Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-GRUNGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bush, Saint Asonia, Staind, Three Days Grace
- Membre : Stuck Mojo

SEETHER - Poison The Parish (2017)
Par METALINGUS le 19 Août 2017          Consultée 1281 fois

On a tous un petit péché mignon. Sur le plan culinaire, les amoureux du fast-food vont se permettre d’aller visiter le McDonald's afin de consommer un Big Mac de temps à autre. Pour d'autres, la pizza extra fromage va faire le travail. Côté audio-visuel, si les divers programmes de télé-réalité ont la cote ces temps-ci, la plupart des auditeurs admettent rapidement à quel point il s'agit d'émissions sans réel intérêt et inutiles sur le plan intellectuel. Finalement, musicalement parlant, certains petits péchés mignons sont consommés : Mariah CAREY ou Britney SPEARS pour certains, 50 CENT pour d’autres, sont écoutés non sans une certaine gêne. "Metalliquement" parlant, nous avons également nos petits préférés : LINKIN PARK, KORN, si ce ne sont pas les vilains de LIMP BIZKIT qui ne viennent pas faire un petit tour sur la platine d'un metalleux de temps à autre.

De mon côté, mon petit péché mignon c'est SEETHER. Oui, le groupe qui copie le plus NIRVANA, autant musicalement que vocalement. Bien sûr, il ne s'agit que d'une pâle copie, rien ici n'est même proche d'arriver à la cheville du mythe. Mais, je dois l'admettre à mon corps défendant, j'ai toujours apprécié leurs albums : de leurs débuts dans le traditionnel Post-Grunge jusqu’à une sonorité plus radio friendly, les gars ont toujours eu mon intérêt, la faute à une voix réellement émotive combinée à une sonorité transmettant une nostalgie et une mélancolie certaine.

Évidemment, quand la sortie du nouvel album a été annoncée, le bien nommé "Poison The Parish", l'envie m'a immédiatement pris d'aller acheter la rondelle pour prendre ma dose quotidienne de fast-food musical. Avant tout, j'ai tout de même jeté un œil sur internet afin d'en apprendre davantage sur la précieuse galette. C'est à ce moment que j'ai été informé que le leader charismatique prétend que la nouvelle offrande est un retour aux sonorités plus Heavy, eux qui avaient fait un virage alternatif dû aux pressions des maisons de disque. En effet, après l'écoute du précédent album, "Isolate And Medicate", je dois lui donner raison. J'avais adoré le disque, l'avait trouvé très varié et un brin malsain, mais il y avait une présence constante de Pop/Rock un peu nauséabond. Selon les dires de Morgan, ce ne serait pas le cas ici.

Après une dizaine d'écoutes, je dois lui donner raison : "Empoisonner la paroisse" est un album plus "dur" que les précédents, où les guitares saturées sont beaucoup présentes, même sur les ballades. "Stroke The Fire" amorce l'album de belle façon avec un Post-Grunge certes classique mais irrésistible. Malheureusement, dès "Betray And Degrade", SEETHER fait dans l'autoplagiat assez classique et ne montre pas grand-chose de vraiment mordant. Ce sera le cas pour plusieurs titres, "Something Else", "Saviours" et le bourrin "Nothing Left" notamment. Le plus long morceau de l'album, "Emotionless", n'est qu'un navrant morceau s'étirant inutilement sur un peu plus de 5 minutes qu'on aurait aimé investir ailleurs. Heureusement, le groupe au logo modifié n'a pas pour autant jeté l'éponge : "I'll Survive" et "Let You Down" sont parmi les titres Heavy réussis.

Dans la catégorie "ballade", SEETHER s'en est toujours très bien tiré et c'est toujours le cas aussi. Trois morceaux plus calmes, respectivement "Against The Wall", "Let Me Heal" et "Count Me Out" qui sont parmi les meilleurs morceaux de "Poison The Parish". Ils ne vont malheureusement pas rester dans les annales du groupe comme étant des classiques pour autant.

SEETHER continue son petit bonhomme de chemin et propose toujours de la came qui fera fuir le metalleux de base, mais séduira assurément les radios du monde entier. De plus, il y aura toujours des gens comme moi qui se laisseront tenter par leur dose de Big Mac quotidienne. Dans ce cas-ci, la portion était plutôt fade…

Titre préféré : "Against The Wall".

A lire aussi en GRUNGE par METALINGUS :


BUSH
Sixteen Stone (1994)
Nul n'est prophète en son pays




SILVERCHAIR
Neon Ballroom (1999)
Le vrai SILVERCHAIR


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Shaun Morgan (chant,guitare)
- Dale Stewart (basse)
- John Humphrey (batterie)


1. Stoke The Fire
2. Betray And Degrade
3. Something Else
4. I'll Survive
5. Let You Down
6. Against The Wall
7. Let Me Heal
8. Saviours
9. Nothing Left
10. Count Me Out
11. Emotionless
12. Sell My Soul



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod