Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY/PROG MÉLO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace (484)
 Site Officiel (375)
 Chaîne Youtube (248)

VOYAGER - Colours In The Sun (2019)
Par MEFISTO le 12 Février 2020          Consultée 1357 fois

Les Australiens de VOYAGER ont toujours été colorés et chaleureux, de là ce titre très à-propos pour un septième album. Le groupe de Prog Mélo a aussi fêté ses vingt ans en 2019, alors on parle d’une entité qui n’a plus besoin de présentation ni de faire ses preuves. Enfin, presque.

La carrière du quintette est suffisamment constellée de réussites telles que "UniVers" et "The Meaning Of I" pour avoir glané un énorme capital de sympathie. Ceux et celles qui suivent la progression – oulà, jeu de mots – du groupe ont toutefois été déçus de le voir échapper le ballon pour une rare fois en 2017 avec "Ghost Mile", album plutôt insipide montrant une face blafarde vaincue par le manège. VOYAGER avait-il était victime de sa popularité ? Était-ce un simple manque d’inspiration ? Un one-shot without wonder ?

Après plusieurs écoutes de "Colours In The Sun", il est évident que les Australiens ont renoué avec la victoire. Et plus on se farcit les quarante-deux minutes, plus elles s’écoulent bien, sans trop d’emmerdements. Après "Ghost Mile", ne soyons pas trop fine bouche, une simple amélioration serait accueillie avec maints applaudissements. Eh bien, on doit se chauffer les mains, car VOYAGER revient sur ce skeud à son efficacité habituelle, enchaînant les pistes easy listening à grande vitesse, se foutant bien d’être taxés de parias du Prog lorgnant vers un Metal popisant. La faute entre autres à un synthé kitsch sorti tout droit des 80s.

Ce nouvel effort contient même certaines des meilleures compos du groupe depuis plusieurs années. Je pense à "Colours", sur lequel l’album démarre en trombe et "Water Over The Bridge", plus calme mais puissante émotionnellement. On a même l’énorme plaisir d’entendre le chanteur vedette de LEPROUS, Einar Solberg, sur "Entropy".

À part ce podium, on retrouve des titres directs, aux riffs, à la mélodie et au refrain qui font la plupart du temps mouche. Raisons de plus d’apprécier la voix unique de Daniel Estrin, qui est mieux servie par ses comparses cette fois-ci. Le son est fort pour ce genre de Metal, les instruments sont boostés par une production toujours aussi lourde, les Australiens compensant leur « douceur » de jeu - pas sur tous les morceaux, hein ! - par un jeu de manettes aisément pardonnable. "Colours In The Sun" apparaît ainsi comme un album de Rock ou de Pop sortant d’un des plus grands records de la planète. Disons que Season Of Mist accorde de bons moyens à VOYAGER pour qu’il s’éclate et nous divertisse à haut niveau.

Je ne prétendrai pas que je suis entièrement surpris de ce « retour » (les défenseurs de "Ghost Mile" parleront de continuité), car je sais depuis longtemps que les meilleurs finissent toujours par rebondir. Ma plus grande joie vient du fait que cela aura pris seulement deux ans aux Australiens pour concocter un fix digne de leur talent et de nos attentes engraissées aux tubes d'une période faste qu'on aurait souhaité éternelle.

Ah, ce que c’est satisfaisant de souligner un autre triomphe ! Aussi jouissif qu’une baise de réconciliation…

Podium: (or) "Colours", (argent) "Water Over The Bridge", (bronze) "Entropy" - "Reconnected".

Indice de violence : 1,5/5.

A lire aussi en METAL PROG par MEFISTO :


KINGCROW
Eidos (2015)
Petite séance d'aquaplanage ?




HAKEN
Vector (2018)
"Repos" bien mérité...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Daniel Estrin (chant, synthé)
- Simone Dow (guitare)
- Alex Canion (basse)
- Scott Kay (guitare)
- Ashley Doodkorte (batterie)


1. Colours
2. Severomance
3. Brightstar
4. Saccharine Dream
5. Entropy
6. Reconnected
7. Now Or Never
8. Sign Of The Times
9. Water Over The Bridge
10. Runaway



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod