Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Power Trip

ETERNAL CHAMPION - The Armor Of Ire (2016)
Par DARK SCHNEIDER le 4 Janvier 2017          Consultée 3084 fois

Vous aussi vous voulez que l'on vous conte des jours de grandes aventures ? Vous êtes prêts à vous plonger corps et âmes dans le multivers sans fin, à rechercher en vain la mystérieuse Kadath ou à vous battre aux côtés de l'immoral Kane ? Vous en rêvez tous les jours, j'en suis sûr ! Si c'est le cas, sachez que vous n'êtes pas les seuls, et que des texans vous ont concocté là la bande sonore rêvée pour accompagner vos envies d'épopées barbares et mystérieuses. Et quoi de tel que du bon vieux Heavy épique pour donner une dimension sonore à la bonne vieille SF du 20ème siècle, hein ?

Reconnaissons-le, consacrer un album de Metal à Moorcock et Lovecraft n'a rien de neuf, si ce n'est de témoigner de l'inspiration inépuisable que génèrent ces auteurs. Petite originalité ici : la présence d'un morceau ("Sing A Last Song Of Valdese", peut-être le meilleur titre de l'album d'ailleurs) qui s'inspire également de l’œuvre du méconnu, mais pourtant excellentissime, Karl Edward Wagner*. ETERNAL CHAMPION ne nous trompe pas sur son patronyme. Un groupe bien nommé, qui n'aura cure des sarcasmes que peut provoquer le sérieux de son approche musicale : ces mecs savent à qui ils adressent leur musique, si ça plaît pas, tant pis. Car ETERNAL CHAMPION y croit, à fond. Et pour ce premier album, ils accouchent déjà d'une grande réussite. Quand les américains se mettent à faire du Metal, ils le font avec un professionnalisme quasi inné, pour faire bref : ça sonne ! Après l'excellent album de VISIGOTH en 2015, 2016 nous donne donc également son album de Heavy épique qui donne tout de suite envie de saisir son épée bâtarde et d'aller couper quelques têtes.

Ouvrons le grimoire. A l'écoute du premier chapitre "I Am The Hammer" (tout un programme), on pensera d'abord à un autre groupe américain, beaucoup plus ancien : SAVATAGE. Mais attention, pas le SAVATAGE trop ambitieux des 90's qui flirtait avec le piano-bar façon Broadway, mais celui des débuts, lorsque le groupe jouait un Heavy "Donjons et Dragons" maléfique et qui sentait toujours le cuir et les clous. La référence est évidente et ETERNAL CHAMPION a les épaules suffisamment solides pour rendre un tel hommage sans paraître petit à côté. De SAVATAGE il est donc question, mais ETERNAL CHAMPION saura évidemment s'en démarquer, notamment en piochant ses influences dans d'autres groupes de Heavy épique des 80's : WARLORD bien sûr (que tout Heavy Metalleux se doit absolument de connaître), c'est frappant sur le magnifique title track, et aussi les plus confidentiels MEDIEVAL STEEL. Le chant remarquable de Jason Tarpey étant le principal révélateur de ces multiples références, et sa capacité à naviguer dans ces différents registres épiques est stupéfiante. De plus, il ne sonne pas comme un simple clone et possède un timbre personnel. Les mecs d'ETERNAL CHAMPION ont vraiment trouvé là le vocaliste idéal.

Côté guitares, le groupe privilégie les rythmiques martelées (et souvent proches du Doom trad', on connaît les accointances du genre avec l'épique) aux envolées mélodiques, ce qui donne une certaine puissance à l'ensemble contrebalancée par le chant aérien et très solennel. Les guitaristes ne sont jamais trop bavards et les interventions lead n'interviennent qu'à petite dose, le style privilégiant des thèmes fort à retenir plutôt qu'un discours verbeux vite ennuyeux. L'ensemble se montre donc ainsi particulièrement pertinent. Chaque morceau est l'évocation d'une petite épopée en soit, avec une immersion totale de l'auditeur. Le tout prend aux tripes, et on y croit à ces récits héroïques et mystiques ("Invoker" et ses arpèges bien placés).

Par contre, l'album est court, et c'est là son principal défaut, car avec 6 morceaux plus deux instrus (dont "Blood Ice" qui fait surtout office d'interlude), pour moins de 35 minutes de musique, on aurait souhaité en avoir plus. Il manque peut-être d'un long titre à tiroir qui aurait certainement donné une plus grande envergure à cette œuvre. Un peu frustrant donc. Mais trêve de pinaillage. C'est aussi l'approche musicale du groupe qui veut cela. On n'a donc pas de grands développements peignant une immense fresque (comme le fait ATLANTEAN KODEX par exemple), on est dans l'immédiateté et l'intensité du moment présent, ce qui n'enlève rien au caractère épique de la musique. Et puis l'on évite ainsi toute longueur inutile.

"The Armor Of Ire" d'ETERNAL CHAMPION se paye le luxe d'entrer directement dans les oeuvres de référence du Metal épique et de confirmer au passage l'intemporalité de ce genre. L'inégalable WARLORD ne tremblera pas, mais il pourra être fier de ce majestueux descendant. En attendant une suite que l'on espérera à la hauteur, on peut toujours passer du temps à écouter l'autre projet de certains membres de ce groupe : SUMERLANDS, bien qu'un peu moins convaincant à mon sens.

* Dont je vous conseille évidemment de lire l'intégrale des aventures de son héros Kane, disponible en poche. Les romans ne sont pas parfaits mais les nouvelles envoient du bois comme jamais.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


OMEN
Battle Cry (1984)
Un album qui mérite son statut "culte"




ARIA
Night Is Shorter Than Day (1995)
ARIA résiste à la chute de l'URSS


Marquez et partagez



Par ISAACRUDER




 
   DARK SCHNEIDER

 
   ISAACRUDER

 
   (2 chroniques)



- Jason Tarpey (chant)
- Carlos Llana (guitares)
- Blake 'rossover' Ibanez (guitares)
- Nujon Powers (guitare)
- Arthur Rizk (batterie, basse, guitare)


1. I Am The Hammer
2. The Armor Of Ire
3. The Last King Of Pictdom
4. Blood Ice
5. The Cold Sword
6. Invoker
7. Sing A Last Song Of Valdese
8. Shade Gate



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod