Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Doro, Heart, Warlock
- Style + Membre : Triumph
 

 Site Officiel (25)
 Chaîne Youtube (25)

LEE AARON - Lee Aaron Project (1982)
Par DARK BEAGLE le 12 Août 2018          Consultée 602 fois

À la fin des années 70 et au début des années 80, la féminisation du Metal prenait de l’ampleur. Suite au succès des RUNAWAYS, sans oublier les Punks de PLASMATICS menés par une Wendy O’Williams qu’il ne fallait pas trop chatouiller, ainsi que SIOUXSIE AND THE BANSHEES et Patti SMITH qui remettaient en discussion la place de la femme dans le monde du Rock (et d’autres encore, bien sûr), il n’y avait plus de raisons que ce milieu très machiste reste l’apanage des seuls hommes. Les GIRSCHOOL et les ROCK GODDESS ont commencé à enflammer Londres dans des configurations 100% féminines tandis qu’au Canada, la jeune et sculpturale Karen Lynn Greening s’entouraient de musiciens de MOXY, de compositeurs et de Rik Emmett de TRIUMPH pour sortir son premier album, Project.

La pochette la plus célèbre nous montre la belle dans un body noir, tenant une mygale dans la main tandis qu’elle nous regarde avec un air de défi. Le fond évoque une toile d’araignée un peu stylisée, nous plaçant la chanteuse comme une espèce de Spider Queen. Il s’agit de celle de la réédition de 1984, la première représentait un étui d’instrument couvert d’autocollants de groupe canadien. Il en existe une autre, qui reprend la couverture du magazine américain Oui où Lee Aaron avait posé topless. Mais n’espérez pas la retrouver.

À l’instar de Alice Cooper, la jeune Karen a pris le pseudo de Lee Aaron après avoir joué dans un groupe du même nom alors qu’elle avait quinze ans. Elle a vingt ans quand sort ce premier album solo, qui a le mérite de poser les bases du style qui fera le succès de la chanteuse dans les années 80. Parce que pour couper court à toute spéculation, le disque est agréable à écouter, mais il ne nous fera pas nous relever la nuit pour aller l’écouter à nouveau. Il propose une espèce de Hard Rock nerveux mâtiné de Heavy Metal assez primaire, capable de belles choses, coupables de ne pas assez aller au fond des choses.

L’attraction principale de l’album reste Lee Aaron, bien entendu. La jeune femme mène la barque avec poigne, chantant de façon souvent assez agressive, donnant un impact fort aux compositions émaillant la galette. Parfois, elle adoucie le ton, sa voix prenant alors des intonations à la Ann Wilson (HEART) dans ses moments les plus durs. En fait, Lee Aaron n’est pas encore une grande chanteuse, mais elle a un charisme fort qui fait que cela fonctionne en définitive. Et cela, on le constate très rapidement.

À dire vrai, dès le premier titre, "Under Your Spell", elle nous emmène dans son univers, fait de saturation et de mélodies accrocheuses. C'est pas tout à fait AOR, ce n'est pas foncièrement Heavy, ça transpire le Hard pur et dur. Et il s’agit d’un des meilleurs morceaux de l’album, sans la moindre hésitation. C’est sur celui-ci que Rik Emmett joue et qui laisse parler son feeling qui a fait le succès de TRIUMPH. Son style se marie parfaitement avec la voix de la chanteuse, qui n’est peut-être pas encore impériale, mais cela tombe bien, Lee Aaron ne prétend qu’au titre de Metal Queen. La suite malheureusement va battre le chaud et le froid.

Le point faible de ce "Project", c’est qu’il n’est pas pensé par un groupe, mais par une chanteuse qui s’entoure de musiciens pour sortir son premier album. C’est ainsi que sur les morceaux co-écrits par Buzz Shearman (MOXY), la belle se retrouve à partager le micro avec lui et si le lourd "Texas Outlaw" ne figure pas parmi les meilleures chansons du disque, "Should Have Known" s’en tire beaucoup mieux. Mais il faut chercher du côté du Heavy "I Like My Rock Hard" et du "I Just Wanna Make Love To You" de ce bon vieux Willie DIXON pour se trouver face à d’autres morceaux qui sortent vraiment du lot.

Mais en une demi-heure, Lee Aaron nous délivre une carte de visite intéressante bien qu’incomplète. Bientôt, cela se sent que ce n’est pas achevé, qu’il manque une véritable cohésion à l’ensemble pour obtenir ce que l’on appellera un véritable produit de groupe, avec une ambiance particulière, une ligne directrice et mélodique. Ici, ce qui ressort surtout, c’est la détermination de Lee Aaron, qui survole ces morceaux avec poigne et fureur, qui sauve finalement ce premier album de l’oubli auquel il semblait promis

Il faut bien l’admettre, ce premier essai nous laisse un peu sur notre faim. Il faut dire que Lee Aaron s’est surtout fait connaître avec le titre "Metal Queen", qui a donné son nom à l’opus suivant et on peut sans trop de soucis convenir qu’il s’agit là du véritable album qui aura permis à la chanteuse de se faire connaître dans le monde. Ce "Project", il n’aura connu qu’un succès d’estime à sa sortie, coincé au Canada et l’Amérique du Nord, disponible qu’en import en Europe, ce qui n’empêchera pas la belle de faire le Reading en 1983. Anecdotique, mais pas forcément dispensable.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


PRETTY MAIDS
Back To Back (1998)
Résumé presque parfait




PRETTY MAIDS
Pretty Maids (1983)
Pour forger la légende


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Lee Aaron (chant)
- Rik Emmerett (guitare)
- Dave Alpin (guitare)
- Rik Santers (guitare)
- Earl Johnson (guitare)
- Frank Soda (guitare)
- Gene Stout (basse)
- Rick Lazaroff (basse)
- Peter Crolly (basse)
- Bill Wade (batterie)
- Mark Santers (batterie)
- Glen Gratto (batterie)


1. Under Your Spell
2. Lonely For Your Love
3. Night Riders
4. Texas Outlaw
5. I Like My Rock Hard
6. I Just Wanna Make Love To You
7. Runnin' From His Love
8. Should Have Known
9. Took Your Heart Away



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod