Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Mayan, Almanac, Ivanhoe
- Style + Membre : Symphorce
 

 Site Officiel Du Groupe (796)

BRAINSTORM - Midnight Ghost (2018)
Par FREDOUILLE le 17 Décembre 2018          Consultée 1929 fois

Après un léger passage à vide ("Downburst" en 2008, "On The Spur Of The Moment" en 2011), force est de constater que les sympathiques Allemands de BRAINSTORM connaissent depuis deux-trois albums un net regain de forme comme si l'inspiration des albums du début des années 2000 ("Ambiguity", "Metus Mortis" et "Soul Temptation") était revenue. Preuve en est d'ailleurs la très bonne tenue des albums récents que sont "Firesoul" ou encore le très bon "Scary Creatures". De ce fait, et on l'avait presque oublié, BRAINSTORM constitue encore une valeur sure du Power Metal européen, sinon une des plus fiables et des plus emblématiques. Et personnellement je trouve que le combo allemand a retrouvé quelques vraies belles couleurs, de la fraîcheur aussi, tant et si bien que le niveau qualitatif augmente petit à petit au fil des albums et doit rassurer il faut bien le reconnaître les fans de la première heure dont je fais d'ailleurs partie. Et ce "Midnight Ghost", douzième opus des Allemands (déjà !), à la belle pochette, riche et fouillée, et basé sur la thématique de la peur du fantôme, vient sans aucune contestation possible conformer mes dires puisque ce disque n'est ni plus ni moins que ce que le groupe a sorti de mieux depuis "Soul Temptation".

Dans un style toujours archi reconnaissable pour ne pas dire familier, les Allemands de BRAINSTORM ont peaufiné ici comme jamais leurs compositions à la fois véloces (les rythmiques sont toujours aussi efficaces), puissantes et même racées pour certaines avec un sens de la mélodie très prononcé. BRAINSTORM est presque séduisant sur ce nouvel opus lequel constitue réellement une bien belle et très agréable surprise qu'on se le dise. En effet, le groupe enchaîne quelques perles de premier choix, toujours emmené par un line-up tip top, inchangé depuis presque dix ans, à savoir par d'excellents musiciens que sont les guitaristes fondateurs Torsten Ihlenfeld et Milan Loncaric qui s'en donnent ici réellement à cœur joie (quelle synergie entre les deux !), comme bien souvent d'ailleurs, le batteur Dieter Bernert, le bassiste Antonio Ieva ainsi que l'excellent vocaliste qu'est Andy B. Franck (Ex-SYMPHORCE) qu'on ne présente plus et qui est particulièrement en forme sur ce disque.

Outre les morceaux très typés Power Metal dont on pourra allègrement sortir du lot "Devil's Eye", un titre retentissant, au tempo rapide et "in your face" qui démarre l'album pied au plancher avec un Dieter Bernert déjà très actif, compo plutôt agréable et efficace avec quelques nappes de claviers, un refrain entêtant et quelques attaques de guitare du plus bel effet, le presque trop classique "Ravenous Minds" single par excellence et de très bonne facture avec des guitares presque incandescentes et des soli des plus inspirés (c'est quand même mieux que "We Are"), le virulent "The Pyre" genre de morceau véloce et bien dans la tradition BRAINSTORMienne avec quelques chœurs ultra puissants, l'excellent et entêtant "Reveiling The Darkness", son riff et son break qui font mouche, et dont l'intro mélodique distillée par quelques subtils claviers pourra rappeler un groupe comme MYRATH (pourtant aucune consonance orientale n'est à souligner ici), BRAINSTORM se montre un peu plus aventureux qu'à l'accoutumée et n'hésite pas à sortir ici des sentiers battus un peu comme il l'avait fait sur l'album précédent avec un morceau de la trempe de "Scary Creatures".

Tant et si bien que les Allemands nous offrent qui plus est un petit moment d'histoire avec un des morceaux les plus en vue de "Midnight Ghost" j'ai nommé "Jeanne Boulet (1764)" qui nous rappelle à notre bon souvenir que cette demoiselle de quatorze ans (Jeanne Boulet), dévorée, fut la première victime déclarée de la Bête du Gévaudan. Outre ce passage "historique" qui raconte les derniers moments douloureux de Jeanne, ce titre mid-tempo, très ambiancé (orage, cloche qui tinte et quelques claviers au loin) et presque épique dont les arrangements sont particulièrement soignés, est absolument splendide et montre du long de ses presque huit minutes à quel point les Allemands en ont encore sous la pédale. Avec une introduction toute en douceur à la guitare sèche délivrant une mélodie presque imparable et chantonnée par un Andy B. Franck au sommet de sa forme, suivie par quelques parties de gratte particulièrement inspirées, "Jeanne Boulet (1764)" situé judicieusement en milieu d'album est un des titres-phare de la galette. Du tout bon ! On soulignera également la très belle et entêtante Power ballade, "The Path", ses quelques passages à la guitare sèche et son très beau solo, laquelle termine avec un certain brio (qui a dit classe ?) l'album, genre d'exercice auquel BRAINSTORM ne nous avait que peu habitués par le passé et qui apporte finalement un peu de renouveau dans le registre parfois un peu linéaire des Allemands.

Et pour ne rien gâcher, "Midnight Ghost" a été produit et mixé par un certain Sébastian "Seeb" Levermann (ORDEN OGAN) et force est de constater que le résultat est magistral que ce soit au niveau son, une tessiture plus moderne que sur les albums précédents est pour le coup palpable, qu'au niveau arrangements qui sont des plus soignés. BRAINSTORM nous délivre là un album équilibré, de haute volée, plutôt dynamique et aéré, ponctué par dix très bonnes compositions servies il faut bien le reconnaître par un songwriting quasi irréprochable ("Reveiling The Darkness", "Jeanne Boulet (1764)", "Devil's Eye") même si quelques morceaux se montrent parfois encore un peu trop traditionnels ("Ravenous Minds", "Haunting Voices") ce qui néanmoins n'enlève rien à leur qualité. On soulignera d'ailleurs et entre parenthèses le travail colossal abattu au niveau des guitares par la paire Ihlenfeld/Loncaric qui nous propose ici vraiment de belles choses ("Ravenous Minds", sur l'entêtant "When Pain Becomes Real" ou encore sur "Haunting Voices"). Excellente surprise donc que ce "Midnight Ghost" qui possède vraisemblablement tous les ingrédients pour devenir un des classiques du groupe allemand. Et qui dit classique dit finalement une encourageante sélection sur NIME tant l'album m'a convaincu. Très bel album de Power Metal !

Morceaux préférés : "Jeanne Boulet (1764)", "Reveiling The Darkness", "Haunting Voices", "Devil's Eye", "The Pyre".

La ballade de l'album : "The Path".

PS : l'édition limitée de l'album propose en DVD un concert du groupe enregistré dans une petite salle de Stuttgart (18/02/2016), plutôt conviviale à voir les images du show. Une heure environ de son, plutôt correct, douze titres dont "Firesoul", "All Those Words", "Shiva's Tears" ou encore "Falling Spiral Down". Très bon concert au final.

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


STRATOVARIUS
Fourth Dimension (1995)
STRATOVARIUS prend son envol !




EDGUY
Mandrake (2001)
Le chef d'oeuvre d'EDGUY !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Andy B. Franck (chant)
- Torsten Ihlenfeld (guitares)
- Milan Loncaric (guitares)
- Antonio Ieva (basse)
- Dieter Bernert (batterie)


1. Devil's Eye
2. Reveiling The Darkness
3. Ravenous Minds
4. The Pyre
5. Jeanne Boulet (1764)
6. Divine Inner Ghost
7. When Pain Becomes Real
8. Four Blessings
9. Haunting Voices
10. The Path



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod