Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  LIVE

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Blacklodge, Loudblast, Ad Inferna, Lyzanxia, Reverence, Code, Ad Patres, Melted Space
 

 Site Officiel (42)
 Bandcamp (31)

SETH - Les Blessures De L'âme : Xx Ans De Blasphème (2019)
Par PERE FRANSOUA le 28 Juin 2021          Consultée 598 fois

Quand le futur incertain terrifie, le passé rassurant devient une valeur refuge. Je l’ai souvent dit dans mes chroniques ici, tant cette tendance à venir puiser dans le vintage la force créatrice pour un présent en berne se retrouve dans le Metal comme dans toutes les autres dimensions de la vie culturelle.

En fin d’année 2019 sortait cette captation audio d’un concert donné en mai de la même année, pour un désormais si conventionnel "on joue en intégralité et pour la première fois l’album culte de notre âge d’or", à peine plus de vingt ans après la sortie de ce fameux premier album (enregistré et publié en 1998).
Ça s’intitule "Les Blessures De L’Âme - XX Ans De Blasphème". C’est écrit dessus : vintage.

Il s’agit même de l’archétype du vintage et j’en suis la victime.
En 1998 l’album a fait grand bruit. Premier opus de Black chanté en français, avec toute la grandiloquence qui va de pair, avec la production qui va bien, le bon look, un batteur qui déboîte et la distribution florissante (les débuts de Season Of Mist), SETH a tout pour régner sur le Metal noir français.

SETH. Son Black très pur, orthodoxe, rehaussé de discrets claviers rappelant DIMMU BORGIR résonnait avec l’époque. En revanche, le passage du millénaire va dilapider son capital, la mue tâtonnante vers des territoires plus urbains semblable à celle vécue par tant d’autres formations de Black en quête de rebond, la perte du chant en français au profit d’un anglais trop répandu, tout cela explique le glissement de SETH loin des projecteurs et du succès, jusqu’à la séparation en 2005.

Après un comeback sans lendemain en 2013, la formation bordelaise toujours centrée sur ses deux seuls membres fondateurs et permanents, Alsvid et Heimoth, se réactive à nouveau avec du sang frais, Drakhian de chez LOUDBLAST à la seconde guitare, Pierre Le Pape de MELTED SPACE aux claviers et l’excellent Saint Vincent de BLACKLODGE en maitre de cérémonie. Un nouvel album en vue et un anniversaire à célébrer afin de se remettre en selle.
On apprend en interview que c’est l’enthousiasme de ce sang neuf qui a transformé les modestes dates commémoratives en une ambitieuse célébration internationale avec un spectacle mis en scène comme une messe noire, conduite par un Saint Vincent charismatique, avec chandelier noir, calice de sang et nonnes en jarretelles, le tout baigné dans des lumières rouge et ocre.
On peut trouver une bonne captation sur TonTube.
Mais ce n’est pas une vidéo qu’ont sorti Les Acteurs De L’Ombre mais une captation audio du concert donné en Belgique, jugé particulièrement bon et mixé ensuite par l’ingé-son du groupe.

L’album "Les Blessures De L’Âme" est joué en intégralité et à l’identique. Saint Vincent imite le timbre et l’étrange diction du vocaliste de l’époque, Vicomte Vampire Arkames (dire que je trouvais ça classe ce genre de blaze à l’époque). Comme souvent avec ce genre d’exercice, il n’y a pas de surprise, bonne ou mauvaise.
Du coup l’intérêt principal est de pouvoir écouter un vieux disque à la production datée avec une meilleure sonorisation, avec la force vibrante du live et l’exécution par des musiciens aguerris. C’est tout, et c’est déjà bien. On notera néanmoins quelques divergences dans les arrangements, plus de delay et reverb' dans les passages à la guitare claire (telle la fameuse intro de "L’Hymne Au Vampire II".)

Pour noter une telle sortie, faut-il seulement se baser sur la qualité de la prestation ou doit-on prendre en compte les qualités et défauts de l’œuvre originelle ici revivifiée ?
Ne nous le cachons pas, "Les Blessures De l’Âme" de 1998 est loin d’être parfait. On apprend en interview que le groupe n’en était pas satisfait à l’époque, notamment le son des guitares trop compressées et des secondes pistes de guitares inutilisables.
Pour moi il s’agit plutôt de défauts liés au style pratiqué et à l’écriture qui me retenaient déjà à l’époque de tomber dans la vénération et c’est d’autant plus vrai avec le recul et l’expérience.
Je ne vais pas vous refaire ici une Kro-x de l’album mais j’ai toujours trouvé que ces longs titres pouvaient ennuyer, que l’agression évidente des guitares bourdonnantes et des blasts de batterie étaient parfois désamorcés par des claviers frais et peut-être un peu trop guillerets. Les vocaux du Vicomte peuvent aussi diviser. Très narratifs, à partir de textes majoritairement dépourvus de rimes et pas toujours très malins, s’ils donnent un style très personnel, anesthésient souvent la dynamique.

L’opus premier n’était pas parfait mais suffisamment sympathique et truffé de bons passages pour que l’on continue de s’y intéresser et de l’aimer. De bons riffs s’égrènent tout au long de l’œuvre, et se concentrent parfois dans les mêmes morceaux qu’on aimait jadis et qui sont encore ceux qui emportent le mieux notre adhésion, y compris dans leurs atours de spectacle vivant et vitaminé. En l’occurrence il s’agit pour moi de "La Quintessence Du Mal", "L’Hymne Au Vampire II", "À La Mémoire De Nos Frères", dont ces deux derniers étaient, tiens tiens, les deux mis en avant et diffusés à travers les CD samplers à l’époque.

En célébrant la résurrection de son premier opus et plus grand succès, SETH nous offre une madeleine savoureuse et nous prépare pour la suite à venir, un énième comeback en forme de retour aux sources puisque "La Morsure Du Christ" sorti en 2021 est la continuation directe des "Blessures De L’Âme", prouvant bien ainsi que "les blessures de l’âme sont éternelles".

A lire aussi en BLACK METAL par PERE FRANSOUA :


EMPEROR
In The Nightside Eclipse (1994)
Rien à jeter, tout à vénérer

(+ 3 kros-express)



SETH
La Morsure Du Christ (2021)
"Il est foutu le temps des cathédraaaaaaaaaaaleu"

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   PERE FRANSOUA

 
  N/A



- Alsvid (batterie)
- Heimoth (guitares)
- Saint Vincent (vocaux)
- Pierre Le Pape (claviers)
- Drakhian (guitares)
- Krig (basse)


1. La Quintessence Du Mal
2. Hymne Au Vampire (acte I)
3. Hymne Au Vampire (acte Ii) ...vers Une Nouvelle Èr
4. Le Cercle De La Renaissance
5. Les Silences D'outre-tombe
6. Dans Les Yeux Du Serpent
7. ...a La Mémoire De Nos Frères



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod