Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  COMPILATION

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Drakkar, Lonewolf, Gun Barrel, Iron Savior, Paragon, Angel Martyr
- Membre : Stratovarius, Axel Rudi Pell
 

 Site Officiel (320)
 Myspace (4773)

RUNNING WILD - 20 Years In History (2003)
Par JULIEN le 6 Octobre 2003          Consultée 5381 fois

Vingt ans d’existence, voilà un événement qui se fête, bande de forbans ! Par ma barbe, que l’on jette l’ancre dans la baie ! Rentrez les canons et mettez les fûts en perce, aujourd’hui nous ripaillons en l’honneur des deux dizaines d’années d’existence de RUNNING WILD, ce fier vaisseau germanique qui, depuis maintenant fort longtemps, écume les mers du Heavy Speed Metal. Et quoi de mieux en l’occurrence que d’enrôler dans notre troupe de ruffians un préposé qui viendrait nous faire récit de ces exploits ?

« 20 Years In History » est donc un imposant coffre au trésor où s’entassent quelques rubis et joyaux des plus mirifiques, sélectionnés parmi la profusion d’un butin colossal, résultat de douze grands voyages soldés par de nouveaux apports d’or et autres magnificences. Bien sûr, les plus fins connaisseurs parmi vous, foutus loups de mer initiés à la légende du capitaine Rolf Kasparek – Rock’n Roll pour les intimes - et de son équipage versatile et sans cesse renouvelé, trouveront ici à y redire !Vous n’avisez pas votre hymne favori, vous constatez l’absence de l’épopée qui aiguisa si farouchement votre appétit de Metal classique et bigrement fougueux, ou n’importe quel autre trésor ajouté au butin amassé au cours de la féconde carrière d’un sauvage et opiniâtre flibustier, qui consacra vingt années de sa vie à l’entassement de mélodies tellement singulières qu’elles en devinrent une marque de fabrique à laquelle se référer ? Et oui, que voulez vous mes braves, c’est là le lot de tous les récits aspirant à brosser un tableau général de la vie d’une figure aussi marquante et prolifique que peut l’être celle du fin bretteur chanteur Rock’n Rolf, seul et éternel maître à bord du massif bâtiment qu’est RUNNING WILD.

Ah, le RUNNING WILD… en voilà un impressionnant bateau ! Faisant partie des plus beaux et anciens fleurons d’une flotte Heavy Speed Metal, ce dernier contribua dès la moitié des 80’s à écrire quelques uns des plus récits causant d’acier rutilant et de fer chauffé à blanc, à jamais ornés de cette imagerie pirate unique : RUNNING WILD était là pour s’élancer sur les mers en compagnie des premiers vaisseaux du Speed et du Metal, tels leurs camarades HELLOWEEN, STORMWITCH, RAGE ou GRAVE DIGGER ; RUNNING WILD était là pour bâtir, à force de luttes, un répertoire conséquent et riche de chants virils, de riffs péchus et solides comme des figures de proue défiant les flots, et terriblement dévastateurs, à l’instar de ces boulets de canon imparables qui vous remodèlent le crane à grands coups de rythmiques sévèrement musclées, voire ultra speed (particulièrement au cours des campagnes des 90’s),et de refrains à faire reprendre en choeur par tout l’équipage, histoire de galvaniser les troupes avant l’abordage !

Alors franchement, que ce soient les « Genghis Khan » ou « Prisonners Of Our Time » issus des premières heures de l’existence d’un capitaine qui n’avait pas encore chaussé le bicorne de capitaine pirate – et je ne parle pas des relectures modernes apportées aux « Mordor » et « Branded And Exiled » qui témoignent, en ces jeunes années, de centres d’intérêt autres que ceux de la piraterie – ou les premières canonnades que furent « Under Jolly Roger (wouah, ce refrain inoubliable !), le très maidennien « Port royal », l’excellent « Conquistadores » qui pose clairement le sens du riff entraînant de Rolf, ou l’inénarrable « Riding The Storm » et son intro claironnante, que reprocher à RUNNING WILD ? Hein ? Que reprocher à ce vaisseau qui s’est toujours livré corps et âme face aux vagues délétères des modes qui passent et défilent, broyant les faibles et malmenant les forts. Et de l’opiniâtreté, RUNNING WILD en a à revendre (« Raise Your Fist », hymne de rébellion adolescente incontournable), de même qu’un certain sens de la critique (le culte « Bad To The Bone »).

Oui, il y a sur ces deux tomes musicaux composant « 20 Years In History » largement de quoi rappeler pour quelles raisons l’équipage du RUNNING WILD marqua l’univers du Metal du sceau de ses vastes explorations boucanières. Et s’il fut plus haut question de quelques grands chapitres des 80’s, il ne faudrait pas offusquer les importantes conquêtes des 90’s, menées tambour battant, avec une vivacité encore accrue, Rolf durcissant sa main mise sur le gouvernail : que dire des épisodes maritimes forts que furent le long « The Ballad Of William Kid », « The Privateer », le magistral « Black Hand Inn » et son riff proprement époustouflant sur tapis de double grosse caisse signée Jorg Michaël, primitif mais efficace batteur du rythme, l’effroyablement intense et survolté « Lions of The Sea », la cultissime pièce épique « Treasure’s Island », où le RUNNING WILD s’attaquait au mythe de l’île au trésor de Stevenson ? C’est rapide, parfois plus écrasant, très prenant, vraiment surpuissant… c’est du travail de maître, sculpté dans la matière d’un Heavy Metal classique fortement orienté Speed, avec les solos distingués qui vont bien, et idéalement produit pour parachever le tableau.

Vinrent enfin les dernières conquêtes de Rolf le flibustier, plus anonyme il est vrai, où la verve des explorations Heavy élaborées des 80’s et la plus grande cécité et agressivité des 90’s se vit supplée par un esprit plus accrocheur et Hard Rock, signe d’une tempérance concédée par Rolf, lassé des expéditions placées sous la férule d’une âme assoiffée d’or. Ce fut le temps de s’intéresser plus profondément à d’autres sujets déjà esquissés tantôt, tels le régime russe (l’excellent «Tsar »), la vie extra-terrestre (« Welcome To Hell ») ou encore l’affrontement des antagonistes (« Victory », le génial « The Brotherhood » et son mélodie altière à se pâmer). Avec brio, comme toujours.

Ah, j’en entends qui protestent parmi vous, mes frères ! Oui, je le reconnais, on déplorera volontiers l’absence de classiques : « Uaschitschun », le tonitruant hymne « Lead or Gold » à reprendre à pleins poumons – et puis ce riff chantant ! -, l’explosif « Masquerade », le dynamique "Adventure Galley", le monumental "The Ghost", l'accrocheur "When Time Runs Out", le formidable « The Rivalry » avec son chorus inoubliable, parmi tant d’autres ! Sachez alors, fiers enfants des océans, vous faire une raison : vous aurez une excellent excuse pour embarquer encore et encore, jusqu’à trouver les ports et escales où consulter réellement les pages authentiques contenant ces illustres chapitres ici mis de côté ! Et profitez par ailleurs des deux récits inédits qui vous sont ici soumis ( le très bon mais classique « Prowling Werewolf » et l’explicite « Apocalyptic Horsemen ») en exclusivité !

Oui, mes frères je ne le répéterai jamais assez : Il y a tant à considérer dans cet empilement de trésor colmatant la cache secrète du capitaine Rolk Kasparek que toute l’existence de ce foutu Long John Silver ne suffirait pas à les égrener ! Alors vous voudrez bien accepter, mes camarades de flibuste, que deux petits tomes soient certes largement frustrants, mais suffisamment nantis d’exploits évocateurs pour que tout un chacun s’embarque de lui-même en quête du mythique vaisseau RUNNING WILD, qui sillonne les mers quelque part dans ce vaste monde bleuté… là où se terrent les trésors qui viendront, à n’en pas douter, renforcer la panse dorée et gemmée de la cachette du capitaine Rolf Kasparek !

Mais en attendant, que les néophytes de l’univers de Rolf le noble boucanier se pressent sur le pont : il y a là, avec cette grosse vingtaine de chapitres, amplement de quoi éveiller l’envie d’en savoir plus sur cette figure incontournable du Metal ! Quant aux connaisseurs, le butin juteux reste trop maigre pour véritablement susciter l’intérêt. C’est la raison pour laquelle je demeure un tantinet déçu : Rolf aurait vraiment mérité un traitement plus exaltant…

Ce « 20 Years In History » est donc à considérer de la même façon que le pavillon noir hissé maintes fois au sommet du mat de RUNNING WILD : comme un avertissement ! Gare à ceux qui oseraient se dérober à l’appel du Metal, le RUNNING WILD et son capitaine Rolf Kasparek veillent… sous l’œil cruel du Jolly Roger !

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


GAME OVER
Nintendo Metal (2002)
5 héros nintendo honorés par le metal... la suite!




IRON MAIDEN
The First Ten Years #2 (1990)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Rolf Kasparek (chant & guitare)
- Bernd Aufermann (guitare)
- Peter Pichl (basse)
- Matthias Liebetruth (batterie)


1. Cd 1
2. Prowling Werewolf (inédite)
3. Genghis Khan
4. Prisonners Of Our Time
5. Branded And Exiled (réenregistrée)
6. Mordor (réenregistrée)
7. Under Jolly Roger
8. Apocalyptic Horsemen (inédite)
9. Raise Your Fist
10. Port Royal
11. Conquistadores
12. Riding The Storm
13. Bad To The Bone
14. Blazon Stone
15. Little Big Horn
16. Cd 2
17. Whirlwind
18. Treasure Island
19. Black Hand Inn
20. The Privateer
21. Lions Of The Sea
22. Black Soul
23. Firebreather
24. Ballad Of William Kid
25. Victory
26. Tsar
27. Welcome To Hell
28. The Brotherhood



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod