Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH FUTURISTE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sadus
 

 Site Officiel (388)
 Myspace (301)

VOIVOD - The Wake (2018)
Par ERWIN le 23 Janvier 2019          Consultée 1766 fois

Nous avions laissé la créature post apocalyptique en pleine digestion de son dernier élément-clef, le génial guitariste Daniel Mongrain. La chose ne semblait pas si aisée sur le papier tant certains musiciens sont complexes à remplacer. En tant que Metalleux de base, nous savions tous que Piggy D'Amour n'était pas un gars lambda, n'est-il pas ? Alors quel plaisir de voir le blondin Daniel sortir des plans reptatifs et stridents à l'image de ceux de son illustre aîné ? D'autant qu'en live, ce gars déchire carrément, une pointure comme on en fait peu ! Bref, nous en étions là sur le sympathique "Target Earth". Mais vlà-t-y-pas que c'est au tour de Blacky de re-larguer les amarres et de re-quitter le vaisseau futuriste pour de nouvelles aventures. Sans rentrer dans les détails, disons juste qu'il souhaitait être plus impliqué dans la gestion du groupe, les classiques divergences musicales quoi... Bref, nous voici après un hiatus long de cinq ans pour le « réveil »de la bête, c'est le cas de le dire ! Je rajoute que pour une fois, l'artwork d'Away me parle, cette image moins précise et plus apocalyptique me plaît bien.

Le titre introductif, "Obsolete Beings" balance la sauce avec maestria et place la barre très haut quand aux expectations sur ce nouvel album. Le chant tantôt clair, tantôt écorché de Denis Bélanger fait merveille, et la légèreté de la compo est bienvenue pour nous mettre en appétit ! Voilà qui est très réussi, et nanti d'un solo d'outre espace ! "Spherical Perspectives" à l'image du titre évolue dans un tournoiement permanent, ainsi que le ferait une tornade, jusqu'au chant torturé et parfois opératique de Mister Bélanger, on est presque dans un trip alternatif, du VOIDOD dans le texte, avec même un petit break TOWNSEND-ien sur la fin, hello Canada !

Le sommet de l'album est toutefois "Sonic Mycelium", une pièce de plus de douze minutes qui jouxte les sommets. VOIDOD assume à plein son statut iconique en positionnant cette immense tentative de Thrash Proggy, faut pas être superstitieux pour un treizième opus ! Les plans psychédéliques s'y succèdent sous la gratte de Cheewy avec la basse très véloce du petit nouveau Dominique Laroche. Ah pour être Techno Thrash, c'est sûr pas de doute nous y sommes en plein ! Pas une once de ratage, ni de vulgarité, et Chewy écrase tout sur son passage avec un niveau très très conséquent, Jusqu'à cette fin en forme classique, quelle classe ! Il faut féliciter nos quinquas pour y croire encore à ce point, pondre un titre pareil après tant d'années de carrière c'est inespéré !

C'est une ligne conséquente de riffs VOIVOD-iens qui se succèdent avec efficacité dans "Iconspiracy", à nouveau, on ne peut que louer le boulot de Cheewy Mongrain ! Le son de Away est probablement plus léger qu'à l'accoutumée, le refrain magnifique est porté avec une certaine coolitude par Denis, le ton de la composition est parfois symphonique, la qualité est évidente ! "Event Horizon" est un chapelet de dissonances, on aimera la constante répétition « way beyond, we're beyond ». Au grand final du jugement, le quartette québécois aura été le seul groupe « Thrash hors-cadre » à survivre... La liste des disparus est longue...

"Always Moving" porte le sceau de la reptation avec beaucoup d'à-propos. Cette capacité à coller aux textes est toujours aussi bluffante, toutes les compos tiennent carrément la route. J'en termine avec "The End Of Dominancy", son riff traînant, et son ambiance très science-fictionnaire. C'est d'ailleurs le titre qui porte en lui le concept du réveil) à la fois épique et onirique, l'ambiance évolue dans un kaléidoscope permanent, les structures alambiquées se succèdent de la plus belle des manières et Denis trouve cependant une voie judicieuse pour poser son chant le plus souvent écorché. Un morceau appelé a devenir un grand classique.

La bestiole quadragénaire du Québec est belle et bien vivante ! Pour tous ceux qui en doutaient, voilà la preuve absolue qu'on peut être un vieux con de plus de cinquante ans et toujours avoir le feu sacré. Away et Snake ont eu du nez en s'entourant de musiciens capables de les booster, et nos deux papys semblent plus en forme que jamais. Ce « Réveil » est la preuve d'un groupe ayant dépassé le simple stade de la maturité, qui a gardé toute son appétence pour le son disloqué dont il est le seul dépositaire et le gardien du temple d'une œuvre qui aura marqué notre musique. Respect éternel, voilà un album surprenant et très recommandable, un 4 évident.

A lire aussi en THRASH METAL :


BROKEN MIRRORS
The Universal Disease (2012)
Quand le Metal Français nous rend fier...




CORONER
R.i.p (1987)
Et coroner inventa le techno-thrash

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Denis 'snake' Bellanger (chant)
- Daniel 'chewy' Mongrain (guitare)
- Michel 'away' Langevin (batterie)
- Dominique 'rocky' Laroche (basse)


1. Obsolete Beings
2. The End Of Dominancy
3. Orb Confusion
4. Iconspiracy
5. Spherical Perspective
6. Event Horizon
7. Always Moving
8. Sonic Mycelium



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod