Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nightmare, Axel Rudi Pell , Dio, Jorn, Primal Fear, Rainbow
- Membre : Richard Andersson's Space Odyssey
- Style + Membre : Civil War, Wuthering Heights
 

 Site Officiel (438)
 Myspace (284)
 Chaîne Youtube (271)

ASTRAL DOORS - Worship Or Die (2019)
Par JEFF KANJI le 2 Décembre 2019          Consultée 542 fois

Si on vous rebat de partout les oreilles avec la New Wave Of Traditional Heavy Metal, il ne faudrait pas oublier de formuler une analyse plus globale de la manière dont le Metal se répand et se fait connaître de nos jours. Comme toutes les formes d'art, l'accès à l'information via Internet a mis à la portée de tout un chacun une myriade d'œuvres qui ont permis à la génération actuelle, qu'on a tendance à voir un peu blasée, d'assimiler rapidement des courants entiers du Metal et de se forger leur propre panthéon de formations. Et là-dedans vous trouverez autant de gens qui se tournent vers des formations au fort succès médiatique (GHOST, FIVE FINGER DEATH PUNCH et j'en passe), ce qui entraîne une tendance au buzz permettant de sortir des formations de l'inconnu (JINJER l'an dernier par exemple), que de personnes qui vont pouvoir creuser profondément un genre qu'ils apprécient particulièrement. Et c'est ici peut-être qu'on tient la clef de l'engouement pour la NWOTHM… Sauf qu'en réalité cet enthousiasme touche toutes les branches du Metal qui n'a peut-être jamais semblé aussi vivace dans l'ensemble de ses sous-genres.

Ce qui m'amène à parler d'ASTRAL DOORS, qui pratique son Heavy traditionnel depuis déjà plus de quinze ans. À l'image de formations comme BLIND GUARDIAN ou GAMMA RAY qui n'ont cessé de perpétuer la tradition à une époque où le Heavy n'était plus en odeur de sainteté (médiatiquement s'entend), le sextette suédois n'a pas attendu le réveil des troupes et l'explosion des SKULL FIST, TRAVELER et autres ATLANTEAN KODEX pour faire parler la poudre. Je peux certes me répéter, mais je ne saurais trop vous recommander le formidable "Evil Is Forever" de 2005 pour apprécier le Heavy Metal racé d'ASTRAL DOORS, qui emprunte certains gimmicks (surtout vocaux) mais surtout l'attitude du Metal lourd tel qu'on le pratiquait au début des eighties, celui qui n'a jamais totalement basculé du côté de la NWOBHM sans rester pour autant passéiste. Et DIO reste un des meilleurs représentants de cette tendance.

Ainsi, à l'image de la carrière du célèbre vocaliste de trois des plus grosses entités du style, le parcours d'ASTRAL DOORS affiche une belle régularité dont les coups d'éclat sont plutôt derrière lui, ce qui ne signifie pas qu'il est à bout de souffle, loin de là. En effet, "Worship Or Die" est un bon cru, comme l'était déjà son grand frère "Black-Eyed Children", alliant compositions mêlant tradition (surtout) et modernité (un peu), une production chromée (on retrouve Erik Mårtensson, déjà à l'œuvre sur l'album précédent) qui met sa puissance au premier plan, sans oublier les claviers délicieusement surannés de Jocke Roberg (même si à l'avenir il peut éviter les sonorités Nintendo que j'abhore déjà chez un BEAST IN BLACK ou un DRAGONFORCE ça m'arrangerait – cf "Ride The Clouds"). Le changement de guitariste opéré sur l'album précédent n'a pas davantage d'impact sur la personnalité du groupe qui se distingue néanmoins par un recul du côté Dio-esque de Nils Patrik Johansson qui bien souvent, de par son approche façon roquet me rappelle davantage Coverdale, tout en révélant bien plus souvent qu'à son tour son véritable timbre, ce qui est plutôt positif.

Donc pas de bouleversement à l'horizon, "you get what you pay for" comme disent les Ricains, mais au moins ASTRAL DOORS ne se fout pas de votre gueule, parvenant même au passage à signer quelques titres particulièrement percutants, je pense notamment à "Marathon' qui est une petite perle, ou encore à "Triumph And Superiority" qui flirte avec le Power dans un style très HAMMERFALLien. Malgré son immobilisme créatif, le groupe n'oublie jamais d'être punchy, chassant la dangereuse linéarité qui guette généralement ce type d'œuvre et soigne le travail pour proposer un huitième album dans la droite lignée de son prédécesseur, de quoi satisfaire le fan de Heavy traditionnel qui veut décrocher un peu de la NWOTHM.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SKULL FIST
Chasing The Dream (2014)
Parfait pour se mettre au groupe




SAVATAGE
Ghost In The Ruins - A Tribute To Criss Oliva (1995)
L'hommage du groupe à son guitariste


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Nils Patrik Johansson (chant)
- Joachim Nordlund (guitare)
- Mats Gesar (guitare)
- Jocke Roberg (claviers)
- Johan Lidstedt (batterie)
- Ulf Lagerström (basse)


1. Night Of The Hunter
2. This Must Be Paradise
3. Worship Or Die
4. Concrete Heart
5. Marathon
6. Desperado
7. Ride The Clouds
8. Light At The End Of The Tunnel
9. St Petersburg
10. Triumph & Superiority
11. Let The Fire Burn
12. Forgive Me Father



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod