Recherche avancée       Liste groupes



      
POST GRUNGE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bush, Saint Asonia, Staind, Three Days Grace

SEETHER - Disclaimer 2 (2004)
Par METALINGUS le 3 Septembre 2019          Consultée 462 fois

Dans la vie, j’aime catégoriser les choses, c’est mon côté rigide. Je déteste les zones grises. Musicalement parlant, tous mes disques se regroupent par genre, par groupes. Chroniquement parlant, j’aime discographier les groupes en entier. Dans le cas de SEETHER, cependant, un petit hic s’installe car j’ai décidé de commencer par "Disclaimer 2". Hey oui, après de multiples débats internes et crampes de cerveau, c’est ce constat qui s’est imposé. Pourquoi ne pas commencer par "Disclaimer 1" ? C’est que dans leur petit monde, les choses ont été un peu plus compliquées que la moyenne.

SEETHER a vu le jour en Afrique du Sud (assez original pour être mentionné) sous le nom de Saron Gas par la tête pensante du groupe Shaun Morgan. Les gars enregistrent un album de qualité relative, "Fragile", qui intéresse tout de même assez une maison de disque américaine pour les faire venir jusqu’au pays de l’Oncle Sam. Arrivé sur place, Wind-up Records demande alors aux gars de changer le nom du groupe étant donné la trop grande ressemblance avec le gaz sarin (Sarin Gas). Morgan choisit donc SEETHER d’après la chanson du groupe VERUCA SALT.

Mais les péripéties ne s’arrêtent pas là. C’est qu’avec la piètre qualité sonore de "Fragile", Morgan et compagnie n’ont pas ce qu’il faut pour les radios. La maison de disques croit assez dans le potentiel du groupe pour lui faire réenregistrer ses chansons. C’est ainsi que naît "Disclaimer" premier du nom : la plupart des morceaux de "Fragile", en mieux. Encore là, l’histoire du premier "vrai" album de SEETHER aurait pu s’arrêter ici. Mais non. C’est que Wind-Up Records conclut des ententes avec différentes séries télévisées et films ("CSI", "Daredevil", "Freddy vs Jason" et surtout "The Punisher") pour que leurs poulains écrivent des morceaux spécialement pour eux. C’est ainsi que naissent "Out Of My Way", "Hang On", et surtout "Broken" feat. Amy Lee. Devant l’énorme succès qu’engendre le dernier morceau (et l’amourette entre la demoiselle et l’orageux leader), la maison de disques est prise au dépourvu : "Disclaimer 1" était bien mais excluait les toutes nouvelles pièces (et par conséquent, les plus gros succès commerciaux). Les grands représentants prennent alors une décision : ré-ré-enregistrer l’album : les meilleurs morceaux de "Fragile" et "Disclaimer 1" combinés aux titres inédits afin de créer "Disclaimer 2".

On parle donc ici de vingt morceaux. Oui, vous avez bien lu. Un disque bourré à ras-la-gueule de titres Post-Grunge. Inutile de dire qu’ici, si vous n’aimez que moyennement le style, passez votre chemin. C’est également le point noir principal de cet album : le nombre beaucoup trop élevé de morceaux pour un total de 72 minutes. La sauce est étirée à son maximum. Mais la qualité, qu’en est-il ? Celle-ci est au rendez-vous. C’est que Morgan et compagnie ont eu amplement le temps de peaufiner les chansons qu’ils trimbalaient depuis leurs débuts. Si vous faites la comparaison avec "Fragile", la plupart des titres ont été retravaillés, et ce pour le mieux. Avec le temps, les Sud-Africains ont également développé une façon de faire : les nouveaux morceaux sont tout simplement accrocheurs, il n’y a rien à dire de négatif. Côté production, la maison de disques est passée par là et a donné de gros moyens : le son est au poil, la voix très "COBAIN-ienne" est au rendez-vous.

Malgré un début de carrière plutôt complexe, SEETHER débute sa vie musicale directement au top : avec un single ultra-commercial qui les propulse directement au sommet. À partir de là, il ne tient qu’à eux de ne pas trop redescendre rapidement. Mais avec un "Karma And Effect" très tiède, la pente est déjà ultra savonneuse…

Morceau préféré : "Fine Again".

A lire aussi en GRUNGE par METALINGUS :


SCREAMING TREES
Sweet Oblivion (1992)
Nous, on est dans le vent




BUSH
The Science Of Things (1999)
L'évolution a du bon


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Shaun Morgan (guitare rythmique)
- Pat Callahan (guitare solo)
- Dale Stewart (basse)
- John Humphrey (batterie)


1. Gasoline
2. 69 Tea
3. Fine Again
4. Needles
5. Driven Under
6. Pride
7. Sympathetic
8. Your Bore
9. Fade Away
10. Pig
11. Fuck It
12. Broken
13. Sold Me
14. Cigarettes
15. Love Her
16. Take Me Away
17. Got It Made
18. Out Of My Way
19. Hang On
20. Broken (featuring Amy Lee)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod