Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Battleroar
- Membre : Gallowbraid, Caladan Brood

VISIGOTH - The Revenant King (2015)
Par DARK SCHNEIDER le 4 Mai 2015          Consultée 4023 fois

VISIGOTH ? Peuh, sans doute un groupe espagnol revendiquant ses racines germaniques... aucune originalité. Raté. Loin de toute volonté identitaire qui pullule dans le Metal européen, VISIGOTH nous vient de Salt Lake City, capitale de l'Utah, et aussi capitale des mormons. Pourquoi ce nom ? Parce que ça sonne barbare et épique, tout simplement, faut pas chercher plus loin, et que ça va de pair avec leur amour pour l'Epic Metal. Et pourquoi pas OSTROGOTH dans ce cas là ? Parce que déjà pris, pardi !

Biberonné à MANILLA ROAD, CIRITH UNGOL, OMEN, TWISTED TOWER DIRE et autres GRAND MAGUS, les jeunes musiciens de VISIGOTH, tous encore étudiants, ont décidé de créer une musique à la gloire de leur imaginaire. Pas de questionnement métaphysique à dormir debout ici, ni de revendications quelles qu'elles soient, VISIGOTH veut se faire plaisir avant tout et transmettre son goût pour la grande aventure, celle des rôlistes et des fans de Fantasy. Quoi de mieux pour cela que l'Epic Metal ?

Déjà auteur d'un premier EP en 2012 qui c'est fait remarquer positivement, les gars de VISIGOTH ont acquis un certain savoir faire, et ils le prouvent avec évidence. Disposant de moyens qui semblent confortables (merci Metal Blade), ce premier longue durée caresse les oreilles comme il se doit. La production est parfaite pour ce genre, non pas sous-produite comme cela peut arriver dans ce style, et encore moins surproduite, juste claire et puissante sans le moindre effet d'enrobage superflu. La musique emprunte les bases du Heavy Traditionnel, tout en se caractérisant par un son relativement lourd. Le Doom n'est de fait jamais loin, et fait souvent partie intégrante de certains titres, l'excellent "Mammoth Rider" en tête (avec un titre pareil, c'était couru d'avance). Les morceaux sont souvent longs, 7 sur 9 dépassant les 6 minutes, le dernier atteignant presque les 10 minutes. C'est qu'il faut du temps pour que VISIGOTH puisse déployer toutes ses ambiances guerrières, magiques, et lyriques.

Le premier tiers du disque tape très fort. A commencer par le title track, immédiatement accrocheur avec son riff conquérant et dévastateur, symbolisant l'implacable vengeance de ce Roi revenant des morts. D'un ton plus léger, le très percutant "Dungeon Master" n'en est pas moins du même niveau, cet hymne aux rôlistes nous insuffle l'esprit de l'aventure, celui qui pousse à arpenter des royaumes oubliés, à se glisser dans la peau de guerriers ou de magiciens et à combattre à coup de lancer de dés. Et puis même sans être un dingue de jeux de rôles, on ne résistera pas au souffle épique de ce titre glorieux. "Mammoth Rider" enchaîne sur une ambiance toute autre, le Doom s'y incruste plus que jamais comme on l'a déjà vu plus haut, donnant une intensité écrasante à ce titre.

Le reste de l'album se fait peut-être un peu moins évident, demandant plus d'attention de la part de l'auditeur, hormis l'imparable "Necropolis", fameux titre de MANILLA ROAD et qui incarne le moment Speed du disque. En tout cas, rien de mauvais, seul "Iron Brotherhood" est un peu pataud avec ses paroles sur les « Brothers Of Metal » et autres fadaises. "Blood Sacrifice", en revanche, nous montre la bonne maîtrise des arpèges, des mélodies de guitares qui s'y entremêlent, et offre une progression particulièrement réussie. "Creature Of Desire", qui figurait déjà sur l'EP précédent, est mâtiné de relents Hard Rock vivifiant consacrant un instant d'énergie pure. La fresque finale, dont les premières lignes de guitares fleurent bon le OMEN de la grande époque, se veut une apothéose emphatique, introduisant des guests aux violons et violoncelle (dont une des membres de SUBROSA). Le but n'est pas tout à fait atteint, car dans ce style plus exigeant qu'il ne paraît, il faut savoir maintenir l'intention de l'auditeur jusqu'au bout, et force est d'admettre que ce "From the Arcane Mists of Prophecy" nous perd en court de route, rien de bien grave car on finit par y retrouver notre chemin. C'est tout de même un des rares défauts de l'album : VISIGOTH ne réussit pas aussi bien sa sortie que son entrée à coup de bélier.

Un album d'Epic Metal ne saurait atteindre son but sans un héraut digne de ce nom. Rôle qu'assume parfaitement Jake Rogers. Doté d'une voix ample, profonde, et lyrique, il est l'interprète idéal pour ce type d'épopées. Il lui manque peut-être encore un soupçon de charisme et d'originalité pour égaler les plus grands du genre (Shelton, Baker, Kimball), mais qui sait ce qu'il pourra nous réserver à l'avenir. En tout cas, il y croit, et on a envie d'y croire avec lui. A noter que l'homme n'est pas un inconnu, il était jusque là connu pour officier dans le milieu du Black Metal mélodique et folk américain, on pensera notamment à son très bon projet solo GALLOWBRAID. Et la rumeur court comme quoi il serait un des deux membres de l'excellent clone de SUMMONING, CALADAN BROOD. Mais dans VISIGOTH, point de chant Black Metal, le mélange des genres ce n'est pas pour maintenant.

Il a fallu une longue période de maturation à VISIGOTH avant de dévoiler enfin son premier LP. "The Revenant King" bénéficie à tous les niveaux de la sage patience de ses géniteurs. Il décroche ses 4 étoiles dorées crânement, avec la noblesse du coup de maître. Ce qui est sûr, c'est que l'on tient là une relève dont avait bien besoin la chapelle du Epic Metal. VISIGOTH, un groupe généreux, qui nous fait rêver et voyager, qui nous tire de notre quotidien grisâtre... Les rôlistes sur table y trouveront une bande son idéale pour accompagner leurs parties, moi cela me donne envie de me replonger dans la saga vidéoludique « Baldur's Gate » ou de relire l'intégrale de « Conan ». L'appel de l'aventure est tellement irrésistible.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


SAXON
The Inner Sanctum (2007)
Un retour en grâce!

(+ 2 kros-express)



TOKYO BLADE
Night Of The Blade (1984)
Jamais une lame ne fut aussi bien aiguisée


Marquez et partagez









 
   DARK SCHNEIDER

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Jake Rogers (chant)
- Jamison Palmer (guitares)
- Leeland Campana (guitares)
- Matt Brotherton (basse)
- Mikey T. (batterie)


1. The Revenant King
2. Dungeon Master
3. Mammoth Rider
4. Blood Sacrifice
5. Iron Brotherhood
6. Necropolis
7. Vengeance
8. Creature Of Desire
9. From The Arcane Mists Of Prophecy



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod