Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC METAL  |  E.P

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Manilla Road, Pagan Altar, Slough Feg, Eternal Champion, Visigoth, White Magician
- Membre : Night Demon
 

 Bandcamp (269)
 Facebook (256)

CIRITH UNGOL - Half Past Human (2021)
Par DARK SCHNEIDER le 27 Août 2021          Consultée 1312 fois

On est gâté avec CIRITH UNGOL. Depuis que les Californiens sont revenus on a eu droit à un excellent single, un Live bien garni et un nouvel LP réussi en tout point, ils auraient pu s'arrêter là, se justifiant par leurs âges et leur back catalogue, mais non, ils continuent de nous proposer du neuf avec cette fois-ci un nouvel EP. Du neuf avec du vieux diront les mauvaises langues, mais on s'en fout tant que ça botte les fesses d'Arioch, et on ne va pas être déçu.

Ce "Half Past Human" est en fait constitué de vieux morceaux composés entre 1974 et 1976 et qui avaient été mis de côté tout ce temps. Seul "Route 666" était déjà connu car ce titre figurait sur la toute première démo du groupe, l'album "Orange" (1978), qui à l'époque n'était pas chanté par Tim Baker (ce qui change beaucoup de choses) et avait un son, hum... de démo toute pourrie quoi. Aucun de ces titres n'apparaissait non plus sur la compilation "Servants Of Chaos" qui présentait du vieux matos alors inédit. Immédiatement la question qui vient à l'esprit c'est pourquoi le groupe n'a pas cru bon d'inclure certains de ces titres sur son premier album, "Frost And Fire" ? Sachant que celui-ci dépassait à peine les trente minutes, il restait donc de la place. Très certainement par manque de moyens (d'ailleurs Robert Garven a récemment révélé que le premier album était censé n'être qu'une démo à la base), mais aussi pour éviter une certaine redondance (le titre "Brutish Manchild" faisant franchement écho à "Frost And Fire", le morceau).

Ceux qui s'intéressent à ce qu'a pu faire CIRITH UNGOL à ses débuts, avant la sortie du premier album, savent que leur musique partait parfois un brin dans des délires un peu psychés, dans des instrus pas toujours très aboutis, et souffrait surtout d'un traitement de la voix très perfectible. Cependant le riffing de base restait lui complètement ancré dans un style 70s, pas forcément très original d'ailleurs mais qualitatif, et pouvant tout autant évoquer le JUDAS PRIEST de la même époque que BLACK SABBATH. "Frost And Fire" gardait beaucoup de traces de tout cela. Les quatre morceaux présentés ici s'inscrivent donc complètement dans l'esprit de cette époque, mais tirent parti des moyens actuels, et proposent des structures totalement abouties. Ils en deviennent alors quatre reliques du passé parfaitement restaurées et mises au goût du jour. Le riffing rappellera toujours autant la vieille époque et c'est une bonne chose : le groupe mise sur l'efficacité avant tout, pas de mur de guitares ici, chaque coup de médiator est comme un coup d'estoc. Devinez donc pourquoi certains de ces vieux albums vieillissent bien ? Car il y avait moins d'artifices, moins de superposition de pistes, donc fallait que les musiciens avoinent sévère pour dégager ce sentiment de puissance. Alors quand vous adoptez cette approche et cette attitude avec les moyens actuels ça donne un résultat imparable, terriblement puissant, ce qu'expliquait d'ailleurs Joe Duplantier dans une interview récente.

Une fois de plus, tout est impeccable sur ce "Half Past Human", CIRITH UNGOL n'est décidément pas un groupe qui peut faire quelque chose de mauvais. Les trois premiers titres sont dans ce registre Hard Rock/Heavy à l'ancienne, avec la virulence typique du groupe (mention spéciale pour le plus qu'abrasif "Brutish Manchild" et son texte qui en évoquant l'aube de l'humanité enlève toute foi en cette dernière). C'est direct et sans concessions, tout en maniant avec brio les changements de rythme afin d'obtenir des morceaux jamais ennuyeux. Comme toujours avec CIRITH UNGOL, on se retrouve avec un ensemble varié qui mêle Heavy pré-NWOBHM, Doom Metal primitif façon SABBATH (le tolkiennesque "Shelob's Lair"), sans oublier une louchée de pur Hard Rock 70s (le décapant "Route 666" que l'on imaginerait bien sur le "Battle Hymn" ou le "Fighting The World" de MANOWAR).
Quant au morceau éponyme, on retrouve là un épique de plus de sept minutes au propos apocalyptique façon "Planète Des Singes", faisant écho au titre précédent ("Brutish Manchild") mettant en avant l'émergence d'un atavisme destructeur pour l'humanité. On comprend que le groupe ne pouvait définitivement pas laisser de côté une telle merveille qui trouvera sans peine sa place au côté de "Witch's Game".

Loin d'être une oeuvre anodine, cet EP complète à merveille la discographie ultra qualitative des Californiens. En plus c'est une occasion supplémentaire pour acquérir une belle peinture de Michael Whelan au format vinyle, qui elle aussi est d'époque (1977).

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


HELSTAR
A Distant Thunder (1988)
Plus speed, plus virtuose, HELSTAR au top!




DIO
The Last In Line (1984)
Le meilleur album de dio!


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Tim Baker (chant)
- Greg Lindstrom (guitares)
- Jim Barraza (guitares)
- Jarvis Leatherby (basse)
- Robert Garven (batterie)


1. Route 666
2. Shelob's Lair
3. Brutish Manchild
4. Half Past Human



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod