Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Cruachan, MÄgo De Oz, Minotaurus
- Membre : Sabbat, Satan, The Clan Destined , Blind Fury
- Style + Membre : Pariah / Satan
 

 Webzine Dédié à Skyclad (612)
 Site Officiel (761)

SKYCLAD - Forward Into The Past (2017)
Par CANARD WC le 18 Août 2017          Consultée 1471 fois

D’ordinaire, pour n’importe quelle chronique, je prends le temps de noter quelques trucs, de faire un mini-plan, de réfléchir à une anecdote ou un truc général à vous dire, mais là… Les bras m’en tombent. Je repousse de semaine en semaine la rédaction dudit papier, car non seulement je n’ai rien de positif à en dire, mais la simple perspective de devoir réécouter une fois de plus cette purge m’est difficile. Aussi je vous lance cette chronique comme on fait la queue à la Poste pour acheter des timbres comme le passage au garage pour le contrôle technique de la bagnole que sais-je encore, sans imagination aucune, la désolante routine quoi, histoire de s’en débarrasser et passer à autre chose.

C’en est d’un triste, les amis. Moi qui aime tant SKYCLAD depuis tant d’années. Ironie du sort, fin 2016, j’avais même placé cette future sortie dans la catégorie « mes attentes en 2017 »… Après huit ans d’absence, on était en droit d’espérer un successeur plus imaginatif que "In The All… Together", non ? Eh bien, non, j’ai eu tort d’y croire, d’espérer, de fantasmer même. SKYCLAD passe d’espoir à déception tragique. Oui, il y a de quoi se mettre en colère, devenir tout rouge et postillonner comme quoi ça va pas, non mais qu’est-ce que c’est que ces conneries, merde à la fin.

Principal problème : l’inspiration. "Forward Into The Past" en est totalement dépourvu. L’album est plat, sans intérêt aucun. Une succession de bouts de ficelle du passé qu’on a détricotés pour refaire un nouveau chandail pour l’hiver. Sans doute pour masquer les choses, les « violonades » ont été mises en avant, au détriment du riff, de l’énergie et du sens de l’accroche. Le résultat donne parfois l’impression d’avoir été invité à un concert Rock pour hobbits ("A Heavy Price To Pay") plus qu’autre chose. Auto-parodie, pastiche de lui-même. Même en terme d’interprétation, Kevin Ridley lui-même ne semble pas y croire : son chant manque de conviction, pas aidé faut le dire par des lignes de chant souvent bancales. Ce parti pris « plus Folk » en définitive amollit le propos (qui n’en n’avait pas besoin) et l’emmerdement maximum pointe rapidement le bout de son nez ("Worlds Fail Me")… On n’est pas arrivé à la moitié de l’album que déjà on pense à autre chose.

Même quand SKYCLAD « metallise » un peu les choses (comme sur "Forward..." justement ou "The Measure"), point de salut non plus. Le résultat est insipide, ennuyeux et simplement raté. Même sur ce terrain, le groupe est devenu l’ombre de lui-même. Leurs treize titres pour une quarantaine de minutes n’en finissent pas : un autre syndrome qui ne trompe pas. À cela, on ajoute l’option « cache-misère » : intro / outro inutiles plus une instrumentale ("Unresolved") en forme de blague sous camomille (moins d’une minute au goût d’éternité). Bref, l’ensemble fait davantage office de caricature du groupe lui-même que de réelle sortie officielle. On m’aurait dit que "Forward..." était une compilation de raretés, B-sides ou d’inédits que j’aurais trouvé cela tout de même indigent. Indigence qui appelle la plus ferme intransigeance. Surtout après huit ans d’absence, mais là je me répète.

Donc.
SKYCLAD n’a rien à dire sur cet album.
Voilà la vérité crue et nue qui ne mérite sans doute pas une page Word Times 12 (et 846 mots) mais fallait bien que je m’y colle à un moment donné ou à un autre.

Seul titre à sauver du charnier : "Change Is Coming". Ça commence avec un petit riff « ROLLING STONESien » (en accéléré) puis derrière ça embraye correctement. Du tempo, un air, un bon refrain. Sur ce coup-ci, Ridley s’en tire bien, il injecte même un zeste d’émotion, de solennité. Meilleur titre de l’album, forcément. Mais c’est aussi l’effet « verre de pisse tiède quand on est assoiffé en plein désert ». Oui, je sais.

Je stoppe là. Vous avez compris, le message est passé, me semble. Ce « En avant dans le passé » de SKYCLAD rate tout à un point que c’en est inquiétant. "Forward Into The Past"… Finalement, le titre « Macronien » choisi pour cet album dit tout : retour en arrière forcé, contre-nature, inutile, superfétatoire. Il pose surtout la question de la suite, de l’avenir du groupe, du comment rebondir après un tel fiasco. Ce même groupe qui avait été capable de nous arracher toutes les larmes de notre corps - souvenez-vous de "One Piece Puzzle" (*) - ou de jouer habilement entre les nécessaires influences folkloriques et les nécessités du Heavy Metal, bref ce SKYCLAD-là est dans une impasse dont je ne vois pas comment il va pouvoir se tirer. Dans un sens, je vais être curieux d’écouter le prochain.

Note : 0,5/5.

Morceau moins nul : "Change Is Coming".

(*) Faites-moi penser à vous proposer ce titre en « chanson du jour », sans doute le meilleur titre de SKYCLAD.

A lire aussi en FOLK METAL par CANARD WC :


SKYCLAD
The Silent Whales Of Lunar Sea (1995)
Un must du groupe, un brin surestimé ?




SKYCLAD
The Answer Machine ? (1998)
Mais où vont ils chercher autant d'inspiration ?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Steve Ramsey (guitare)
- Graeme « Bean » English (basse)
- Georgina Biddle (violon)
- Kevin Ridley (chant)
- Arron Walton (batterie)


1. A Storytellers' Moon (intro)
2. State Of The Union Now
3. Change Is Coming
4. Starstruck
5. A Heavy Price To Pay
6. Words Fail Me
7. Forward Into The Past
8. Unresolved (instrumental)
9. The Queen Of The Moors
10. Last Summer's Rain
11. The Measure
12. Borderline
13. A Storytellers' Moon (outro)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod