Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  E.P

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Gamma Ray, Helloween, X Japan

LOVEBITES - Glory, Glory, To The World (2021)
Par DARK BEAGLE le 23 Juin 2021          Consultée 1569 fois

Il faut bien l’avouer, les petites Japonaises de LOVEBITES peuvent imposer le respect. Pour la qualité de leur musique déjà, qui n’a pas franchement grand-chose à envier aux cadors du genre. Mais également pour leur productivité hallucinante, qui donne l’impression qu’elles ne s’arrêtent jamais. Quand elles ne publient pas un album, c’est un Live qui se retrouve dans les bacs ou, comme c’est le cas ici, un EP que l’on pourrait plus considérer comme un mini LP à part entière. "Glory, Glory, To The World" a débarqué en mars de cette année et une chose est certaine, le discours ne faiblit pas.

La petite hésitation ne vous aura pas échappé, concernant le format de ce disque. Tout est une question de sémantique. Pour moi, un EP tient parfois véritablement du fourre-tout, avec un morceau tiré de l’album en cours, un ou deux inédits, des reprises et de temps en temps, du live. Fourre-tout, mais pas forcément inintéressant même si parfois cela devient bien redondant. Mais ici, nous avons quatre morceaux originaux – cinq selon la version – qui forment un tout et qui n’ont pas fait les beaux jours d’un précédent effort. Du travail à l’ancienne donc, comme les premiers méfaits d’HELLOWEEN et de PRETTY MAIDS en somme, d’où cette envie de parler de mini-LP.

La pochette conserve pas mal de codes manga/RPG à la japonaise et si elle peut paraître au final assez kitsch, elle rejoint parfaitement la thématique des précédentes. Les filles n’en sont plus à leur galop d’essai et elles ont su se faire une imagerie qui leur va bien (ou alors quelqu’un de doué dans leur maison de disque). Au menu de cette galette, quatre ou cinq morceaux selon la version que vous trouverez et même si "Winds Of Transylvania" n’est pas le meilleur morceau de LOVEBITES, ce serait tout de même dommage de s’en passer.

Comme de bien entendu, les filles pratiquent toujours du Power Metal à l’ancienne, avec des inclinaisons évidentes vers HELLOWEEN et GAMMA RAY, mais qui foncerait pied au plancher du début à la fin. Ce qui peut être un pari risqué dans le genre, le risque de lassitude étant assez grand. Mais l’ensemble est assez bien pensé pour éviter de sombrer dans la facilité ou le bourrinage intensif sans subtilité. Mais que l’on soit bien d’accord, les jeunes nippones ne font pas dans la dentelle et c’est ce qui fait leur charme également. Elles sont lookées comme des Idols, mais il ne faut pas se fier à ce qui n’est au final que du décorum.

LOVEBITES a toujours utilisé les synthés de façon assez discrète et bien intégrée. Ici, sans les mettre forcément plus en avant, elles vont les utiliser de manière à ce qu’ils nourrissent les morceaux, pour les étoffer, leur conférant un aspect héroïque, voire épique, qui balise le terrain pour leur Power Metal sans concession. Bruts, les morceaux perdraient pour la plupart en intérêt, leur habillage permet de les équilibrer et de les moduler, assurant une ligne mélodique à exploiter. Bref, là encore, c’est loin de lorgner vers l’école SONATA ARCTICA/STRATOVARIUS.

Certes, la double grosse caisse est très présente, pour ne pas dire systématique (les shows doivent être très athlétiques pour Haruna, qui ne s’économise pas). Cependant, elle n’est pas mixée trop en avant et cela évite à la musique de prendre une tournure trop écrasante, qui ne lui réussirait pas forcément. Comme dit, tout est une question d’équilibre et pour le coup, les Japonaises s’en sortent vraiment très bien. Si elles veulent s’adonner à quelque chose de plus symphonique, elles se lancent dans l’aventure le long d’un "Dystopia Symphony" aux parties instrumentales à se damner, si elles recherchent simplement la force, elles vont lorgner discrètement vers le Thrash sans franchir la frontière ("No Time To Hesitate", "Paranoia").

Le principal défaut résiderait dans une absence de refrains à reprendre en chœur. Ces derniers sont plutôt bien amenés, puissants, proposant un relief intéressant et nécessaire, mais certainement un brin trop verbeux pour être vraiment immédiats et fédérateurs. Au moins nous ne pouvons pas les accuser de sombrer dans la facilité et d’aller jusqu’au bout de leur propos sans la moindre hésitation. Parce qu’encore une fois, l’ensemble est fluide et harmonieux, les 28 minutes du disque semblent même passer trop vite, l’envie d’en avoir plus se fait rapidement ressentir quand les dernières notes de "Winds Of Transylvania" s’achèvent (ou de "Dystopia Symphony", selon le pressage).

Quoiqu’il en soit, si "Glory, Glory, To The World" annonce un nouvel album à venir, il y a moyen pour que cela débouche sur du très lourd et une consécration hors des frontières japonaises pour LOVEBITES, qui n’aura pas démérité même si la formule n’est pas des plus originales (l’éternel débat autour d’un style qui se complaît dans ses codes). Avec un rythme de mangaka, nul doute que la prochaine réalisation des Japonaises devrait arriver assez rapidement. Attention toutefois à ne pas y laisser des plumes et terminer pressées comme des oranges, bon nombre de mangakas connaissent des problèmes de santé en raison des rythmes imposés (cf Miura ou même Oda...)…

A lire aussi en POWER METAL par DARK BEAGLE :


LOVEBITES
Electric Pentagram (2020)
Tank girls




LOVEBITES
Clockwork Immortality (2018)
Let me entertain you


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Asami (chant)
- Midori (guitares)
- Miyako (guitares, claviers)
- Miho (basse)
- Haruna (batterie)


1. Glory To The World
2. No Time To Hesitate
3. Paranoia
4. Dystopia Symphony
5. Winds Of Transylvania



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod