Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



WOMBBATH - Downfall Rising (2015)
Par T-RAY le 6 Octobre 2020          Consultée 469 fois

Dire qu'on avait vu WOMBBATH évacué par la cuvette des toilettes du Death Metal en 1995, ce n'est pas mentir, puisqu'après l'E(tron).P(utride). "Lavatory", déféqué au visage des pontes de Napalm Records en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écouter, il n'a pas fallu plus d'un an à la formation suédoise pour disparaître définitivement de la circulation. Un mal pour un bien tant le groupe a loupé le coche sur la scène Death suédoise, lui qui avait pourtant le potentiel pour se faire une place aux côtés des poids lourds du milieu. Persévérer l'aurait sans doute condamné à tenter, sans y parvenir, de rattraper un temps perdu pour de bon dans la course au succès.

Aussi, la résurrection du groupe en 2014 avait tout d'une surprise. N'étant pas un géant du Death à la mode stockholmoise, son absence du paysage musical depuis deux décennies passait inaperçu aux yeux de la grande majorité des Metalleux. Il a fallu la foi d'Håkan Stuvemark, seul rescapé du quintette d'origine, et la détermination de Jonny Pettersson, l'un des francs-tireurs les plus renommés de la scène Death Metal suédoise, pour redonner une vie digne d'intérêt à WOMBBATH. Car, oui, c'est avec un album différent de ce que la formation avait pu proposer jusqu'ici, et intéressant par bien des aspects, que WOMBBATH nous est revenu.

En réalité, c'est un groupe de circonstance qui a donné naissance à "Downfall Rising", quelques mois après la remise sur pied de WOMBBATH. En effet, outre Stuvemark et Pettersson, tous les autres musiciens présents sur ce disque ont cédé leur place dans la foulée de la sortie du disque et n'ont pas participé à l'album suivant. Une preuve que le retour de WOMBBATH n'était pas censé être définitif ? Peut-être, peut-être pas, reste que l'engagement sans faille de chacun des six artistes présents sur "Downfall Rising" a permis la création d'une œuvre solide. Très solide, même, et souvent prenante, voire carrément accrocheuse.

Si les gratteux ont enfin (ré)trouvé un son de guitare semblable à celui qui a rendu la scène Death de Stockholm célèbre, ce n'est pourtant pas pour jouer à fond les copycats : l'album de leur retour a de la personnalité. Stuvemark, Pettersson et leurs sbires ont recampé WOMBBATH avec une intention précise : écraser l'auditeur autant que le tronçonner. "Downfall Rising" est en effet d'une lourdeur incomparable dans le catalogue musical du groupe et celle-ci fait merveille sur un morceau tel que "Fall Of The Weak", pièce maîtresse de l'album avec ses six minutes trois quarts. C'est même d'une lourdeur quasi Doom que WOMBBATH nous gratifie ici. Il s'en dégage quelque chose d'inexorable, comme si la "chute des faibles" en question n'était pas une affaire de "si" mais de "quand".

Dans le rôle d'annonciateur d'événements catastrophiques, façon oracle Death Metal, Jonny Pettersson est impeccable. Son growl caverneux mais intelligible toutefois est d'une solidité rare et on a peut-être droit à l'une des performances vocales les plus inébranlables de la carrière du multi-instrumentiste sur ce deuxième L.P. du groupe. "Under Apokalypsens Svarta Vingar" et "I Am The Abyss" en profitent pleinement. Mais il n'est pas seul à faire la grosse voix sur ce disque : l'invité Thomas Von Wachenfeldt nous en met plein les oreilles sur "Fall Of The Weak" et "Putrid And Bound". Quant aux pénultième et ultime pistes du disque, ce sont respectivement le batteur Jeramie Kling et l'autre invité, Samuel Englund, qui rugissent dessus. Et l'ensemble de leurs prestations sont quasiment aussi bonnes les unes que les autres !

Bien entendu, côté musique elle-même, les accélérations subites en mode bûcheron suédois sont au rendez-vous de cet album, comme le démontre le rude "Paid In Blood", mais ce sont surtout les passages mid-tempo que l'on retient le plus, et surtout le mieux. Car ce sont eux qui s'avèrent les plus dévastateurs et tous les morceaux en comptent plusieurs. En outre, l'utilisation d'intros aux airs de bande originale de film d'horreur permet aux ambiances sinistres voulues par WOMBBATH de s'installer et de magnifier des titres qui, à la base, n'ont rien de fondamentalement original. La puissance que dégagent pourtant "Under Apokalypsens Svarta Vingar", "Underneath This Rotten Soil" et l'excellent "I Am The Abyss" est remarquable et spectaculaire.

Le WOMBBATH ressuscité est autrement plus redoutable que celui qu'on pensait enterré pour de bon au milieu des années 1990. Il n'oublie cependant pas d'où il vient ni ce qu'il a fait jadis, raison pour laquelle il s'offre un auto-hommage avec le très ambiancé "Abandoned Furthermore", qui reprend, en plus percutant encore, la trame et la mélodie de l'"Abandon" qui figurait sur "Internal Caustic Torments", premier album de la formation. Même son passé ne semble plus handicaper WOMBBATH au moment où paraît "Downfall Rising" et c'est tant mieux ! Place au renouveau, donc, avec cet album qui fait d'autant plus de bien par où il passe qu'il est parfaitement calibré, avec trente-deux minutes sans le moindre superflu.

A lire aussi en DEATH METAL par T-RAY :


MERCYLESS
Unholy Chapters - The Merciless Years (2017)
Un croisière temporelle de standing




HATE ETERNAL
Conquering The Throne (1999)
Coup d'état...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Håkan Stuvemark (guitares, basse)
- Jonny Pettersson (vocaux sur #2 et #4)
- Jeramie Kling (batterie, vocaux sur #8)
- -----
- Thomas Von Wachenfeldt (vocaux sur #5 et #6)
- Samuel Englund (vocaux sur #7)
- Taylor Nordberg (guitares sur #8)


1. Intro
2. Under Apokalypsens Svarta Vingar
3. Underneath This Rotten Soil
4. I Am The Abyss
5. Fall Of The Weak
6. Putrid And Bound (by The Seed Of Satan)
7. Paid In Blood
8. Abandoned Furthermore



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod