Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Black Sabbath, Pentagram

WITCHCRAFT - Witchcraft (2004)
Par DARK BEAGLE le 26 Octobre 2019          Consultée 403 fois

Ah ! Les années 70 ! Combien de groupes fabuleux ont fait leurs premiers pas durant cette décennie qui aura aussi bien vu les premiers assauts du Heavy Metal côtoyer le Disco et le Punk par exemple. Tellement de formations auront émergé à cette période, marquant l’Histoire de la musique de leur empreinte. Dans le genre grosse trace de pas bien profonde faîte avec des bottes d’égoutier, BLACK SABBATH aura eu une importance capitale, amenant un son lourd comme le plomb, mené par un chanteur dévasté avec cette aura maléfique. Bon, le fait que la bande à Iommi aurait pu être supplantée par PENTAGRAM si les Américains n’avaient pas attendu 1985 pour sortir leur premier album ne change rien à l’affaire : l’histoire est écrite et si nous pouvons toujours la refaire autour d’une bière, elle ne bougera plus. WITCHCRAFT, groupe suédois qui nous intéresse ici, est dans le sillage de ces deux formations légendaires.

En revanche, la datation au carbone 14 est formelle : ce premier album éponyme date de 2004, même si le son et les compositions donnent l’impression que le disque a été publié dans les années 70 tant le groupe semble capter les ambiances particulières de l’époque, avec cette aura faite de mysticisme parfois lugubre, souvent sauvagement onirique. À la base, ce devait être un cover band spécialisé dans PENTAGRAM et plus précisément de l’œuvre de Bobby Liebling, le chanteur de la formation américaine, comme en atteste la cover de "Please Don’t Forget Me" qui date de l’époque de STONE BUNNY (1970). Mais les Suédois se sont rapidement fondus dans cet univers et ont commencé à écrire leurs propres compositions, forcément très marquées par leurs glorieux modèles.

Enregistré avec du matériel d’époque, ce "Witchcraft" possède une jolie ambiance. Le son est agréable à l’oreille, avec ce grain particulier, assurément vintage, qui nous plonge donc loin dans le passé. Le premier titre… Éponyme… Est un tourbillon Doom savoureux, avec sa guitare qui délivre des riffs lents, pesants, ponctué par une rythmique efficace, l’accord basse-batterie étant juste parfait. Puis il y a la voix de Magnus Pelander qui se marie à merveille à l’ensemble. Imaginez un instant qu’Eric Bloom (BLUE ÖYSTER CULT) et Jack White aient eu une liaison et que de cette union serait né un rejeton qui chanterait sur le rythme du Ozzy des premiers BLACK SABBATH. Et cela fonctionne très bien tout au long de cet album fortement marqué par le psychédélisme également.

La plupart des morceaux sont très courts et s’articulent donc autour d’idées assez simples, que les musiciens font vivre avec leur Doom léthargique. Le tout est assez planant et quelques morceaux ressortent grandement du lot. Outre le premier titre et la reprise de ce titre obscur et rare qu’est "Please Don’t Forget Me", "No Angel Or Demon" titille également l’oreille avec son ambiance particulière, un peu plus « dangereuse » que les autres morceaux, montrant un brin d’agressivité supplémentaire, ainsi que "Her Sisters They Were Weak", plus reposante, pour laquelle le groupe prend son temps pour planter le décor et lui offrir des atours plus médiévaux. Vous pouvez retrouver les paroles dans le livret, avec un final qui nécessite un miroir pour pouvoir les lire convenablement !

Le reste, sans être mauvais, ne parvient pas à rejaillir comme les morceaux cités. Ils se fondent plus en une espèce de masse avec leurs durées assez similaires, leur développement atone qui leur sied bien, mais qui ne leur permet pas de se gorger de la force dont ils auraient parfois besoin. Le groupe va toutefois persister dans les ambiances, jouant sur les codes les plus classiques de la sorcellerie, pour se donner une consistance et un début de personnalité quand la musique jouée, très, voire trop proche de BLACK SABBATH et de PENTAGRAM aurait plutôt tendance à faire passer la formation pour un ersatz de ces groupes. Mais n’oublions pas d’où ils viennent : de cover band classique à WITCHCRAFT, il ne s’est passé que peu de temps et il est donc normal que nous retrouvons ces mélodies qui paraissent intemporelles et déjà jouées tout du long.

Ce premier essai mériterait peut-être plus de diversité pour proposer un relief différent, plus dénivelé, plus abrupt. Ce n’est pas le cas, il faut donc s’en contenter. Mais pourtant, le groupe n’a pas à rougir du résultat, qui est à la fois respectueux du son d’une époque et d’un style d’écriture peut-être légèrement désuet, mais qui fonctionne plutôt bien ici, plaçant WITCHCRAFT sans la moindre hésitation parmi les ténors du petit monde du Doom traditionnel, celui initié par BLACK SABBATH des années en arrière et qui se veut toujours aussi fédérateur aujourd’hui. Et ce n’est là que leur premier album, la suite va se montrer bien meilleure, à mesure que les Suédois vont s’affranchir de leurs influences, les digérer, pour proposer une musique qui leur sera plus personnelle. Mais ce "Witchcraft" mérite grandement que l’on se penche sur son cas.

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en DOOM METAL par DARK BEAGLE :


AVATARIUM
Hurricanes And Halos (2017)
Rock you like a hurricane




KHEMMIS
Desolation (2018)
Et KHEMMIS devint plus abordable


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Magnus Pelander (chant, guitare)
- John Hoyles (guitare)
- Ola Henriksson (basse)
- Jonas Arnesen (batterie)


1. Witchcraft
2. The Snake
3. Please Don't Forget Me
4. Lady Winter
5. What I Am
6. Schyssta Lögner
7. No Angel Or Demon
8. I Want You To Know
9. It's So Easy
10. You Bury Your Head
11. Her Sisters They Were Weak



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod