Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY GOTHIQUE DE LUXE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2019 2 Mana
2021 2 Strength
2018 Don't Waste Your Time
 

 Bandcamp (325)
 Facebook (316)

UNTO OTHERS / IDLE HANDS - Strength (2021)
Par DARK SCHNEIDER le 26 Novembre 2021          Consultée 1811 fois

Epuisé par des années de chroniques, je me retrouvais le visage abattu près de mon clavier d'ordinateur, tandis que le traitement de texte sur mon écran affichait une page désespérément blanche. Comment cela se pouvait-il se faire alors qu'UNTO OHERS venait de sortir un nouveau chef d'oeuvre ? Implorant les dieux de la chronique, je n'attendais plus qu'une âme charitable veuille bien mettre un terme à mon désarroi. Je m'endormis alors, espérant que pour une fois mes vœux seraient exaucés... Quelle ne fut pas ma surprise de constater à mon réveil qu'une chronique avait été entièrement rédigée ! Une "force" étrange fut à l'oeuvre, c'est certain, remercions là et profitons-en !

Parfois une oeuvre reflète, de façon plus ou moins subtile, l'époque dans laquelle évolue son auteur. Sans exhaustivité, on peut dire qu'il s'en extrait volontairement pour inventer un monde qu'il pense meilleur. Il fait aussi abstraction de la réalité pour mieux l'oublier. Également, il témoigne de son quotidien afin de le combattre activement et se purger ainsi de ses passions, telle une catharsis.

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais en ce moment les formations utilisent le champ lexical du combat avec "Strength" pour UNTO OTHERS ou encore avec "Fortitude" du côté de GOJIRA. L'époque que nous vivons serait-elle devenue anxiogène ? Chacun a sa réponse à la question. Pour Gabriel Franco, compositeur d'UNTO OTHERS, son inspiration est issue de la dure réalité de tous les jours. Il adapte à ce qu'il constate et en invente des histoires qu'il met en scène. Il aime parler de ce qu'il vit autour de lui, ce qui inclue ce qu'il y a de pire en nous et nos faiblesses.

Pour UNTO OTHERS, ces deux dernières années ont été marquées par une succession d'épreuves que le groupe a su surmonter. Tout d'abord, le trio a dû abandonner son nom, IDLE HANDS, au profit d'UNTO OTHERS au prix d'une bataille judiciaire. Également, il a fait face à la loi applicable en matière d'immigration aux États-Unis privant un temps Sebastian Silva, guitariste, de ses comparses. Enfin, il a tenté de repartir à zéro suite à l'annulation des projets signés avant la crise sanitaire.
"Strength" est donc le témoin de ces galères, que le magnifique artwork d'Adam Burke symbolise. Ce cheval forme une allégorie de la force dans la lutte contre l'adversité et la volonté de persévérance. C'est un album qui se veut ultra combattif comme si Gabriel Franco pouvait lâcher les chevaux après deux années de frustrations, une véritable catharsis.

"Strength" est issu de longs mois de travail d'écriture, d'enregistrement et de mixage (dix au total) de juin 2020 à avril 2021. Le bilan est tout simplement superbe tant la qualité des morceaux et de la production sont au rendez-vous. Un cap a été franchi avec cet album et la signature du combo chez Roadrunner annonce la volonté d'inonder le marché américain voire au-delà, de ses compositions.

Là où "Mana" berçait l'auditeur d'une mélancolie légère omniprésente, "Strength" est plus sombre, plus lourd et plus rageur aussi. Il illustre parfaitement les thèmes abordés : les drogues, la violence, ou encore la dépression.

On entre directement dans le vif du sujet avec "Heroin", qui déconcerte les connaisseurs de feu IDLE HANDS dans le bon sens du terme. On se demande à cet instant si le romantisme tourmenté parsemé dans "Mana" appartiendra au passé ou s'il reviendra par moments. Je trouve que cette entrée en matière est excellente car franchement je ne m'y attendais pas. L'ambiance est hyper travaillée avec un ressenti comme si vous vous enfonciez dans la folie douce des substances psycho-addictives.

Ensuite, vous retrouvez un peu plus votre zone de confort avec le très introspectif "Downtown", que vous gardez en tête un bon moment, ou encore "Destiny" mêlant finement mélodies aériennes et passages de double grosse caisse ravageuse. Tout ce qui a pu vous plaire dans "Mana" et "Don't Waste Your Time" est bien présent dans "Strength". Ce mélange subtil de Gothique et de Heavy avec un son totalement vintage, constitue bien la marque de fabrique d'UNTO OTHERS ce qui le distingue complètement à la fois de la scène Heavy actuelle et de la scène Goth.

Le point commun entre tous les morceaux est certainement la recherche de mélodies aussi belles les unes que les autres, qui mélangées à des influences extrêmement variées, produisent un rendu final magnifique. Gabriel Franco parvient à créer le lien entre le Heavy et le Gothique et à s'affranchir des codes. Il est un admirateur de RUSH, des BEE GEES (période hors Disco) et de Heavy Metal, alors dites-vous bien que ses créations ne peuvent s'enfermer dans un seul style. Il a l'esprit trop ouvert pour cela et surtout il le dit lui même en interview : "Strength" est le reflet de son état d'esprit à un instant T sans volonté d'emprunter tel ou tel genre, même s'il qualifie sa musique de Heavy Metal.

Quelques nouveautés font leur apparition. À ce titre, on s'aperçoit que la basse est mieux mise en avant et exploitée, collant à merveille à l'atmosphère lourde comme dans "When Will Gods Work Be Done".
Par ailleurs, Gabriel Franco lorgne du côté du Hard Rock avec le très mélodique "Just A Matter Of Time", et la magnifique reprise de Pat BENATAR "Hell Is For Children". Le chanteur réussit totalement à se l'approprier à la sauce UNTO OTHERS : ambiance léchée, teintée d'urgence dans le propos puisqu'on parle ici des enfants victimes de maltraitance. C'est pour moi l'un des morceaux que je retiens le plus de l'album pour deux raisons. D'abord parce que ce thème me touche beaucoup et est parfaitement approprié sur un album post COVID, puisqu'on sait aujourd'hui que cette période a laissé de nombreux enfants, vulnérables parmi les plus vulnérables, dans le huis clos familial trop souvent violent. Puis, parce qu'il magnifie la version originelle en raison de ses arrangements et du chant très singulier de Gabriel Franco, lui donnant plus de profondeur et de rythme.
Enfin, parmi les nouveautés, on note une approche plus Pop sur les morceaux "Instinct" et "Strength", qui positionnés à la fin de l'album, donnent l'impression de donner du courage et de la force malgré les sujets très sérieux abordés auparavant. Comme dans "Mana", le titre éponyme est à la fin de l'album.

Tous ceux qui n'ont pas accroché à l'album "Mana", n'accrocheront pas plus à "Strength", de par une certaine continuité. En revanche, ceux qui étaient déjà totalement emportés par les mélodies entêtantes d'IDLE HANDS seront convaincus par ce second opus et le premier d'UNTO OTHERS, qui laisse place à un univers à part, ancré dans une réalité décrite comme morosement belle. Le parti-pris artistique plus sombre et moins léger permet d'ouvrir les champs du possible sans aucune redondance. Cet album sera probablement l'une des plus belles sorties de 2021.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


RIOT CITY
Burn The Night (2019)
Tout simplement jouissif !




UNTO OTHERS / IDLE HANDS
Mana (2019)
La claque Heavy Goth que l'on n'a pas vu venir

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   DARK BEAGLE
   POSITRON

 
   (3 chroniques)



- Gabriel Franco (chant, guitares, claviers)
- Sebastian Silva (guitare)
- Brandon Hill (basse)
- Colin Vranizan (batterie)


1. Heroin
2. Downtown
3. When Will Gods Work Be Done
4. No Children Laughing Now
5. Destiny
6. Little Bird
7. Why
8. Just A Matter Of Time
9. Hell Is For Children
10. Summer Lightning
11. Instinct
12. Strength



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod