Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  COMPILATION

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1984 2 Gates To Purgatory
1985 2 Branded And Exiled
1987 2 Under Jolly Roger
1988 2 Port Royal
1989 1 Death Or Glory
1991 1 Blazon Stone
1992 1 Pile Of Skulls
1994 1 Black Hand Inn
1995 1 Masquerade
1998 1 The Rivalry
2000 1 Victory
2002 1 The Brotherhood
2005 Rogues En Vogue
2012 Shadowmaker
2013 Resilient
2016 Rapid Foray

ALBUMS LIVE

1988 Ready For Boarding
2002 Live 2002

COMPILATIONS

1991 The First Years Of Piracy
2003 20 Years In History

VHS/DVD/BLURAYS

2002 Live 2002
 

2012 Shadowmaker
2013 Resilient
 

- Style : Drakkar, Angel Martyr, Paragon, Iron Savior, Gun Barrel, Lonewolf
- Membre : Axel Rudi Pell, Stratovarius, Lacrimosa, Holy Moses, Devil's Train, Herman Frank
 

 Site Officiel (981)
 Myspace (5359)

RUNNING WILD - The First Years Of Piracy (1991)
Par DARK BEAGLE le 2 Juin 2023          Consultée 545 fois

Kasparek et la stabilité des line-ups de RUNNING WILD, ce n’est pas trop ça. Le turn-over au sein du groupe a toujours été très important bien que la formation propose des albums solides. Après "Death Or Glory", les départs de Majk Moti (RIP) et de Ian Finlay auront de quoi surprendre ; le groupe venait très certainement d’atteindre son sommet artistique et se séparer de Moti après ces années de flibuste semble assez étrange. Besoin de sang neuf afin de faire évoluer la musique proposée ? L’argument ne se tient pas puisque "Blazon Stone", premier LP composé avec le nouveau line-up marche dans les pas de ses prédécesseurs. Axel Morgan (guitare) et AC (batterie) semblent être plus de simples exécutants qu’une véritable force créative. D’ailleurs, les carrières des deux musiciens seront assez brèves, le premier formera X-WILD avec Jens Becker une fois qu’ils se feront lourder de RUNNING WILD, le second fera quelques piges pour LACRIMOSA.

Ce line-up a donc proposé "Blazon Stone" en avril 1991 ; "The First Years Of Piracy" sera publié en novembre de la même année et sera, comme son nom l’indique, une compilation. On sent que le boulot autour de ce disque a été fait un peu à la va-vite. La pochette est on ne peut plus basique, la calligraphie gothique, reprise dans le livret, n’est pas la plus lisible qui soit. Un coup d’œil rapide aux titres permet de voir que tout est concentré sur les trois premiers opus du groupe, qui ne sont pas réputés pour la qualité de leur son. Bref, tous les éléments sont en main pour que l’on passe son chemin et que l’on aille voir ailleurs s’il y a quelque chose de plus sympa à se mettre dans les oreilles.

Cependant, il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives. Rock’N’Rolf ne fait en aucun cas le deuil des précédents line-ups ici puisqu’il a décidé de réenregistrer certains morceaux avec sa formation actuelle (procédé qu’il reproduira à bien moindre échelle sur "20 Years In History"), afin d’actualiser des titres qui n’ont pas forcément connu la carrière qu’ils méritaient pour certains, à cause de productions inadéquates. Et aussi, il va refaçonner certaines vieilles compositions des débuts plus abruptes pour les faire entrer dans son univers de pirate. Certes, les deux premiers essais ne sont pas dans la thématique, aussi certains morceaux sont logiquement écartés, comme "Mordor", qui ne s’accorde pas franchement avec tout cela. Mais ce ne sera que partie remise.

Globalement, sans se mentir, bien que l'idée soit très sympathique l’intérêt du disque est assez minime pour les fans. Toutefois, cela permet de redécouvrir "Walpurgis Night", à l’origine sur l’EP "Victim Of States Powers" (1984) et qui est le morceau le plus rare du lot. Cette compilation a bizarrement été rééditée dernièrement avec les premiers albums du groupe, ce qui peut permettre aux néophytes de se faire une petite idée de ce qu’était le groupe à un moment M sans que ce soit toutefois exact. En revanche, le truc marrant dans l’histoire, c’est que presque tous les morceaux présents sur "The First Years Of Piracy" ont été utilisés comme bonus sur les remasters de ces-dits albums. Aujourd’hui, c’est complètement obsolète et inutile. En 1991, ça avait une petite utilité.

Repenser certains morceaux peut s’avérer bénéfique à certains moments. "Branded And Exiled" est le parfait exemple d’une réécriture réussie, le titre gagnant là en fluidité et en efficacité, lui qui peinait à révéler toutes ses capacités sur l’original de 1985. Beaucoup plus souple, il gagne facilement le rang de classique, surtout que Rolf chante mieux, qu’il est plus assuré derrière le micro et que par définition, il module plus. Une composition comme "Fight The Oppression" ne perd pas au change également, l’aspect Power Metal se tient mieux et le tout sonne de façon bien moins bordélique que sur l’original, qui avait également son charme. On peut globalement avoir la même réflexion sur tous les vieux titres (mention très honorable à "Walpurgis Night" également) qui s’extraient de leurs carcans dressés par des prods d’un autre temps et qui s’inscrivent plus facilement dans la ligne Heavy Metal frontale du groupe et qui en oublie pour certains les oripeaux venus de VENOM.

En revanche, le travail effectué sur les quatre pistes sélectionnées de "Under Jolly Roger" peuvent laisser plus dubitatif, surtout celle du même nom qui est débarrassée de toute théâtralisation. Exit les craquements du bateau et les coups de canon, place à une efficacité brute et sans artifices. Personnellement, je préfère l’originale qui stimule bien plus l’imagination, ce qui est très important quand on évolue dans un concept aussi codifié. Le tout reste très Heavy, parfois presque étouffant et l’ensemble se veut forcément intense, avec des refrains conçus comme autant d’hymnes, des soli bien envoyés et un chanteur charismatique même si sa voix n’est pas toujours « facile ». Ce n’est ni du Kiske, ni du Scheepers, c’est nettement plus abrasif et c’est ça qui est plaisant.

Pour l’anecdote, cette compilation me fut offerte au Noël suivant sa sortie et ce fut mon premier contact avec RUNNING WILD. Et cela n’a absolument pas changé ma vie, je n’y suis revenu que quelques années plus tard, une fois que j’ai commencé à avoir des cours d’anglais et que je souhaitais avoir une alternative à HELLOWEEN et GAMMA RAY qui ne soit pas PRIMAL FEAR. Et bien que le propos de RUNNING WILD soit plus simple que les deux premiers nommés, il n’en est pas moins plus abrupt et pas toujours facile d’accès, la clé étant d’accepter la voix de Kasparek pour pleinement plonger dans cet univers de piraterie. En revanche, il est le disque que je ressors fréquemment quand j’ai envie d’écouter les débuts du groupe car la sélection de morceaux est juste incroyablement bonne.


Pour la qualité musicale : 4/5.
Pour l’intérêt de la chose, en 1991 : 3/5.
Pour l’intérêt de la chose, aujourd’hui : 1/5.
Note réelle : 3/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


WHITE MAGICIAN
Dealers Of Divinity (2020)
A light in the dark




UFO
The Wild, The Willing And The Innocent (1981)
I want to believe


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Rolf Kasparek (chant, guitare)
- Axel Morgan (guitare)
- Jens Becker (basse)
- Ac (batterie)


1. Under Jolly Roger
2. Branded And Exiled
3. Soldiers Of Hell
4. Raise Your Fist
5. Walpurgis Night
6. Fight The Oppression
7. Marching To Die
8. Raw Ride
9. Diamonds Of The Black Chest
10. Prisoner Of Our Time



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod