chez vous) et... tu racontes des conneries en introduction.

Non parce que sans rire ça fait toujours un peu bizarre d'écouter les tous débuts de ce groupe tant adoré par nos binoclards moustachus contemporains. Pourquoi ? Bah tout simplement parce que tu manges la poussière au lieu de voyager au milieu des étoiles filantes ou des bancs de poissons. Ah ça, c'est pas très hospitalier. Même plutôt totalement haineux. Et ce "The Red Sea" ne pourra pas me contredire avec son introduction qui aurait sa place sur un album de Black à tendances usinières et bizarroïdes, du genre je te chie à la gueule au fond des toilettes déjà maculées de cochonneries. Rah ouais je vous dis : une toute autre ambiance.

Cet EP est surtout l'occasion, entre nous, de ressortir la fameuse (haha) Demo du groupe, sorti en 1998 : trois titres inédits dont l'intro horrifique, les quatre pistes de la Demo, emballé Suzanne, on ferme. Ça paraît un peu trop facile comme manière de procéder confessons-le et l'efficacité du produit est remise irrémédiablement sur la balance. Une Demo on sait tous qu'on peut s'attendre au pire : moins efficace, plus brouillon. Ça fait un peu peur au soldat des discographies qu'on peut tous être à nos heures perdues. Mais c'est bien beau de brasser du vent, qu'en est-il de celle sur "The Red Sea" et des deux inédits ?

ISIS est décidément, comme sur "Mosquito Control", en mode concassage je t'écrase sous la meule jusqu'à t'étouffer, mais cette fois avec tout le côté corrosif de l'acide qui attaque l'acier et la viscosité d'un quelconque liquide étranger. Ça ne l'empêche cependant pas de se lancer dans des incartades plus... Stoner ("The Minus Times") quand le cœur lui en dit. Les influences sont nombreuses sur cet EP, on pourrait citer GODFLESH pour la force de frappe et l'abattement des riffs, massues géantes et implacables, CONVERGE (et ses copains BOTCH et CAVE IN) vient également en tête le temps du morceau éponyme, ses crissements et son comportement de fou en cage. Définitivement beaucoup plus proche du monde du Hardcore Punk de bonhomme métallisé, ISIS verse ici dans un penchant destructeur presque irréfléchi. Rien de bien surprenant quand on voit que l'album fut sorti par le tout jeune Second Nature Recordings qui mettait sur le marché cette même année le second album COALESCE.

À côté des trois titres inédits qui ouvrent cet EP, on ne se cachera pas que la Demo et sa production un peu en-dessous fait pâle figure. Je ne suis pas du genre à râler sur les productions habituellement, mais ce coup-ci tout l'impact est perdu dans la transition entre les deux enregistrements. Comme nous sommes dans une optique très "prends toi le mur et ferme-là", je peux vous dire que le soufflet gonflé à bloc du début d'album retombe un peu. Rien de réellement rédhibitoire entre nous, mais assez pour casser un peu la dynamique. D'autant plus qu'on s'habitue très vite à ce côté plus étouffé qui transforme d'ailleurs cette Demo en réelle séance de rouste, comme encerclé, assailli, cerné. Le revirement Sludge sur "Lines Across Eyes" est de ce point de vue là excellent.

L'honneur est sauf, ISIS lancera bientôt son premier album (l'année suivante) sur les bords de plage, en attendant ils sont bel et bien toujours bloqués dans la mélasse et pas contents. Destruction, lourdeur et chaos. La recette n'a pas changé. Mais le résultat est beaucoup plus convaincant, abattant.


Breathe in water through the punctured throat

A lire aussi en POST-HARDCORE par ENENRA :


LIGHT BEARER
Lapsus (2011)
Lucifer Act. I




OMEGA MASSIF
Karpatia (2011)
Coule de source


Marquez et partagez




 
   ENENRA

 
  N/A



- A. Turner (chant, guitare)
- M. Gallagher (guitare)
- J. Caxide (basse)
- A. Harris (batterie)
- J. Randall (electronics, chant)


1. Charmicarmicarmicat Shines To Earth
2. The Minus Times
3. Red Sea
4. Smiles And Handshakes
5. Catalyst
6. Ochre
7. Lines Across Eyes



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod