Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (19)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Van Halen
1979 Van Halen 2
1980 Women And Children Fi...
1981 Fair Warning
1982 Diver Down
1984 1984
1986 5150
1988 Ou812
1991 F.u.c.k.
1995 Balance
1998 3
2012 Tattoo
  A Different Kind Of T...
 

- Style : Girl, The Darkness , Tora Tora, Bulletboys, Roxy Blue, Trixter
- Membre : Extreme, Sammy Hagar
- Style + Membre : David Lee Roth , Montrose

VAN HALEN - Van Halen Ii (1979)
Par DARK BEAGLE le 10 Novembre 2021          Consultée 1141 fois

Sortir un premier album qui cartonne, c’est le rêve de nombreuses formations. Le problème, quand on débarque dans le paysage musical avec un chef d’œuvre qui trouve du répondant auprès du public au point de partir par palettes entières, c’est qu’il faut lui donner un successeur capable de combler toutes les attentes. Un problème en général assez épineux qui fait que ce fameux second opus est en général plus faible. Et pire ! Il sera souvent considéré comme moins bon par toute une frange des fans qui continueront en revanche à idolâtrer le premier méfait. "Van Halen II" souffre clairement de ce problème. Et manque de chance pour lui, son successeur se veut plus original, ce qui n’aide en rien à le réhabiliter entièrement. La vraie question est en réalité la suivante : le mérite-t-il ?

Fin 1978, le groupe dispose d’une semaine de récupération après sa première grosse tournée avant de retourner en studio donner un successeur à "Van Halen". Une semaine plus tard, l’album était en boîte, toujours enregistré sous la houlette de Ted Templeman, avec très peu d’overdubs. Le disque sonne très live, il a un son chaud et pourtant, il se montre moins accrocheur que le précédent. Cela commence déjà par la pochette, qui paraît bien fade après le patchwork des musiciens en action. C’est iconique et bien plus parlant qu’un logo qui pourrait servir pour une compagnie aérienne ou une marque de voiture. La promesse de s’en prendre plein la figure n’y est pas. Et quelque part, c’est tant mieux parce qu’effectivement, ce "Van Halen II" est plus posé.

La plupart des titres présents ici existent depuis de nombreuses années. Gene Simmons en avait même enregistré certains sur la démo qu’il avait produite pour le groupe. Et clairement, au moment de composer le premier album, le choix s’était porté sur ce qui était le haut du panier de ce que pouvait proposer VAN HALEN à l’époque. Heureusement, parmi ces chutes, il y a tout de même du très bon, voire de l’excellent, nous y reviendrons plus tard. Mais voilà : il y a très peu de matériel neuf sur ce disque. "Dance The Night Away" a été mis en boîte pour l’occasion, le reste c’est du réchauffé pour ceux qui suivaient déjà la bande à Eddie et Alex dans les clubs de Los Angeles.

Aussi, "Van Halen II" semble plus quelconque. Moins à même de bouleverser le paysage musical comme l’avait fait son grand frère, ou du moins, pas aussi bien. Ici, le groupe a eu l’idée d’ouvrir l’album sur une reprise, "You’re No Good", une chanson popularisée par Linda RONSTADT dans la première moitié des années 70 et le moins que l’on puisse dire, c’est que le traitement porté sur "You Really Got Me" des KINKS n’est ici qu’un lointain souvenir. Ce n’est pas déplaisant, mais l’aspect Heavy est le grand absent et le disque commence à la cool de fait. Nous sommes loin de l’introduction façon bulldozer (pour l’époque) de "Runnin’ With The Devil", qui a mis presque tout le monde à genoux à l’époque. "Dance The Night Away" va un peu épicer tout ça, mais cela reste bon enfant et si la gouaille de David Lee Roth fonctionne toujours, il faut bien convenir que le titre est relativement inoffensif. Sympa, festif, mais il n’y a pas ce grain de folie endémique de l’opus précédent.

Bien entendu, c’est facile de balancer ça comme ça, 42 ans après les faits, comme si de rien n’était. Pire, je n’ai pas connu ce disque à sa sortie, j’ai débarqué dans ce monde un peu plus d’un mois plus tard. Mais il faudrait être sourd pour ne pas se rendre compte que "Van Halen II" n’a pas la stature sonique du "I". La faute à une entame qui n’a pas ce grain de folie, cette puissance débordante qui allait révolutionner la face du Hard Rock et surtout le redynamiser. Mais s’arrêter là, ce serait faire un faux procès au groupe qui place quand même quelques pépites sur l’album. Des morceaux qui semblent avoir été écartés en 1978 avec des regrets et qui ont ce feu sacré, cette flamme qui danse, ardente, prête à tous nous consumer.

Pour commencer, difficile de passer à côté de "D.O.A", explosif à souhait, bien servi par un court instrumental où Eddie improvise un Flamenco qui fait mouche. "D.O.A" (pour Dead Or Alive) est un condensé d’énergie, ponctué par un solo du feu de Dieu. Peut-être que si le groupe avait entamé son album par cette doublette, il serait vu différemment aujourd’hui. Mais bon, on ne va pas refaire l’histoire. "Somebody Get Me A Doctor" s’en tire très bien aussi, avec son refrain qui fonctionne très bien et cette urgence que l’on ressent tout du long. D’ailleurs, ce titre est bien ironique vu que David Lee Roth s’est cassé le pied après avoir effectué le saut qui figure au verso de la jaquette…

Mais voilà, s’il y a de très bonnes choses sur "Van Halen II", la formation apparaît comme étant plus commune. Elle se fond nettement plus dans le paysage sonore de l’époque sans avoir ce petit truc qui, sans être de l’avant-gardisme, dénotait un potentiel monstrueux. Le jeu d’Eddie est ici plus sage, moins foutraque, même s’il aligne toujours des plans à vous écœurer de la guitare si vous décidez de vous mettre à cet instrument en vous disant que jouer "Women In Love" pour emballer, c’est pas si mal. Nous sommes un peu dans la lignée d’un MONTROSE, ce qui n’est pas dégueux, mais ça commençait gentiment à être daté à cette époque. Mais surtout, ça joue très bien. La section rythmique est vraiment géniale, le duo que formaient Alex Van Halen et Michael Anthony (rien à voir avec Richard) était vraiment exceptionnel, la guitare d’Eddie est toujours bien présente et David Lee Roth est, à cette époque, le charisme incarné. Ça joue, ça joue, mais ça ne décolle pas vraiment, ça fait des soubresauts, mais sans plus.

Pauvre album, qui doit porter le poids de son aîné sur les épaules et qui voit ses efforts être annihilés par son successeur qui se montrera bien plus conquérant. En conséquent, "Van Halen II" est un peu pâlot, il manque de saveur bien qu’il soit épicé par endroits. C’est dommage, parce que c’est sympa, mais que ça manque de travail. Trop de mid-tempi qui finissent par se ressembler, pas assez d'éclats de génie, pas ce punch qui caractérisait le "I". Avec peu de moyens et une deadline ridiculement courte, les musiciens s’en sont plutôt bien tirés au niveau de la qualité du jeu, mais ils manquaient clairement de temps pour repenser certains titres, pour les doper, pour approcher la grâce qui les avait touchés un an plus tôt. Il s’en faut de peu et si l’album contient quelques classiques… euh… "D.O.A"… il pêche par un manque de finitions. Un petit disque sympa, sans plus.


Note réelle :2,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HOLLYWOOD VAMPIRES
Rise (2019)
Entretien avec des vampires




LUCIFER
Lucifer Ii (2018)
Toute la musique que j'aime...


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
   IRONKEUPON
   MEFISTO
   THE MARGINAL

 
   (4 chroniques)



- David Lee Roth (chant)
- Edward Van Halen (guitare)
- Michael Anthony (basse)
- Alex Van Halen (batterie,percussions)


1. You're No Good
2. Dance The Night Away
3. Somebody Get Me A Doctor
4. Bottoms Up!
5. Outta Love Again
6. Light Up The Sky
7. Spanish Fly
8. D.o.a.
9. Women In Love
10. Beautiful Girls



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod