Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Neopera, Xandria
- Membre : Hdk, Exivious, Mayan, God Dethroned, Sun Caged
- Style + Membre : After Forever, Delain
 

 Site Officiel (181)
 Myspace (214)
 Chaîne Youtube (134)

EPICA - The Holographic Principle (2016)
Par JEFF KANJI le 17 Février 2017          Consultée 1785 fois

Quand EPICA a débarqué en 2003, il était le nouveau projet d'un ex-AFTER FOREVER, à savoir Mark Jansen. Treize ans plus tard, AFTER FOREVER n'existe plus, EPICA est un leader, si ce n'est LE leader du Metal Symphonique. Avec un seul faux-pas en désormais sept albums la qualité d'écriture ne faiblit pas sur son dernier rejeton intitulé "The Holographic Principle". Plus que jamais préoccupé par le sens de la vie et les questions métaphysiques, au point d'y mêler la physique quantique, EPICA fait partie de ces formations qui proposent des textes intelligents et qui portent à réflexion. Si Mark Jansen a toujours été bon dans ce domaine (on se rappelle ses textes à visée politique ; les fameux "The Embrace That Smothers"), ses camarades, et notamment Simone l'ont rejoint et l'écriture de "The Holographic Principle" est des plus collaboratives avec une participation de plus en plus importante du bourreau de travail Isaac Delahaye qui délivre des soli particulièrement bien sentis ("Universal Death Squad").

On ne peut plus parler de confirmation pour un groupe de la trempe d'EPICA qui a retrouvé très rapidement le chemin de l'inspiration et du succès avec l'excellent "The Quantum Enigma". Son successeur est pour résumer sa suite directe, avec une forme de rééquilibrage vocal ; là où "The Quantum Enigma" était quasi exclusivement garni de chant clair, les vocaux extrêmes font ici un retour fracassant.

C'est un peu toute l'histoire du groupe qui est synthétisée dans ce disque, tant pour le côté riffu à la "The Divine Conspiracy" ("The Holographic Principle"), l'aspect catchy de "Design Your Universe" ("Edge Of the Blade") que l'approche en contrastes inspiré du gothique tel qu'on l'avait apprécié sur "The Phantom Agony" ("Universal Death Squad"). Avec "The Holographic Principle", EPICA continue d'avancer et d'affiner son propos ; "A Phantasmic Parade" étant un exemple parfait, avec cette rythmique subtile des couplets (beau travail d'Ariën) et ces mélodies popisantes parfaitement maîtrisées, qui débouchent sur un refrain plus traditionnel avec chœurs emphatiques. EPICA est indubitablement un groupe intelligent, et l'une des pièces les plus séduisantes est sans doute "Divide And Conquer" avec sa teinte pas éloignée d'un "Illusive Consensus ("The Phantom Agony").

Et pour ne rien gâcher, EPICA excelle sur ce disque à la fois sur les pièces à tiroirs (comme la surprenante "Once Upon A Nightmare", avec ses orchestrations fines et ses nombreux changements d'ambiance), et les tubes immédiats qui restent en tête pendant des heures comme "Beyond The Matrix". Et comme il a de coutume de le faire, le groupe nous gratifie d'une pièce éponyme riche en rebondissements qui ravira les amateurs du genre, plus proche d'un "Consign To Oblivion" que d'un "Design Your Universe".

Un mot aussi sur les bonus acoustiques qui revisitent quelques titres de l'album et qui permettent d'apprécier la faculté de réinterprétation du groupe, même si pour le coup ce n'est pas du côté des guitares qu'il faudra chercher de l'inventivité. On sera en revanche ravi d'écouter un peu mieux Coen Janssen, dont le piano et le jeu est occulté depuis plusieurs années par des orchestrations de plus en plus imposantes et riches. On notera aussi que "Dancing In A Gypsy Camp" est bien plus sympathique que son avatar Metal Sympho de l'album, assez dans l'esprit de ce qu'a fait The GENTLE STORM en 2015. Davantage une curiosité qu'un passage obligé, ces titres sont parfaits à écouter le soir au coin du feu ou pour faire écouter EPICA à votre copine qui n'aime pas le Metal. Voilà un travail appréciable, un peu la cerise sur le gâteau d'un album dont l'artwork est aussi clinquant que le contenu.

L'album est de très haute tenue, mais pas parfait, la deuxième moitié semblant moins évidente à appréhender en étant à la fois plus variée mais qualitativement moins riche, la doublette "Ascension"/"Dancing In A Hurricane" faisant véritablement office de ventre mou avant que le redoutable "Tear Down The Walls" ne vienne vous réveiller, toute double grosse caisse dehors, avec un Mark Jansen particulièrement énervé. Dès que le groupe sombre dans la sempiternelle mélodie sur note de guitare grave répétée, l'ennui pointe le bout de son nez, et la qualité du groupe depuis "Design Your Universe" a été de proposer des riffs démonte-nuque ou des rythmiques de mammouth pour insuffler de la dynamique à des compositions chargées en arrangements et riches dans leur construction. En revanche, s'il échappe à la sélection, ne passez pas à côté de ce nouveau manifeste du talent des Bataves et surtout de cette première moitié de disque absolument parfaite.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


STREAM OF PASSION
A War Of Our Own (2014)
La revanche indé




DAMNATION ANGELS
The Valiant Fire (2015)
L'anglais gagne un niveau


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Ariën Van Weesenbeek (batterie, grunts)
- Coen Janssen (claviers, piano)
- Isaac Delahaye (guitare lead, chœurs)
- Simone Simmons (chant)
- Rob Van Der Loo (basse)
- Mark Jansen (guitare, grunts)


1. Eidola
2. Edge Of The Blade
3. A Phantasmic Parade
4. Universal Death Squad
5. Divide And Conquer
6. Beyond The Matrix
7. Once Upon A Nightmare
8. The Cosmic Algorithm
9. Ascension – Dream State Armageddon
10. Dancing In A Hurricane
11. Tear Down The Walls
12. The Holographic Principle – A Profound Understandi

- Bonus Disc
1. Beyond The Good, The Bad And The Ugly
2. Dancing In A Gypsy Camp
3. Immortal Melancholy
4. The Cosmic Algorithm
5. Universal Love Squad



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod