Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dream Theater, Dynamic Lights, Wastefall, Serdce

PAIN OF SALVATION - The Perfect Element (2000)
Par MOMO HEARTBREAKER le 8 Avril 2003          Consultée 6825 fois

Au départ, quand j’ai entendu parler de Pain Of Salvation, j’avoue que ma première réaction fut la méfiance. S'agissait-il d'un énième groupe pseudo ambiant cloné à bas prix avec le Théâtre des Rêves ? Je mets donc la galette dans mon lecteur et là, je suis littéralement scotché ! Non, Pain of Salvation n’est pas un clone de Dream Theater and Co, mais s’il faut définir un lien de parenté c’est clairement du côté de Queensrÿche et de Marillion qu’il faut chercher. Certes, ici ça joue très bien mais pas de démonstration au programme, seule compte l’atmosphère et l’ambiance…et là on est royalement servi. D’entrée de jeu le groupe nous pond un « Used » très groovy limite fusion qui devient quasi lyrique au 3/4 du titre. A peine remis de mes émotions, voilà que déboule « In the Flesh », morceau queensrychien époque « Promised Land » absolument superbe…L’enchaînement « Ashes »/ « Morning on Earth » est quant à lui lumineux avec ses voix féminines jazzy et que dire de la partie de piano style « L’Exorciste » fil conducteur de ce titre. La suite, me direz-vous ? Elle est du même tonneau :
« Idioglossia » : morceau complètement barré de plus de 8 minutes, proche par moment d’un Dream Theater, entrecoupé de riff de guitare rentre dedans assez inhabituel. En un mot : Terrible !
« Her Voices » : ça commence comme une jolie balade, pleine de feeling, entrecoupée de choeurs à la Fear Factory, époque "Demanufacture" (ouais, je sais ça paraît étrange mais voilà j’ai rien trouvé de plus pertinent). Après, ça part dans pleins de directions avec un son de guitare rappelant l’Inde auquel se greffe un clavier jouant un thème celtique (léger) auquel succède un passage construit avec des instruments classiques appuyé par des cœurs lyriques. Retour du piano sur la fin…Bizarre mais génial. Mon morceau préféré avec « In the Flesh » et le gigantesque « The Perfect Element ».
« Dedication » : jolie balade pink-floydienne ou la voix se fait plus rocailleuse. Ce type, Daniel Gildenlöw, sait tout faire avec ses cordes vocales. Vraiment très impressionnant !
« King of Loss » : est de nouveau un morceau assez long (plus de 9 minutes au compteur) dont l’intensité croît parallèlement à la vigueur des riffs de guitares. Le calme avant la tempête en quelque sorte. Encore une fois un refrain dévastateur totalement surprenant.
« Reconciliation »: chant à la Coverdale sur ce morceau à la structure qui me rappelle le Marillion de la période Fish. Avec toutefois un côté très sombre propre à Pain Of Salvation.
« Song of the Innocent » / « Falling »: comme l’indique les titres, c’est l’intimité et la mélancolie qui sont à l’honneur sur cet enchaînement. A noter, les gigantesques parties de guitares gorgées.
« The perfect Element » : Titre absolument énorme, assurément un des classiques du groupe. Toutes les ambiances abordées au long de l’album sont magnifiées sur cette composition. 10 minutes de magie pure où puissance et mélodie s’allient pour vous faire entrer dans un univers unique qui est celui de Pain of Salvation. A souligner, le feu d’artifice dont nous gratifie Johan Langell à la batterie à la conclusion de ce moment de pure féerie.

En bref, vous l’aurez compris ce disque est une totale réussite. Déroutant par la structure des morceaux qu’il contient, il ne vous quittera plus une fois que vous l’aurez inséré dans votre platine. Alors 4 ou 5 étoiles, dilemme quand tu nous tiens, pour le moment 4. Car on sent un potentiel énorme chez ces gars et je pense qu’ils seront bientôt capables, comme sur « Her Voices » et « The Perfect Element », nous seulement de magnifier leurs glorieux aînés mais aussi de se forger un style bien particulier.

A lire aussi en METAL PROG par MOMO HEARTBREAKER :


FATES WARNING
The Spectre Within (1985)
Metal prog




FATES WARNING
No Exit (1987)
Metal prog


Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
  N/A



- Daniel Gildenlöw (guitares, chant)
- Johan Hallgren (guitares, vocaux additionnels)
- Johan Langell (batterie, vocaux additionnels)
- Kristoffer Gildenlöw (basse, vocaux additionnels)
- Fredrik Hermansson (claviers)


1. Used
2. In The Flesh
3. Ashes
4. Morning On Earth
5. Idioglossia
6. Her Voices
7. Dedication
8. King Of Loss
9. Reconciliation
10. Song For The Innocent
11. Falling
12. The Perfect Element



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod