Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASHCORE MÉLODIQUE  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2013 Strife
  Vengeance Falls
 

- Style : Bullet For My Valentine, Silent Civilian, The Sons Of Talion
 

 Site Officiel Du Groupe (836)

TRIVIUM - What The Dead Men Say (2020)
Par FENRYL le 30 Mai 2020          Consultée 1339 fois

"La maturité a du bon pour TRIVIUM, je vous l'assure !" C'est ainsi que je terminais en 2017 ma chronique concernant "The Sin And The Sentence".

Il faut bien reconnaître que les errances du groupe sur les albums précédents ont sans doute échaudé le groupe, Matt Heafy en tête.
Le leader du groupe a vieilli, mûri et grandi, indubitablement : il est devenu père de jumeaux, il occupe les réseaux sociaux (je le suis avec attention, j'avoue), s'investit en live de chez lui sur sa chaîne, proposant des lives musicaux certes mais aussi de jeux vidéos, son autre passion (comme votre serviteur !), sur Fortnite ou Apex notamment (choix discutables donc !). On notera d'ailleurs que le titre "Scattering The Ashes" a été retenu comme bande son sur le jeu vidéo "Mortal Kombat 11" tout récemment, au choix de notre frontman !
Il s'exerce donc fréquemment, proposant les riffs de son travail de création… Un process innovant et intéressant pour le chroniqueur que je suis : l'écoute de ce neuvième album de TRIVIUM débarquant en cette fin de mois d'avril possède ainsi une sonorité qui m'est déjà familière.

En outre, le choix évident de poursuivre durablement sur une forme de Power Thrash Metalcore Mélodique, plus que salué par la critique, permet de solidifier de sérieuses bases désormais.

Le groupe la joue intelligemment, en opérant une bonne dose de fan-service :

- le titre instru introductif "IX" (neuvième album, introduction ?), nous ramenant aux belles heures d'un "The End Of Everything" ("Ascendancy") ou bien évidemment "Capsizing The Sea" (rampe de lancement magique de "In Waves"), sans pour autant atteindre ce niveau.

- la voix de Matt Heavy délivrant une palette de sonorités conséquente, épaulé comme de coutume par un Corey Beaulieu pour les extrêmes purs et durs ("Amongst The Shadow And The Stones", titre qui renoue avec l'extrême des débuts du groupe, sans doute largement influencé par la scène Deathcore dont raffole Matt et Corey notamment). Même si sa voix claire très/trop ronde lorgne vers un timbre "pompeux" (je ne sais pas comment l'écrire autrement, Heafy semble tellement par moments forcer pour sonner propre, n'hésitez pas à le regarder sur ses sessions d’entraînement, c'est assez étrange). Il pousse le léger soupir/la légère expiration qui lasse comme "Bleed Into Me", sur les fins de chaque parole du couplet. Au passage, un mid-tempo efficace, possédant une ambiance intéressante, rompue par la brutalité des breaks extrêmes. Au programme donc, du chant clean/clair, éraillé, guttural ! Demandez, TRIVIUM s'exécute !
Le titre parfait pour illustrer mes propos ? Sans aucun doute le furieux "Bending The Arc To Fear" qui ne pourra vous laisser indifférent, harmoniques artificielles en prime !

- une belle dose de Metalcore de la grande époque avec par exemple un "The Defiant" qui semble tout droit sorti de chez SILENT CIVILIAN et de la période "Ascendancy" tout comme Sickness Unto You".

- des soli, plus rares, mais toujours au service du morceau.

- une mélodicité indéniable : "Scattering The Ashes" durant lequel Paolo chante de nouveau avec Matt.

- une rapidité frénétique, avec par exemple l'excellente "The Ones We Leave Behind" qui n'a de cesse de me faire penser à un "Through The Fire And Flames" (DRAGONFORCE) dès son introduction et ensuite dans ses riffs ! Et puis ce riff lead en twin guitares est hypnotique à souhait pour un fade out superbe !

La partition est donc plus que réussie et engageante jusqu'ici !

On appréciera la stabilité côté fûts – et il faut bien avouer que c'est un soulagement – avec un Alex Bent qui fait un très bon travail, donnant une agressivité intéressante à chaque morceau grâce à son jeu particulièrement propre et efficace, sans fioritures.

Un coup de projecteur supplémentaire me paraît nécessaire sur le duo "What The Dead Men Says"/"Catastrophis" qui symbolise tout ce que les Floridiens savent faire désormais : des morceaux accrocheurs, se révélant au fil des écoutes afin de se dégager du sentiment de "quelconque"/"déjà entendu". Matt Heafy réalise une boucherie, emmenant ses comparses sur une sacrée dynamique !
Les textes désormais largement composés par Paolo sont mis en musique de très belle façon et les refrains accrocheurs font mouche.

"What The Dead Men Say" affiche une indubitable dose de maîtrise, de vitesse d'exécution, emballée dans une production soignée et de belle qualité.
Il s'agit de l'album le plus abouti du combo, proposant une superbe homogénéité : pas de ratés, une diversité de titres tous accrocheurs et intéressants… Une sensation de sérénité se dégage ici pour un groupe qui semble avoir atteint la plénitude.

L'album du sacre.

Top : "Catastrophist", "The Ones We Leave Behind", "What The Dead Men Say", "Amongst The Shadow And The Stones"...

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


HEADHUNTER
Parasite Of Society (2008)
Schmier (DESTRUCTION) pour une baffe Power Metal !




HATCHET
Fear Beyond Lunacy (2015)
Bon pour la tête...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Matt Heafy (chant, guitare)
- Corey Beaulieu (guitare, chant)
- Alex Hernandez-bent (batterie)
- Paolo Gregoletto (basse)


1. Ix
2. What The Dead Men Say
3. Catastrophist
4. Amongst The Shadows And The Stones
5. Bleed Into Me
6. The Defiant
7. Sickness Unto You
8. Scattering The Ashes
9. Bending The Arc To Fear
10. The Ones We Leave Behind



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod