Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1988 Kingdom Come
1989 In Your Face
1991 Hands Of Time
1993 Bad Image
1995 Twilight Cruiser
1996 Live & Unplugged
1997 Master Seven
2000 Too
2003 Independent
2004 Perpetual
2006 Ain't Crying For The ...
2009 Magnified
2011 Rendered Waters
2013 Outlier
 

- Style : Led Zeppelin, Heart
- Membre : Msg, Scorpions, A New Revenge

KINGDOM COME - Hands Of Time (1991)
Par DARK BEAGLE le 6 Mars 2019          Consultée 737 fois

En 1989, KINGDOM COME sortait un album de référence, "In Your Face", qui prouvait que le groupe n’était pas qu’un « Led Clone », une accusation qui revenait souvent suite à un premier album sur lequel Lenny Wolf, le chanteur, montrait certaines similitudes avec un certain Robert Plant. La réponse du groupe a donc été géniale, même si le disque est un petit peu oublié de nos jours. Alors que s’est-il passé tout de suite après ? En effet, la formation s’est entièrement délitée, tout le monde est parti, laissant Lenny Wolf seul, avec les droits du nom. Mais il en fallait plus pour décourager l’Allemand, qui s’est remis à travailler, en devenant le seul membre permanent et s’entourant d’invités.

Faisons un petit bon dans le temps. Nous sommes à présent en 1991 et le paysage musical commençait à changer. Le Death commençait à supplanter le Thrash pour son côté extrême et bientôt Seattle allait balayer toute la scène « Hair Metal » d’un revers de main. KINGDOM COME n’a jamais appartenu à cette catégorie, jouant plutôt un Hard Rock classieux, qui ne se mêlait pas de paillettes pour se montrer séduisant. Mais c’est comme si Lenny Wolf avait senti le vent tourner et s’était échiné à proposer quelque chose de plus contemporain, histoire de rentrer de plain-pied dans la nouvelle décennie.

Il est donc seul maître à bord, mais pour les paroles, il va faire appel à Carol Tatum. Carol Tatum est une artiste New Age qui sera amenée à jouer de la harpe au sein de ANGELS OF VENICE un peu plus tard et qui va propulser KINGDOM COME à un autre niveau spirituel. Pour "Hands Of Time", il ne faut pas se focaliser sur cette pochette nunuche au possible, mais il convient de se pencher sur les paroles, très profondes et introspectives, développant une poésie qui leur est propre, qui sont vraiment dignes d’intérêt. Et le tout, finalement, sans faire de longs couplets, avec une économie de mots intéressante. Le duo d’auteurs sait se montrer touchant ou nous parler sans faire de longs discours et cela laisse forcément de la place pour les parties instrumentales.

Wolf va tenir la basse et jouer de la guitare tout du long, s’octroyant même quelques soli. Oh, pas des trucs vertigineux, il n’a pas la prétention de jouer comme Joe Satriani ou Steve Vai. Pour le reste, il fait appel à quelques musiciens de session, qui vont s’avérer être de simples exécutants. Lenny gère tout du début à la fin, laissant le soin de produire l’album à Gary Lyons (FOREIGNER, GAMMA, AEROSMITH…) et le résultat va s’avérer très surprenant. "Hands Of Time" se présente comme un album de Hard Rock, mais son approche se veut très réfléchie et éthérée. Et malgré tout, il conserve tout de même une certaine spontanéité.

Aussi, être cueilli par "I’ve Been Trying" est déroutant. Une guitare claire nous sert d’hôte, avant qu’une flûte ne vienne s’inviter, accentuant le calme affiché. Puis il y a le chant de Lenny Wolf, magnifique et à partir de là, il est inutile d’essayer de résister. Difficile de lui trouver des similitudes avec Robert Plant cette fois-ci. Le bougre chante vraiment très bien et parvient à faire d’un refrain d’apparence facile un moment qui marque et le constat s’applique également sur le superbe "Should I" qui suit. Difficile de trouver meilleure entame. Les rythmiques se font plus légères – James Kottak n’est pas toujours très subtil – les mélodies sont bien trouvées, et c’est tout juste si on regrette que l’ensemble ne soit pas plus agressif.

"Hands Of Time" est en effet un album qui se déroule lentement, sans chercher des rythmes trop rapides. Et ces mid-tempos, voire low-tempos conviennent parfaitement à l’ambiance développée. L’autre atout de ce disque réside dans les nappes de claviers de Koen Van Baal, un artiste qui loue ses services à bon nombre de groupes, dont SCORPIONS, SINNER ou B.B. QUEEN, qui viennent apporter une plus-value intéressante sur bon nombre de titres, comme "Shot Down", où il prend le dessus sur la guitare durant un solo fort réussi. Ici, tout est donc une question d’équilibre.

En équilibre parfois un peu fragile. Il s’agit de ne jamais franchir la ligne de la mièvrerie, ce qui arrive parfois malheureusement, bien que rarement, à l’image de "You’re Not The Only… I Know" ou de "Can’t Deny" qui font un peu grincer des dents, surtout la dernière citée avec son synthé bien vieillot. Mais que dire de morceaux comme "Blood On The Land" ou le title track absolument remarquables ? Wolf arrive à faire cohabiter des influences Bluesy avec des sonorités plus modernes, un mariage délicat mais qui tient tout du long. Sur les passages les plus inspirés, cela traverse même l’épreuve du temps et continue à bien sonner encore aujourd’hui, malgré quelques petits ratés, quelques titres en-deçà des ambitions affichées.

Lenny Wolf a pris beaucoup de risques pour cet album, s’écartant du son qui avait le succès de KINGDOM COME et en se montrant inventif pour ne pas se répéter encore et encore. Il aurait été tellement simple de dupliquer "Should I" sur toute la longueur du disque… Mais au contraire, il va livrer une prestation tout à fait convaincante même s’il ne va pas avoir le recul nécessaire pour ne pas éviter certains écueils. En étant seul maître à bord, il se ferme forcément des portes, dont l’une des plus importantes : l’avis extérieur. Et cela, il le paiera au prix fort sur l’album suivant… "Hands Of Time" est une autre réussite pour l’artiste, mais qui sera malheureusement boudée à sa sortie…

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


GRAND FUNK RAILROAD
Grand Funk (1969)
Red is dead!




THIN LIZZY
Live And Dangerous (1978)
Irlande conquérante


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Lenny Wolf (chant, guitare, basse)
- Blues Saraceno (guitare)
- Marco Moir (guitare)
- Bert Meulendijk (guitare)
- Jimmy Bralower (batterie)
- Steve Burke (batterie)
- Koen Van Baal (claviers)


1. I've Bee Trying
2. Should I
3. You'll Never Know
4. Both Of Us
5. Stay
6. Blood On The Land
7. Shot Down
8. You're Not The Only... I Know
9. Do I Belong
10. Can't Deny
11. Hands Of Time



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod